Après l’annonce de ses deux milliards d’utilisateurs, Facebook apporte un autre chiffre impressionnant. Le célèbre réseau social prétend supprime plusieurs dizaines de milliers de contenus à caractère haineux et ce, de manière hebdomadaire.

Un-groupe-secret-humilie-les-femmes-sur-Facebook

Avec ses deux milliards d’utilisateurs, on peut imaginer que Facebook soit submergé de messages et de publications en tous genres. Du contenu que le réseau social doit passer au crible afin de limiter la prolifération de messages de haine. Facebook a déclaré récemment que la tâche était accomplie à titre de 66 000 suppressions de commentaires offensants par semaine.

Facebook admet qu’un tel effacement de son site de messages et de publications jugés hostiles était une sorte de censure, mais pour le réseau social c’est un mal nécessaire pour protéger ses utilisateurs et essayer de court-circuiter la propagation de commentaires malveillants.

Des suppressions qui se fondent sur des critères assez flous, mais l’entreprise de Mark Zuckerberg se veut rassurante. Les cibles de ses effacements ne concernent que les contenus haineux dirigées vers des personnes en raison de leur couleur de peau, leur orientation sexuelle et d’autres critères que Facebook n’est pas prêt à partager. Une transparence en demi-teinte pour le réseau social.

Facebook se base principalement sur les signalements de ses utilisateurs pour trouver et juger si les messages doivent ou non être supprimer. En interne, c’est 4500 employés qui s’occupe de repérer et de supprimer ce genre de contenus. Un système mis en place qui vient répondre à la sommation de la justice autrichienne qui avait obligé le réseau social à supprimer les messages à caractère haineux.

En 2018, Facebook prévoit de recruter 3000 personnes supplémentaires pour continuer de limiter la présence de ce genre de messages sur son réseau.