Un jeune Carolo a comparu devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour des faits de piratage informatique. Fou du jeu «Dofus», il parvenait à prendre le contrôle des ordinateurs de particuliers pour leur dérober de l’argent virtuel.

Crédit photo : Belga
Crédit photo : Belga

C’est une enquête du FBI sur les utilisateurs de logiciels de hacking tels que Black Shades et Dark Comet qui a permis l’interception de David, un jeune informaticien originaire de Charleroi. Accro au jeu de rôles «Dofus», il avait téléchargé des programmes permettant de prendre le contrôle des ordinateurs d’autres joueurs. Il parvenait ainsi à utiliser la webcam des victimes et à vérifier qu’elles n’étaient pas devant leur PC pour le pirater discrètement. Il avait aussi accès aux données de l’utilisateur et leur a dérobé des «Kamas», la monnaie virtuelle qui permet d’acheter des équipements et d’évoluer au sein du jeu vidéo «Dofus».

Une perquisition au domicile de la mère du prévenu a permis de récolter les aveux de ce dernier qui étudie actuellement l’informatique et la gestion.

Selon le parquet, la monnaie virtuelle s’achète avec du véritable argent. Le prévenu a donc dérobé l’équivalent de 1.500 euros à ses différentes victimes. «Les braconniers font les meilleurs garde-forestiers», a commenté la substitute qui n’est pas opposée à une mesure de faveur, compte tenu de la prise de conscience du jeune homme.

Me Dandois a d’ailleurs plaidé la suspension du prononcé pour son client qui n’a utilisé aucune autre donnée que celles relatives au jeu vidéo duquel il a depuis lors été banni. Les excellentes capacités informatiques du jeune homme lui ont permis d’aider à développer une application de web banking lors d’un stage. Son avenir dans le métier semble donc tout tracé et ne doit pas être compromis par un casier judiciaire. Jugement le 5 septembre.

Belga

2 Commentaires

  1. […] En Belgique, une petite frappe du web vient de finir devant la justice après avoir utilisé l’un de ces chevaux de Troie, et s’être retrouvé dans la liste du FBI. Via le RAT qu’il avait téléchargé, il prenait le contrôle d’ordinateurs de joueurs du jeu DOFUS. Il attendait que les joueurs quittent leur écran pour se promener dans les disques durs de ses victimes et sur les comptes « joueur » de ces victimes. Que faisait-il ensuite ? A-t-il mis en danger une centrale nucléaire ? Pris le contrôle d’une voiture ? Le voyou 2.0 volait l’argent virtuel des joueurs. Une monnaie baptisée « Kamas ». Il aurait volé l’équivalent de 1.500€ selon le Soir. […]

  2. !!! cela fera également un excellent espion… d’autre part, pour se payer les services de Me Langlois il faut être hyper fortuné… donc le jugement laisse entendre que le piston parental a servi la cause de la non condamnation…. Un pauvre issu des bas fonds carolos aurait été condamné.. C’est là dessus que Charles michel devrait se pencher… ce jeune mérite la taule… (suis sur facebook)

Comments are closed.