La vidéo avait fait le buzz : le robot Atlas y montrait de quoi il était capable. Il devra désormais évoluer sans Google…

Crédit Photo : D.R.
Crédit Photo : D.R.

Boston Dynamics est une entreprise spécialisée dans la robotique. Et ce n’est pas n’importe laquelle : elle avait fait parler d’elle il y a quelques semaines grâce à une vidéo où on s’émerveillait devant les aptitudes de son robot, Atlas. Il y a 3 ans, Google, via sa filiale, Alphabet, achetait cette société robotique. Pourtant, c’est déjà de l’histoire ancienne, Google ayant décidé de s’en séparer car l’activité ne serait pas jugée suffisamment rentable à court terme. En fait, il y aurait également un problème d’image et d’entente à la base de cette séparation.

Sources du problème

Tout d’abord, Google souhaitait mettre rapidement sur le marché des produits issus de Boston Dynamics. C’est l’une des raisons de la fin de cette “collaboration”. Mais ce n’est pas tout : l’ambiance entre les équipes de Google et celles de la filiale robotique n’était pas au beau fixe. A cela, ajoutons le départ d’Andy Rubin qui était à la tête de la section robotique. Celui-ci a décidé de fonder sa propre start-up. Aussi, d’après Aaron Edsinger, le directeur du département des robots, évoquait “un mur de briques” encerclant Boston Dynamics.

Enfin, Google craint que les robots finissent par remplacer les hommes. Si on imagine mal que la firme n’ait jamais pensé à cette éventualité, la directrice communication, Courtney Hohne, a écrit dans un email : ” Il y a de l’excitation dans la presse tech’, mais nous commençons aussi à voir des messages négatifs sur le fait que c’est terrifiant, prêt à prendre le travail des humains “. La peur qu’entraînerait ces robots auprès du grand public serait donc un obstacle de trop pour Google…

Rémi Lach (St.)