Les exemples de téléphones qui prennent feu sont légion, on pense notamment à la vague de Galaxy Note 7 qui s’enflammaient voire explosaient en 2016, avant d’être retirés du marchés. Les coupables sont bien souvent les mêmes : les batteries lithium-ion. Des chercheurs viennent de mettre au point une nouvelle batterie, toujours au lithium, qui ne “s’enflammera pas”.

Une batterie classique comporte deux électrodes séparées par une fine couche de plastique. L’électrolyte liquide de ces batteries s’enflamme au moindre contact entre les deux électrodes, alors que le plastique se casse lors d’une chute ou simplement à cause d’un défaut de conception. Une solution serait d’utiliser un électrolyte solide, mais cela rend la fabrication des batteries nettement plus complexe.

Les chercheurs du laboratoire national d’Oak Ridge proposent donc une autre réponse à ce problème : solidifier l’électrolyte liquide de la batterie en cas d’impact. Pour ce faire, les chercheurs suggèrent simplement d’y ajouter de la silice. Les scientifiques se sont inspirés du oobleck, une substance entre deux états : solide et liquide. Celle-ci devient solide lorsqu’elle est malmenée.

Le procédé est toutefois complexe pour une batterie puisqu’il faut utiliser des nanoparticules parfaitement ronde. De plus, il serait impossible d’injecter l’électrolyte dans la batterie sans risquer qu’il se solidifie sous la pression. L’objectif à terme serait de fabriquer des batteries dont seule une partie du liquide deviendrait solide en cas d’impact, ce qui permettrait à la batterie de fonctionner encore malgré un choc.