Selon Karl Bode, un spécialiste des téléviseurs et des technologies OLED et 4K, le marché du 4K peine encore à séduire, la faute au manque de contenu mais aussi de standard.

© AFP
© AFP

Selon lui, l’offre en contenu reste mineure par rapport à la promesse des fabricants de téléviseurs, qui poussent en avant une technologie qui est aujourd’hui pratiquement impossible à exploiter, la faute à un catalogue de films “4K” qui ressemble davantage à un simple folder qu’à une mine d’or, et à une offre numérique qui tarde à se développer. Beaucoup plus inquiétant, les studios hollywoodiens tarderaient à adopter les technologies 4K, considérant cet investissement comme beaucoup trop élevé pour un parc de téléviseurs encore trop peu développé.

Par ailleurs, Karl Bode explique que l’absence d’un standard 4K affecte également le consommateur. “Beaucoup de fabricants de téléviseurs 4K vendent des sets qui sont censés embarquer des ports HDMI 2.0 alors qu’il s’agit de ports HDMI Lite, capables de transférer des images à une vitesse de 10Go par seconde, contre les 18 Go par seconde du HDMI 2.0.” En d’autres termes, la notion de “4K” est très variable d’un constructeur à l’autre, et les mauvaises surprises ne sont pas à écarter lors de l’achat.

Selon lui, il est préférable d’attendre quelques mois encore, voire années, avant de craquer pour un téléviseur 4K, ne fut-ce que pour s’assurer que des standards existent, et qu’il y aura suffisamment de contenu compatible avec le parc de téléviseurs 4K pour justifier l’investissement.