Il peut être tentant d’immortaliser son vote avec un selfie et le partager sur les réseaux sociaux. Pourtant la chose est illégale en Belgique et peut entrainer des sanctions salées. On vous explique pourquoi.

Aujourd’hui, les Belges passent aux urnes pour élire leurs représentants communaux et provinciaux. Un passage obligé pour toutes les personnes âgées de 18 ans, inscrites au registre de population de la commune et jouissant de ses droits civils et politiques. Une contrainte pour certain, un devoir citoyen pour d’autre. Et pourquoi ne pas immortaliser ce passage par une petite photo ? Un réflexe tentant, surtout pour les nouveaux votants, pourtant la chose est interdite.

En effet, en Belgique, en tant que démocratie, le secret du vote est un principe fondamental inscrit dans la loi le 9 juillet 1877. Cette loi protège la confidentialité du vote électoral afin d’assurer l’indépendance du choix de chacun. Un moyen qui permet également d’éviter les pressions et commentaires d’autrui. Bien que cela ne soit pas interdit, divulguer ou promouvoir le choix de son vote n’est pas conseillé. Ainsi, bien que les smartphones n’existaient pas à l’époque, le droit du secret peut être étendue au selfie et partage sur les réseaux sociaux.

Les risques ne tiennent pas dans le fait de divulguer son choix électoral – la confidentialité de celui-ci est plus un droit qu’un devoir -, mais partager un selfie dans l’isoloir pourrait être considéré comme une forme de publicité pour l’un ou l’autre parti ou candidat. Or, faire campagne le jour des élections est totalement interdit en Belgique.

De manière générale, il est déconseillé de sortir son téléphone dans l’isoloir ou à proximité afin d’éviter tout malentendu. On évitera donc les photos de son bulletin vierge ou coché, ainsi que les selfies dans l’isoloir au risque de recevoir des sanctions entre 50 et 500 euros d’amende.

On notera également qu’il est déconseillé de commenter son choix électoral aux abords des bureaux de vote, ainsi que dévoiler la nature de son vote. En effet, cela pourrait être considéré comme une forme de pression ou d’influence sur autrui. Des sanctions pourraient également être infligées à une personne en faute pouvant aller de 300 à 5000 euros d’amende. En dehors de la zone de vote, les électeurs sont libres de dévoiler leur choix.

Il n’est pas question de reproduire les événements des élections européennes de 2014. En effet, à l’époque, l’agence de voyages Neckermans avait lancé une campagne particulière lors des élections. Celle-ci proposait de gagner un voyage tous frais payés à dix personnes qui se seraient prises en selfie dans l’isoloir, vêtu d’un simple maillot de bain. Un jeu-concours qui avait rencontré un certain succès sur les réseaux sociaux.