Le géant de la presse américaine News Corp se lance un nouveau défi avec Amplify, une tablette conçue pour les besoins des établissements scolaires. Bien décidé à révolutionner l’usage des technologies en classe, la firme de Rupert Murdoch mise sur une offre alléchante et une suite logicielle adaptée à l’éducation.

© News Corp

Il y a une formidable opportunité si on parvient à rendre les programmes éducatifs excitants aux yeux des élèves“, explique Joel Klein, le vice-président de News Corp. Pour cet ex-chancelier de l’école publique de New-York, News Corp a l’atout de bien connaitre les besoins de l’éducation publique. “Nous comprenons la technologie et nous comprenons l’éducation. Or, beaucoup de gens qui comprennent les technologies ne comprennent pas l’éducation.”

Disponible dans deux modèles (Wifi et 4G), Amplify embarque de nombreux cours et exercices de base. Plus qu’une simple surcouche d’Android, il s’agit véritablement d’une tablette conçue pour l’éducation, qui permet notamment au professeur de garder un oeil sur l’attention de ses élèves en classe, et d’avoir un feedback sur leur compréhension à l’aide d’émoticônes.

Conçu pour offrir un réel confort d’utilisation, le modèle Wifi est le modèle de base, vendu à 299$, avec un abonnement de deux ans au Times à 99$. Le modèle 4G, lui, s’adresse aux élèves qui ne disposent pas d’un ordinateur ou d’une tablette à la maison et nécessitent une connexion pour faire leurs devoirs. Il sera commercialisé au prix de 349$. Pour aider les écoles à adopter la tablette, News Corp mise sur un programme d’aide qui permettra aux établissements de bénéficier de subventions.

Si l’idée est plutôt alléchante sur le papier, le projet Amplify est déjà vivement critiqué par l’association américaine des enseignants. “Joel Klein parlait toujours de supprimer les enseignants et placer les enfants devant un écran” explique Michael Mulgrew, président de l’Union Fédérale des Enseignants. Peu apprécié du corps enseignant, le chef de projet d’Amplify a également trempé dans le scandale des écoutes téléphoniques qui avait affecté News Corp il y a plus d’un an, et fait don de plusieurs milliers d’euros à certaines organisations supportant l’élection de candidats au conseil de l’éducation de Los Angeles. Pour lui couper l’herbe sous le pied, certains n’hésitent d’ailleurs pas à évoquer un “conflit d’intérêt”. Une situation qui ne passe pas inaperçue dans les médias américains et qui pourrait pousser News Corp à revoir sa stratégie pour le lancement d’Amplify…

On en parle sur le forum.

[ Source : NY Times ]