L’Institut de Recherche de l’Institut Supérieur Industriel de Bruxelles (IRISB) a déjà travaillé sur plusieurs projets liés au son. Parmi ces projets récents, l’application Amusing, qui permet de jouer avec des formes pour créer des sons.

Nous vous avions déjà présenté Loopfield, l’app belge qui permet de créer des boucles musicales. Dans le même registre : Amusing. Le projet est une collaboration pour un projet de recherche.

Un projet en trio

J’étais le seul chercheur sur ce projet”. Guillaume Villée, ingénieur civil spécialisé dans le traitement du signal nous a parlé du développement d’Amusing. Supervisé par un professeur membre de l’IRISIB le chercheur a travaillé en collaboration avec Superbe, un studio belge spécialisé dans les expériences interactives.

Guillaume Villée est musicien. “L’idée de chercher à créer de la musique en utilisant la géométrie m’a tout de suite plu“, avoue l’ingénieur. En effet, jouer de la musique avec Amusing, c’est jouer avec les formes.

Chaque forme possède son rythme. Un rythme déterminé par les caractéristiques de la forme. C’est la couleur de la forme qui fixe l’instrument, rouge pour la guitare par exemple ou bleu pour le piano. L’ingénieur précise que “chaque point de la forme est équivalent à une note“. C’est la position du point qui détermine la hauteur de la note mais également le moment où celle-ci est jouée. Ajouter des formes, déformez les, placez les, et elles seront toutes jouées simultanément.

Fluidité et synchronisation

Lorsqu’on questionne l’ingénieur sur les difficultés de création, il cite la fluidité. Il a travaillé sur l’optimisation de l’application pour “qu’elle devienne suffisamment fluide sous Android et iOS“.

Jouer du son avec des formes place la synchronisation au centre du développement. “Garder la synchronisation entre le son et l’image a également demandé pas mal de travail” nous explique Guillaume Villée, le but étant de proposer une application parfaitement fonctionnelle sur toutes les plateformes.

Le développement est terminé, et après ?

L’application n’est pas disponible au grand public. Il s’agit d’un projet de recherche. L’ingénieur précise que “l’objectif n’était donc pas de créer une application fonctionnelle mais d’étudier la possibilité d’utiliser la géométrie dans le cadre de la création musicale”.

De notre côté, le développement est terminé” explique Guillaume Villée. “Le futur de l’application dépendra soit d’une entreprise souhaitant acquérir l’application afin de la diffuser, soit de particuliers intéressés par l’application“. A noter que les codes sources sont libres de droit : n’importe qui peut utiliser le concept dans un projet personnel.