La Chine a brièvement interdit l’usage de la lettre “N” sur Internet

La Chine a brièvement interdit l’utilisation de la lettre “N” sur le réseau social Weibo.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

La Chine nous a délivré un nouvel exemple de l’absurdité de son féroce système de censure. Suite à l’annonce dimanche dernier du Parti communiste chinois de réformer la Constitution pour permettre à son président Xi Jinping de se maintenir indéfiniment au pouvoir en enchaînant les mandats, la censure s’est renforcée davantage en Empire du Milieu.

Pour faire taire les opposants, une liste noire de mots et expressions a été constituée. Afin d’éviter les commentaires négatifs sur le Web, les censeurs ont ainsi bloqué sur Weibo, le Twitter chinois, des termes tels que “mandat”, “roi autoproclamé”, “pas d’accord”, “10 000 ans” (qui est une façon de dire “longue vie à l’empereur” en chinois), ou encore “Xi Zedong”, soit la contraction du prénom de Xi Jinping et du nom de l’ancien empereur qui a fondé la République populaire de Chine, Mao Zedong.

“N” le maudit

Plus étonnant encore, la lettre”N” a été censurée de façon temporaire. Victor Mair, professeur de langue et littérature chinoises à l’université de Pennsylvanie, explique cette interdiction par une crainte de la part du gouvernement que “‘N’ = ‘n mandats’, où n serait > 2”, écrit-t-il. Ce qui signifie que la lettre “N” serait utilisée pour évoquer le nombre de mandats à venir du président chinois.

Un contenu vraisemblablement ajouté hâtivement à la liste noire puisque, selon le China Digital Times, la mesure a été levée dans la journée du 26 février. Il n’empêche, il s’agit là encore d’un nouvel exemple ahurissant de la politique en ligne la plus restrictive qui soit. Le Grand Firewall chinois interdit l’accès à tous les contenus jugés sensibles politiquement et empêche la connexion à des “services étrangers” tels que YouTube, Facebook, Instagram, Google ou encore Twitter. Pour y accéder, les chinois n’ont d’autre choix que de contourner ces blocages, en utilisant notamment des VPN…qui ont également été bannis du pays.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.