En Inde, un homme a été arrêté après avoir envoyé trois vidéos pornographiques au compte WhatsApp de la police.

© DR
© DR

La police de Delhi utilisent désormais WhatsApp comme un nouvel outil de communication avec le grand public. En utilisant la messagerie mobile, les citoyens peuvent envoyer des appels à l’aide, preuves photo ou vidéo et informations à la police, qui se charge ensuite de vérifier les informations communiquées.

Ce nouvel outil, déjà très populaire auprès de la population locale, permettrait aux enquêteurs de recevoir des informations capitales de sources parfois sous couvert d’anonymat, qui permettraient d’accélérer certaines enquêtes.

Ligne publique oblige, les dérives seraient également nombreuses.

Récemment, un citoyen Indien, du nom de Chandan Singh aurait envoyé un clip pornographique de quelques secondes au compte WhatsApp de la police, qui aurait répondu à la provocation par un simple message d’avertissement. Deux clips plus tard, Chandan Singh finira derrière les verrous, et confiera avoir voulu alerter la police sur les dérives de l’industrie pornographique… Agacé par les vidéos pornographiques, l’homme aurait voulu pousser les autorités à prendre position contre la pornographie.

Dans un rapport, la police de Delhi indique que le compte WhatsApp utilisé par les autorités s’est néanmoins avéré très utile pour faire avancer plusieurs enquêtes, et en particulier dans le domaine de la corruption.