10 minutes, c’est le temps qui sera bientôt nécessaire pour redonner plus de 300 kilomètres d’autonomie à une voiture électrique. Les premières stations de recharge de 350 kW qui permettent de réaliser cette prouesse vienent d’être installées en Californie.

C’est encore l’un des obstacles majeurs qui empêchent les voitures électriques d’être sur le même pied d’égalité avec les voitures à essence : leur long temps de recharge. Difficile de concevoir un roadtrip de mille bornes avec une voiture qui demandera trois à quatre recharges de plus d’une heure.

Voilà pourquoi les constructeurs se penchent autant sur l’autonomie que sur la vitesse de recharge des batteries électriques. La Tesla Model S est notamment capable de se recharger à 80% en moins de 40 minutes, assez pour avaler 300 kilomètres. Seulement, la prouesse n’est possible qu’à l’aide de bornes très spécifiques, les SuperChargers qui délivrent une puissance de 120 kW.

Des stations de recharge de 350 kW viennent d’être installées en Californie par Electrify America, branche électrique du groupe Volkswagen. Hip, hip, hip, hourra ! Les voitures électriques vont théoriquement pouvoir recharger suffisamment les batteries en moins de 10 minutes pour parcourir 300 kilomètres.

L’idée séduit mais en pratique, il n’existe… aucun modèle qui supporte une telle puissance. Les chargeurs installés aux abords d’un centre commercial, à une soixantaine de kilomètres de San Francisco, n’ont aujourd’hui pas de raison d’être si ce n’est de préparer une infrastructure en vue de l’arrivée les premiers véhicules compatibles.

Le seul modèle de voiture électrique connu à ce jour qui pourra s’y brancher est la Porsche Taycan. Seulement, le modèle sera présenté courant 2019 et ne devrait probablement pas être commercialisé avant 2020. Même les modèles du groupe VW qui installe les bornes n’atteignent pas un tel niveau de recharge, l’Audi e-tron, sur le point d’être commercialisée, ne pourra encaisser qu’une puissance de 150 kW.