Imaginez un véhicule bourré de technologie, ouvert à une communauté en ligne et disponible pour faire du journalisme embarqué. Montez dans le Lab da.VAN.ac.

Cela va faire dix ans que j’avais ce projet en tête“, nous confie Damien Van Achter. Connu dans le monde des start-up, influent sur Twitter et dans le monde du journalisme numérique, ce fondu de nouvelles technologies est en train de réaliser son projet fou. L’idée est simple : acheter un van et l’équiper de tous les objets nécessaires pour en faire un objet connecté, utile pour communiquer de n’importe où. Et surtout, faire de ce van un objet communautaire. “J’insiste sur cet aspect, c’est avant tout un projet pour une communauté. On discute, on échange des idées, des projets, et on le fait ensemble“, explique Van Achter.

La levée de fond bat des records de vitesse

Concrètement, à qui pourrait servir ce véhicule ? A des journalistes lors d’un reportage. Par exemple au moment d’élections locales (les municipales françaises sont déjà en ligne de mire). Mais aussi à des organisateurs d’événements, qui voudraient communiquer en mouvement. Et aussi aux étudiants en journalisme, puisque Damien Van Achter est enseignant dans trois d’entre-elles, en Belgique et en France.

Nous sommes ancrés dans le monde du numérique et j’essaye d’expérimenter en ce sens“, poursuit le cofondateur de Nest-up. “C’est vraiment un pari, une bouteille à la mer.” Le modèle économique est donc lui aussi un pari. Le ticket d’entrée pour faire partie de la communauté en ligne sera de 24€/an. “C’est symbolique” reconnaît Damien Van Achter. L’idée est de tester quelque-chose et de “voir ensuite quel modèle économique pourrait sous-tendre un tel objet“.

En attendant, l’inventeur du projet a lancé sur une plateforme de “crowd funding” un appel aux contributions, afin d’acheter une partie du matériel qui équipera le van. L’achat du véhicule (un van Mercedes de 28.000€ HT) ayant été assuré par Van Achter lui-même, via sa société. Les premiers échos montrent un enthousiasme certain de la future communauté du Lab da.VAN.ac. Les idées fusent déjà, à en croire Van Achter. Et la levée de fond bat des records de rapidité, puisqu’en seulement 12 heures, 50% de la somme espérée était déjà atteinte ! A l’heure où nous écrivions ces lignes, nous en étions à 64%. “L’idée est d’ouvrir la communauté, à l’aide de Google +, dès la fin de la collecte“, explique le professeur de journalisme, ravi par le succès de son appel au don.

Le lancement sur les routes du Lab da.VAN.ac est prévu pour le mois d’août.

Louis Colart (St.)