Le prix des SMS s’apprête à être revu à la hausse en Californie. L’État américain envisage d’y greffer une taxe dans le cadre d’un plan de soutien aux citoyens à faibles revenus.

De récents documents déposés par la Commission des Services d’Intérêt Public (PUC) indiquent que l’État de Californie envisage de facturer des frais mensuels supplémentaires pour les services de messagerie. Cela se traduirait en pratique par une taxe ajoutée sur le SMS, les opérateurs accueillent difficilement la nouvelle.

L’idée de ce plan prend ses racines dans les années 90. À cette époque, le gouvernement américain mettent en place une mesure qui vise à instaurer une surtaxe sur les appels téléphoniques. L’objectif est de reverser cet argent aux personnes qui ne bénéficient que de faibles revenus ainsi qu’à d’autres services publics tels que le réseau de distribution électrique.

Au fil des années, la réalité s’est transformée. Aux appels téléphoniques, se sont ajoutés les SMS ou encore les emails. Jusqu’ici, ces services étaient passés entre les mailles du filet. Seulement, le budget nécessaire pour soutenir les personnes en difficulté financière a augmenté de 50% pendant que les taxes sur les appels ont diminué d’un tiers.

Résultat, la PUC veut ajouter les SMS dans son programme de soutien, d’autant qu’ils partagent la même infrastructure que les appels vocaux. La mesure permettrait de dégager 44,5 millions de dollars par an. Rien n’est encore joué, la Commission votera la mesure le 10 janvier prochain mais cette dernière fait évidemment face à un opposition féroce de la part des opérateurs téléphoniques.

Si la mesure est adoptée, les Californiens pourraient se détourner du SMS pour les services de messagerie instantanée comme WhatsApp, Messenger, Telegram et consorts, puisque la taxe ne couvrirait pas les messages envoyés par internet.