C’est l’une des villes les plus peuplées de Chine, Shenzen est aussi une ville à la pointe de la technologie. Les 12 millions d’habitants de la mégapole peuvent y circuler dans une flotte de bus entièrement électrisée.

16.000, c’est le nombre de bus qui circulent dans les rues de Shenzen. 16.OOO, c’est également le nombre de bus électriques que compte la ville en pleine croissance. Et oui, Shenzen a décidé de faire une croix sur les moteurs diesel et essence.

Fini le ronronnement caractéristiques des autobus qui arrivaient depuis le croisement des rues, les moteurs de cette nouvelle génération de transports publics sont silencieux. Shenzhen Bus Group, la plus grande compagnie de bus de la ville, envisage toutefois d’ajouter un son artificiel à ses véhicules. Son directeur, Joseph Ma, estime que “les bus sont si silencieux que les gens pourraient ne pas les entendre arriver“.

Outre le bruit, c’est aussi la fumée qui se dégageait des pots d’échappement qui a disparu. Et par fumée, on entend bien sûr pollution puisque les autobus n’émettent aucun CO2. La compagnie de bus numéro 1 a estimé que le remplacement de son parc de bus par des véhicules électriques permettra de réduire les émissions annuelles de dioxyde de carbone de 440.000 tonnes et d’économiser 160.000 tonnes de charbon par an, sans compter la diminution de la facture de carburant.

Shenzhen veut aller plus loin encore dans sa démarche, la mégapole a imposé aux 22.000 taxis qui circulent dans ses rues de passer à l’électrique avant la fin du mois. La Shenzhen Bus Company, qui emploie également 4600 taxis, a déjà converti sa flotte bien avant la fin du délai.