Toujours en guerre commerciale contre la Chine, le président américain veut aller plus loin dans sa démarche. Plutôt que taxer l’importation de produits chinois, Donald Trump souhaiterait bloquer la vente de matériel des fabricants Huawei et ZTE.

Quand les taxes ne suffisent plus, se tourner vers un décret présidentiel. C’est la dernière solution en date trouvée par le président américain qui a déclaré la guerre à la Chine, une guerre de chiffres et non d’armes mais qui ne manque pas de piquant.

Donald Trump envisage de signer dès la semaine prochaine cette directive écrite de sa propre main, rapporte Reuters, une décision arrêtée par la plus haute autorité du pouvoir exécutif. En substance, celle-ci viserait à couper court à l’importation d’équipements “à des groupes télécoms étrangers présentant d’importants risques pour la sécurité nationale“.

C’est d’ailleurs l’invocation de la menace envers les États-Unis qui permet au président de signer la directive, pointant les risques d’espionnage de plusieurs firmes chinoises dont le nom est absent du texte.

Huawei et ZTE dans le viseur

Les regards se tournent principalement vers Huawei et ZTE, deux firmes qui occupe confortablement la marché américain, régulièrement cibles de blocages de la part du gouvernement des États-Unis.

À l’étude depuis plus de huit mois déjà, ce décret fait echo au boycott d’Apple par les entreprises chinoises qui invitent leurs employés à se tourner vers Huawei. Les deux firmes n’ont pas commenté l’information mais leur retrait du marché US devrait peser dans la balance.

Toutefois, les multiples boucliers levés par le gouvernement américain n’ont pas empêché Huawei d’enregistrer un volume de 200 millions de terminaux vendus cette année, contre 153 millions en 2017.