Les 10 plus grosses erreurs de Microsoft

Si nombreux sont ceux à critiquer Windows 8, la dernière version du système d’exploitation de Microsoft ne s’en sort pas aussi mal, quand on compare ses chiffres de ventes à certains de ses plus flamboyants échecs. De Windows RT à Windows Vista, en passant par la Zune, l’Ultimate TV et la Kin, on vous dit tout sur les plus grosses erreurs de Microsoft!

La Zune, un concurrent raté à l’iPod

zune

Lancé en 2006 aux Etats-Unis, le Zune se veut le concurrent direct de l’iPod, un lecteur multimédia capable de lire des films, vidéos, de la musique et d’afficher des images sur un petit écran de 7,5cm. Le géant informatique manque cependant son entrée sur ce marché, la faute à une commercialisation catastrophique – le lecteur prendra plus de quatre années pour traverser les frontières américaines et partir à la conquête du monde, un design décrié et surtout une cote de popularité au plus bas. Véritable flop commercial, le Zune est retiré de la vente courant 2011 et Microsoft coupe définitivement le service Zune, équivalent d’iTunes, en juin 2012. Selon l’Associated Press, Microsoft aurait vendu 2 millions de Zune au cours des deux premières années de commercialisation de son produit, contre 76 millions d’iPod pour son rival Apple.

La Smart TV avant l’heure

ultimatetvPionnier de la Smart TV, Microsoft lance en 2000 Ultimate TV, un service qui permet à ses utilisateurs de surfer, envoyer des emails, consulter les programmes des 14 prochains jours, enregistrer des programmes et même programmer des enregistrements. Le succès du produit est plutôt timide. En une année, Microsoft parvient à convaincre seulement 50.000 clients. Deux ans après le début de la commercialisation de l’Ultimate TV, Microsoft annonce la fermeture de la division et le licenciement immédiat de 168 employés. Le reste des effectifs rejoint la nouvelle division Xbox. Principale raison de l’échec : les difficultés du groupe informatique à signer des contrats avec des chaines câblées…

Les Kin Phones

kin

En 2010, Microsoft lance un téléphone portable d’un nouveau genre sur le marché. Les Kin Phones One et Two visent un public très jeune, mordus de réseaux sociaux, avec une interface conçue pour les accros de l’Internet. Malheureusement pour Microsoft, les coûts trop élevés des formules en data et le contrat exclusif qui le lie à Verizon condamne au Kin Phone à disparaître un mois seulement après sa commercialisation. Dans la foulée, Vodafone, qui prévoyait un lancement en Europe, annule sa commande, et Microsoft cesse de produire le modèle. Quelques mois plus tard, Verizon lance une seconde version du produit, rebrandé sous la forme d’un “feature phone”. Une fois encore, l’appareil se vend plutôt mal. Verizon cesse toute commercialisation quelques mois plus tard. Les clients ayant acheté un KIN Phone, perdent toutes leurs données sauvegardées sur le site KIN en 2011, et l’opérateur s’engage à leur offrir un smartphone 3G pour se faire pardonner…

Windows Vista, la génération maudite

vista

Lancé courant 2007, Windows Vista se veut une véritable révolution pour l’écosystème grâce à sa nouvelle interface et surtout un OS résistant aux virus. Mais Windows Vista n’est pas à proprement parler un nouveau Windows. En réalité, Vista se veut une version alpha du futur Windows 7, dont le développement avait pris plusieurs années de retard. Instable, le système d’exploitation connaît de nombreux ratés et reçoit un accueil glacial des médias. Les ventes du système d’exploitation ne sont également pas à la hauteur des espoirs de Microsoft, qui commercialisera deux années seulement après Windows 7.

Windows XP Tablet PC : un produit immature

xp

En 2002, Microsoft lance une version customisée de Windows XP pour s’attaquer avant Apple au marché des tablettes. Un projet ambitieux qui se heurte cependant à un mur. Plutôt que de viser le grand public, Microsoft se concentre sur les business et entreprises. Conçu pour un usage bureautique, l’ordinateur tactile de Microsoft est un échec. Trop cher, pas assez performant, souffrant d’une reconnaissance défectueuse et peu adapté à un usage mobile, le Tablet PC est un échec cuisant pour Microsoft, qui voit s’échapper la possibilité de prendre une grosse longueur d’avance sur son rival Apple…

L’Ultra Mobile PC, une seconde tentative, encore ratée

ultra

Quatre ans après Windows XP Tablet PC, Microsoft remet le couvert. Le géant lance son projet Origami avec les “Ultra Mobile PC”, une nouvelle gamme d’ordinateurs portables et tactiles qui s’apparentent à des tablettes et embarquent une version simplifiée de Windows. Si plusieurs fabricants se joignent à la cause, dont notamment Samsung, les ventes ne secouent pas vraiment l’écosystème et le succès des Ultra Mobile PC reste très mitigé. Le dernier modèle d’UMPC sort en 2011 dans l’anonymat le plus complet. Trop chers, peu ergonomiques et commercialisés de manière peu habile, l’UMPC est un échec flagrant face à l’iPad d’Apple.

Windows RT : un OS condamné

rt

En 2012, Microsoft introduit deux nouveaux systèmes d’exploitation : Windows 8 et Windows RT. Le premier succède à Windows 7 et peut-être intégré à la fois aux ordinateurs et tablettes. Le second se distingue de son ainé au niveau de sa compatibilité. Contrairement à Windows 8, il ne permet pas de faire tourner des programmes Windows classiques, mais uniquement les applis Windows 8 du Store. Un pari audacieux qui place la petite Surface RT en concurrence directe avec l’iPad. Mais l’énorme différence d’applis compatibles avec la machine précipitent l’effondrement de Windows RT. Fin 2013, Microsoft et Nokia sont les deux derniers fabricants à supporter l’OS. En parallèle, Microsoft enregistre des ventes catastrophiques pour sa petite tablette, la Surface RT, qui n’atteint pas les objectifs du géant.

Le rachat de Rare

rare

Principal partenaire de Nintendo jusqu’à 2001, Rare est considéré comme un atout très précieux pour Microsoft lors du lancement de sa Xbox. Le géant informatique rachète le studio de développement britannique pour la coquette somme de 377 millions de dollars en 2002. Auteur de véritables hits, comme Goldeneye 007, Perfect Dark, Banjo & Kazooie, Conker ou encore Killer Instinct, le studio semble être l’allié idéal de Microsoft pour s’imposer sur le marché des consoles de jeu. Malheureusement, les premiers jeux du géant connaissent un succès mitigé (Grabbed by the Ghoulies, Kaméo), ou sortent trop tôt (Perfect Dark Zero). Après une longue série d’échecs, Microsoft décide de réorganiser le studio pour concentrer l’essentiel de ses effectifs sur le développement de jeux Kinect. Microsoft tire alors un trait sur l’énorme potentiel des franchises du studio, qui auraient pu lui ouvrir les portes d’un marché très grand public…

Face à Google Ads, Microsoft se fait tout petit

ads

En 2007, Microsoft fait l’acquisition d’aQuantive pour 6 milliards de dollars, avec l’ambition de devenir un rival de choix de Google. Le géant américain, qui s’est lancé à la conquête du marché des publicités en ligne avec Google Ads a déjà une petite longueur d’avance sur son rival. Mais les choix douteux de Microsoft et le succès mitigé de Bing condamnent Microsoft à abandonner un marché à pourtant très fort potentiel. En 2012, Microsoft déprécie les actifs de sa division de services en ligne de 6,2 milliards de dollars, tirant un trait sur une aventure qui lui aura coûté une petite fortune…

Xbox : l’écrasante domination de Sony

xbox

Si Microsoft est devenu un acteur majeur de l’industrie vidéoludique, l’entreprise américaine a connu quelques difficultés à s’imposer sur le marché lors de ses débuts. En 2001, le géant informatique lance la Xbox, sa première console de salon. Vendue trop chère, débarquée tardivement sur le marché et souffrant de l’immense popularité de la marque PlayStation, la console ne se vend “qu’à 24 millions d’unités”. Si le géant américain écrase Nintendo et sa petite Gamecube (21 millions), le succès reste très mitigé face à la PlayStation 2 de Sony, qui dépasse les 150 millions de consoles vendues. Heureusement pour Microsoft, ses très gros investissements donnent finalement de meilleurs résultats avec la Xbox 360, qui se vend aussi bien, si pas mieux que sa rivale, la PlayStation 3.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.