C’est une nouvelle étape dans l’envoi d’astronautes vers la station spatiale internationale : une capsule habitable SpaceX Crew Dragon prendra son envol pour un essai le 7 janvier prochain.

L’agence spatiale américaine a finalement confirmé son calendrier pour le premier envoi d’une capsule habitable en orbite. Une fusée SpaceX Falcon 9 propulsera la capsule en orbite depuis le centre spatial Kennedy en Floride d’ici quelques semaines si les conditions d’envoi sont réunies.

Pour ce premier vol, la Crew Dragon, d’une capacité de trois membres d’équipage, n’embarquera personne à son bord. Il s’agit pour les ingénieurs de récolter de précieuses données “sur les performances de la fusée, de la capsule Crew Dragon, sur les systèmes au sol ainsi que sur les opérations en orbite, d’amarrage et d’atterrissage“, indique un communiqué de la Nasa.

L’objectif derrière cette première mission baptisée Demo-1, c’est avant tout de pouvoir transférer des astronautes vers l’ISS et les ramener sur notre bonne vieille planète. La prochaine étape du programme devrait se dérouler en juin 2019. Si tout se passe comme prévu, un premier équipage devrait alors embarquer à bord de la capsule SpaceX. Les astronautes américains Bob Behnken et Doug Hurley seront chargés de cette mission inédite.

Première mission en mars pour Boeing

La société fondée par Elon Musk n’est pas la seule entreprise privée dont un engin s’élancera vers l’espace. En 2014, la Nasa signait des contrats avec SpaceX et Boeing. La fusée du constructeur américain propulsera une capsule vide en mars prochain, un premier vol habité est quant à lui programmé en août.

La Nasa fait appel à ces deux firmes privées pour pouvoir envoyer ses astronautes depuis le sol américain. En 2011, la Nasa mettait fin à son programme de navette spatiale, contraignant l’agence à envoyer ses astronautes vers l’ISS à bord des fusées russes Soyouz.

Quant aux premières opérations de relève de la station spatiale, il y a fort à parier pour que celles-ci n’aient pas lieu avant 2020, le temps que les engins spatiaux soient parfaitement calibrés pour un vol habité. Quant il s’agit de transporter des hommes et non des ressources, la Nasa ne veut prendre aucun risque.

2 Commentaires

Comments are closed.