En l’absence d’un accord européen sur la taxation des services numériques, l’Autriche prend l’initiative d’instaurer une taxe nationale à l’encontre des géants du web.

Le 21 mars dernier, la Commission européenne suggérait de taxer à hauteur de 3% les revenus de quelques géants du web “dont le chiffre d’affaires annuel total atteint au moins 750 millions d’euros au niveau mondial et 50 millions d’euros dans l’UE“, comme le précise l’institution européenne sur son site. La mesure permettrait potentiellement de dégager 5 milliards d’euros pour les 28 États membres.

Depuis la proposition, c’est statut quo. Aucun accord ne s’est dégagé ce mois-ci à la suite d’une réunion entre les ministres des Finances européens, à l’exception d’un plan franco-allemand de dernière minute pour donner une chance de survie au plan européen.

En l’absence de décision européenne, la France avait déjà effectué un premier pas plus tôt ce mois-ci, annonçant qu’une taxe GAFA serait introduite dès le 1er janvier 2019. L’Autriche emboîte aujourd’hui le pas à l’Hexagone, indique Reuters.

Le chancelier autrichien a déclaré : “En plus du plan européen, nous allons prendre une mesure nationale. Nous allons introduire une taxe numérique en Autriche.” Sebastian Kurz a ajouté que “l’objectif est clair : l’imposition des entreprises qui réalisent d’importants bénéfices en ligne mais paient à peine des impôts – comme Facebook et Amazon”.

Le ministre des Finances planche actuellement sur la proposition, qui s’inscrira dans le cadre d’une réforme fiscale en 2019. Les contours de cette taxe seront annoncés au cours d’une réunion qui se tiendra les 10 et 11 janvier prochain au sein du cabinet ministériel.