On doit le roman “Hey Harry Hey Matilda” à la photographe, auteur et éditrice photo Rachel Hulin. Elle utilise le réseau social pour dévoiler, post par post, la trame narrative de son oeuvre multimédia.

heyhey

Twitter a déjà été utilisé à plusieurs reprises comme une plateforme pour les auteurs qui recouraient au format de 140 signes du réseau social pour dévoiler leurs histoires, sous forme d’épisodes. Par exemple, David Mitchell a publié sa nouvelle “The Right Sort” par ce biais au moyen de 280 tweets, alors que des écrivains de renom comme Margaret Atwood ont aussi contribué au Twitter Fiction Festival avec des oeuvres inédites.

“Hey Harry Hey Matilda” est cependant le premier projet de ce genre à utiliser le potentiel multimédia d’Instagram. Rachel Hulin, qui a publié le livre pour enfants “Flying Henry” en 2013, s’est intéressée à cette expérience surtout centrée sur la narration à partir de photos.

Son récit met en scène les jumeaux Matilda et Harry Goodman, la trentaine, qui échangent des détails de leur vie quotidienne au moyen d’emails successifs qui se dévoilent sous la forme de posts Instagram légendés. De nombreuses photos et quelques rares vidéos permettent au frère et à la soeur d’exposer leurs vies, des considérations quotidiennes triviales aux sujets plus existentiels.

Pour Rachel Hulin, les thématiques de son histoire sont “l’amour, la vie, les mensonges et le passage à l’âge adulte”. Ses posts parlent tour à tour du baiser, de l’épilation du maillot et de physique des particules.

Les lecteurs curieux de ce nouveau format peuvent suivre la narration dévoilée au compte-goutte chaque semaine sur instagram.com/heyharryheymatilda. La première partie du roman, sans les photos, est aussi visible sur le site www.heyharryheymatilda.com.

Sur ce même site, les lecteurs peuvent aussi s’inscrire pour recevoir les lettres de Matilda et Harry et les photos qui les accompagnent chaque semaine.

AFP