Dans le monde, les passagers ont 39% de chance de monter à bord d’un appareil équipé du Wi-Fi. D’après un rapport international émis par la plate-forme RouteHappy, Delta, United et Emirates présente le plus grand nombre de sièges équipés d’une connexion Wi-Fi. 

© AFP
© AFP

En comparaison avec l’année dernière, les chances des passagers de profiter du Wi-Fi à bord ont bondi de 8%, d’après cette étude internationale, ce qui représente plus de 1 milliard de sièges supplémentaires équipés. Delta, une compagnie qui sillone le ciel des Etats-Unis et gère aussi des vols internationaux, propose le plus grand nombre de sièges offrant la possibilité de se connecter à Internet en Wi-Fi.

Pour établir ce palmarès, le rapport s’appuie sur une mesure (available seat miles), qui prend en compte le nombre de sièges et le nombre de kilomètres parcourus par les appareils de la compagnie. United Airlines arrive en seconde position, devant Emirates qui a clairement consacré 2016 à l’installation du Wi-Fi, avec 126 millions de sièges connectés supplémentaires. 

A l’échelle des long-courriers, Emirates s’impose d’ailleurs comme la compagnie offrant le plus de chance d’être connecté, devant United puis Lufthansa. La compagnie basée à Dubaï se taille la part du lion grâce à ses A380, l’appareil transportant aujourd’hui le plus de passagers dans le ciel. 

A noter qu’au sein de ces deux classements, les compagnies européennes sont très peu représentées. Outre le groupe allemand, les Espagnoles Iberia (12e) et Air Europa (19e) ainsi que la Scandinavian (20e) représentent le trafic aérien du Vieux Continent, pour ce qui est du classement de la meilleure connexion pour les long-courriers. 

En 2017, le constat devrait être encore plus probant, de nombreuses compagnies aériennes ayant annoncé le lancement d’équipements Wi-Fi à bord. Dans les années à venir, les passagers peuvent aussi espérer payer moins cher pour se connecter à Internet à 10.000 mètres d’altitude. La question du Wi-Fi gratuit à bord de toutes les avions relève quant à elle d’un futur plus lointain. 

AFP