Hyperloop : les choses s’accélèrent

Le mode de transport ultra-rapide Hyperloop, imaginé par Elon Musk, vient d’entrer en phase de construction des éléments nécessaires au premier module. Ce mode de locomotion très futuriste pourra dépasser les 1200 km/h en circulant dans des tubes sous pressurisés.

Crédit : D.R.
Crédit : D.R.

C’est la société Hyperloop Transportation Technologies (HTT) qui vient d’annoncer la construction du premier module. En compétition avec d’autres entreprises engagées dans le développement de cette nouvelle technologie futuriste, la course est tendue. HTT va démarrer la production des premiers éléments afin de pouvoir présenter, dès 2018, la capsule prévue au transport des passagers.

En collaboration avec le centre R&D (recherche et développement) de Toulouse, la capsule complète Passenger Hyperloop verra le jour sur le sol français. HTT devrait la tester en Slovaquie comme il l’avait précédemment déclaré.

Jusqu’ici, l’entreprise n’avait pas montré beaucoup de résultats concrets, malgré les études menées pour justifier et séduire les investisseurs. Le projet développé par HTT fonctionne sur base d’une capsule propulsée à très grande vitesse dans un tube très peu pressurisé pour réduire les frottements d’air. Associée à cela, une nouvelle technique de lévitation magnétique MagLev qui consomme moins d’énergie que ses concurrents et qui sera alimentée par des énergies renouvelables.

Crédit : Hyperloop Transportation Technologies
Crédit : Hyperloop Transportation Technologies

Ce nouveau type de transport pourra, à terme, faire circuler entre 20 et 40 passagers par capsule, d’une longueur de 30 mètres. Celle-ci devrait atteindre une vitesse de 1223 km/h à pleine vitesse et réduire drastiquement le temps de parcours. C’est une révolution des moyens de transports qui est en train de voir le jour.