Pour nous remettre d’un Avengers : Infinity War aux évènements dramatiques, Marvel Studios offre une bouffée d’air frais avec Ant-Man et la Guêpe, actuellement dans les salles. L’occasion de faire un peu plus connaissance avec un super-héros encore un peu trop méconnu du grand public…

Pour la suite d’Infinity War, il va encore falloir attendre

Ceux qui voulaient en savoir plus sur le sort des Avengers après le passage ravageur de Thanos dans Infinity War vont devoir attendre. Ant-Man et la Guêpe se déroule chronologiquement après le premier Ant-Man et Captain America: Civil War. Il met donc en scène un Scott Lang qui est encore bien loin de prendre part à la guerre contre Thanos. Celui-ci doit trouver l’équilibre entre sa vie de super-héros et ses responsabilités de père. C’est à ce moment qu’une nouvelle mission lui est confiée, lors de laquelle il devra faire équipe avec La Guêpe.

Une super héroïne en tête d’affiche

Mieux vaut tard que jamais. Au cours de ses dix années de production, le MCU n’avait pas donné autant d’importance à une super-héroïne. Volant presque la vedette à Ant-Man, La Guêpe (interprétée par Evangeline Lilly) tient ici une place importante et forme un duo dynamique avec l’homme-fourmi. Certes, La Veuve noire interprétée par Scarlett Johansson et Gamora des Gardiens de la Galaxie ont marqué les esprits par le passé, mais aucune d’elle n’avait droit à avoir son nom apparaître dans le titre. Un traitement de faveur pour un personnage aux pouvoirs incroyables, qui n’est autre que la fille du Dr. Hank Pym (Michael Douglas) et de Janet Van Dyne (Michelle Pfeiffer), qui sont à l’origine des pouvoirs de Ant-Man.

Un type normal avec une famille

Loin des considérations universelles voire intergalactiques des autres super-héros, Ant-Man est plus terre-à-terre et a d’ailleurs pour thème central la famille (celle de Scott Lang mais aussi celle des Pym-Van Dyne). Ant-Man est en effet un héros ordinaire, qui n’a pas de super-pouvoirs en dehors de ceux de son costume et n’est ni un brillant scientifique ni un milliardaire. Il ne se considère d’ailleurs pas comme un véritable héros et, après avoir mis indirectement en danger sa fille et avoir passé un certain temps en prison, il hésite cette fois à laisser de côté le costume de Ant-Man pour se consacrer exclusivement à sa famille.

Un film de casse avec beaucoup d’humour

Sur un ton beaucoup moins grave qu’Infinity War, Ant-Man et La Guêpe est un divertissement dans la lignée du premier volet proposant une aventure plus légère, entre intrigue policière et comédie. Les producteurs ont d’ailleurs confié qu’ils s’étaient inspirés des romans d’Elmore Leonard pour imaginer les différents ennemis que doit affronter Scott Lang. Les écrits de ce romancier ont notamment inspirés Hors d’atteinte de Steven Soderbergh et Jackie Brown de Quentin Tarantino.

Une super-vilaine invisible

Mais Ant-Man et la Guêpe doivent aussi bien sûr ici faire face à un adversaire aux pouvoirs extraordinaires. Il s’agit de Ghost, un personnage entouré de mystère capable de se rendre invisible et de traverser les murs grâce à sa combinaison cybernétique blanche qui la fait ressembler à un fantôme. Une super-vilaine jouée par Hannah John-Kamen (vue dans Tomb Raider et Ready Player One) qui n’est ni vraiment gentille ni fondamentalement méchante.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.