De tous temps, la puissance militaire a été un moteur pour l’innovation technologique. La Défense américaine se concentrerait sur un nouveau moyen de booster ses soldats en repoussant les limites de leur cerveau.

C’est en tout cas ce qu’indique The Atlantic dans un long article détaillant le programme du Pentagone en matière de perfectionnement des soldats. Selon le site, le département de Recherche et Développement de l’Armée américaine (Darpa) mène des recherches en nanotechnologie pour tenter de percer les mystères du cerveau humain.

Fusionner l’homme et la machine : voilà ce dont rêve la Darpa. “Les soldats n’ayant aucune limitation physique, physiologique ou cognitive seront la clé de la survie et de la domination opérationnelle à l’avenir“, prédit Michael Goldblatt, qui a rejoint l’agence en 1999.

Redéfinir l’Homme

Transformer les soldats en véritables machines de guerres à la récupération physique et à la forme décuplées était déjà dans les projets de ce département, des travaux publiés en 2015 décrivaient un projet consistant à créer un super-soldat éveillé 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Pour parvenir à ses fins, la Darpa envisage par exemple d’implanter des neuroprothèses dans le cerveau des soldats pour lutter contre les lésions cérébrales traumatiques.

Certaines recherches vont plus loin encore, certains scientifiques avancent l’idée d’un transfert de la mémoire entre hommes. Des expérimentations ont déjà été menées sur des rats. Un groupe de rongeurs était entraîné à retrouver des gouttes d’eau tandis qu’un autre groupe de novices en la matière a pu bénéficier de cet apprentissage en reproduisant certains signaux électriques.

Au nom du progrès

Certes, la Darpa travaille également au nom de la recherche médicale. On lui doit notamment des avancées majeures en matière de prothèses contrôlées par le cerveau. Mais ce genre de projets se cache bien souvent parmi tant d’autres et n’affiche pas les réelles intentions de l’Armée américaine. “La frontière entre la guérison et l’amélioration s’estompe“, rédige The Atlantic.

Ces avancées soulèvent de nombreuses questions sur l’utilisation de ces technologies. Les frontières entre la Darpa et la Silicon Valley s’estompent et les valeurs éthiques se redéfinissent au fur et à mesure de l’évolution technique. Il y a de quoi s’inquiéter sur l’avenir de l’être humain.