Test – LEGO DC Super-Villains : un épisode séduisant, mais sans surprise

Quatre mois seulement après la dernière adaptation, LEGO et le studio TT Games reviennent avec un nouveau jeu. On s’éloigne des superhéros pour incarner des super-vilains cette fois. Un changement de point de vue qui pourrait redynamiser cette franchise qui a tendance à nous resservir la même soupe.  

On ne compte plus les adaptations LEGO. L’été dernier déjà, on pouvait incarner la famille Paar dans LEGO : Les Indestructibles. Une adaptation qui arrivait à pic pour la sortie du second film d’animation de cette famille de superhéros. Cette fois-ci, Warner Bros. et TT Games ont décidé de rejoindre le côté obscur de la force et de nous servir une aventure côté super-vilains. Et après avoir bien exploité l’univers Marvel (Marvel’s Avengers, Marvel Super Heroes 2) et le côté gentil, un retour foldingue vers le DC Universe arrive comme une bouffée d’air frais.

Des supers vilains super gentils

Avec LEGO : DC Super Villains, les joueurs retrouveront les plus grands criminels de l’univers DC : le Joker, Harley Quinn, Lex Luthor ou encore Reverse Flash. Des supers-vilains forcés à se ranger du côté des gentils après l’arrivée de faux superhéros sur Terre : le Syndicat des Justiciers. Une fausse équipe de superhéros qui viennent gentiment remplacer la Justice League retenue ailleurs. Sous leurs faux-airs serviables, Ultraman, Super Woman et Owl Man seront sur Terre pour mettre la main sur une mystérieuse relique quitte à semer la zizanie sur Terre.

Les super-vilains n’auront pas d’autre choix que de défendre les terriens, devenant d’une certaine manière les gentils. Un retournement de situation sympathique qui laissera place à de nombreuses péripéties et comiques de situation.

Un petit nouveau personnalisable à souhait

Pour ce nouveau jeu, TT Games a choisi d’offrir la possibilité au joueur de personnaliser entièrement son propre super vilain. Une option que sera assurément la seule vraie nouveauté de la franchise. Mais si cela semblait une bonne idée, dans la pratique, ce n’est pas forcément le cas. Cheveux, expressions du visage, accessoires, couleurs des pièces LEGO, costumes et autres encore, la personnalisation est poussée à l’extrême, sans être réellement intéressante.

En effet, les catégories et sous-catégories ne sont vraiment pas pratiques et la plupart des options doivent d’abord être débloquées. Frustrant. On aurait préféré que le petit nouveau ne soit pas muet, histoire d’avoir l’impression de participer aux dialogues. Il faut dire que l’une des caractéristiques des jeux LEGO – l’humour – fait appel à la parole.

La même soupe encore et encore

Pour ce qui de l’expérience de jeu, on retrouve évidemment tous les mécanismes caractéristiques des jeux LEGO ; casser des briques et affronter à la chaine des adversaires sans grande difficulté à vaincre. Mais l’univers vilain donne vraiment un cachet au gameplay puisque la personnalité de chaque super-vilain est parfaitement retranscrite dans ses pouvoirs. Ainsi, Harley Quinn se promènera en rollers accompagnée de son super marteau, le Joker donnera des coups de poing rétractable et s’éclaffera à tout va, le personnage félin se déplacera – bien qu’agaçant – comme un véritable animal.

Au fil de l’histoire, le joueur devra se mesurer aux personnages emblématiques du DC Univers – plus de 160 – dont les membres de la Justice League et du Syndicat des Justiciers. Malheureusement, les réjouissances seront de courte durée, les missions se montreront rapidement répétitives. Seule l’ambiance pourrait venir alléger ce sentiment que l’on éprouve souvent sur les jeux LEGO.

Rock and Roll et décors loufoques

Il semblerait que les équipes de TT Games aient mis le paquet sur les décors. LEGO : DC Super Villains possède son identité visuelle propre, à la fois loufoque et sombre. À d’autres moments, les couleurs sont hyper criardes, mais collent plutôt bien à l’univers du jeu. 

Les différents chapitres et niveaux sont d’une grande beauté et d’une grande richesse visuelle et sonore. Une fois de plus, la personnalité des super vilains et de l’univers DC est retranscrite dans les décors, surtout dans le QG du Joker ou celui de Poisin Ivy. De plus, les animations et phases plus cinématographiques sont à couper le souffle, dignes d’un film d’animation.

On soulignera également la bande-son de la page des menus, Joker and the Thief du groupe Wolfmother. Un morceau rock qui colle parfaitement à l’ambiance du jeu.

Conclusion

Avec LEGO : DC Super Villains, TT Games et Warner Bros. nous offrent une énième déclinaison de leur franchise. Le titre ne propose rien de révolutionnaire et nous ressert les mêmes plats que tous les jeux LEGO. Le jeu est toutefois par son univers très riche et le fan-service qui fait parfaitement son office. Difficile en effet de ne pas être séduit par les “super vilains”, l’ambiance loufoque du jeu et son casting alléchant. Attention toutefois si vous avez fait les derniers opus, DC Super Villains n’apporte malheureusement rien de vraiment neuf à la série…

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

LEGO DC Super-Villains

Gameplay 6.0/10
Contenu 8.0/10
Graphismes 6.5/10
Bande son 8.0/10
Finition 5.5/10
6.8

On aime :

La bande-son, très réussie

Fidèle à l'univers DC

Des séquences cocasses

Un joli casting de "super-villains"

On aime moins :

Personnalisation sans grand intérêt du super-villain

Des missions répétitives

Peu de nouveautés