Deux technophiles, Scott Torborg et Star Simpson, ont profité de leur participation au projet Glass pour démonter entièrement le gadget qui attise autant la curiosité que la controverse.

google-glass-teardown
Dans cet état, elles fonctionnent moins bien…

Bien aidés par quelques spécialistes de la pratique de l’effeuillage technologique, les deux comparses précités ont souhaité comprendre comment Google est parvenu à fabriquer ces fameuses lunettes d’un nouveau genre. Ils ont découvert petit à petit un assemblage relativement simple et logique mais également une sélection de composants qui sont, pour la plupart, aisément accessible dans le commerce de détail électronique.

Par exemple, la carte mère embarque un processeur de la série Omap mis au point dans le sud de la France par l’américain Texas Instruments. Il s’agit d’un Omap 4430 double cœur cadencé à 1GHz, supporté par de la DRAM mobile de marque Elpida. L’espace de stockage est livré par SanDisk. Il atteint les 16Go. Dans l’ensemble, il apparaît que cette structure n’appartient pas à la toute dernière génération de produits d’informatique embarquée, ce qui laisse entrevoir un éventuel produit final plus puissant, plus efficace.

La batterie, dont le logement est situé derrière l’oreille, plafonne aux alentours des 570 mAh, une quantité quatre fois inférieure à ce qui est régulièrement constaté au sein des smartphones.

Le descriptif complet ainsi que bon nombre d’illustrations se trouvent sur le site catwig.com.

On en parle sur le forum