Dans le cadre de sa campagne d’amélioration de l’image de son infrastructure, l’opérateur promet des améliorations pour certaines lignes de la SNCB, notamment au sein des zones forestières.

mobistar-reseau-infrabel

Si le trajet entre Namur et Arlon est régulièrement cité comme un point noir du réseau ferré belge pour les nombreux retards et incidents qui y sont constatés, l’autre souci vient des télécoms. En effet, entre Libramont et Marloie, par exemple, il reste complexe pour les smartphones d’accrocher un signal valable pendant de longues minutes. Mais il existe bon nombre d’autres localités touchées par ces zones blanches.

Dans une brève vidéo publiée sur YouTube, Mobistar assure être conscient du problème et surveille l’évolution de cette couverture ferroviaire pour constater si ses adaptations au niveau des antennes portent leurs fruits. L’effort se poursuivra encore pendant les mois qui nous séparent de 2016.

Une initiative louable qui pourrait motiver Base et Proximus à procéder de la même manière. Sans oublier qu’Infrabel, le gestionnaire des rails belges, dispose lui d’un réseau mobile qui couvre pratiquement l’ensemble des lignes voyageurs, mais uniquement à des fins sécuritaires, le matériel roulant étant de plus en plus connecté.