Derrière ses apparences de smartphone milieu de gamme, le Nokia 808 PureView est une petite merveille de technologie et surtout le tout premier smartphone PureView, équipé d’un capteur de 41 mégapixels…

Un smartphone plutôt banal…

Si l’on ignore le capteur Pureview, le 808 est un smartphone somme toute assez banal. Il reprend à peu de choses près le design du Lumia 710, auquel il ajoute le fameux capteur de 41 mégapixels, qui le rend beaucoup plus lourd (169g) et épais (13,9mm). Aussi lourd qu’un compact, il ne se destine pas aux utilisateurs souhaitant un appareil haut de gamme doté d’un écran large et de fonctionnalités avancées.

Le 808 est équipé de 512 Mo de RAM – à moitié moins que la majorité des smartphones actuels, d’un écran de 4″ Gorilla et Amoled offrant une résolution de 640×360, de 16 Go de mémoire, de la NFC, 3G et d’une batterie de 1400 mAh permettant de tenir jusqu’à 6,5 heures en 3G en conversation.Bref, on est très loin des bêtes de course du moment. Néanmoins, comme Nokia le précise, là n’était pas le but avec le 808…

Un capteur de 41 mégapixels

Depuis son annonce, Nokia n’a de cesse de répéter que la technologie Pureview est révolutionnaire. Si on ne reviendra pas sur le fonctionnement de Pureview dans ce test, déjà traité dans un vaste dossier à l’époque, on s’attardera en revanche plus sur le résultat, image à l’appui…

Avant d’aller plus loin il est néanmoins important de rappeler certaines des caractéristiques du 808 Pureview. Ainsi, l’appareil dispose d’un capteur de 41 mégapixels, presque deux fois plus que les Reflex milieu de gamme de Nikon et Canon. Cela ne fait bien sûr pas tout, mais cette taille d’image gigantesque permet de capter de nombreux détails. Côté focale, on retrouve une ouverture de 2.4, un zoom numérique 4x et une longueur de focale de 8mm. Sur le segment des smartphones, c’est tout simplement le terminal le mieux équipé pour ce qui est de la photographie.

 

 

Le fonctionnement du 808 n’en demeure pas moins assez complexe et nécessite un gros temps d’adaptation. L’appareil n’a pas été conçu pour le grand public et cela se ressent. Pour les amateurs de photographie, même amateurs, le 808 demeure néanmoins parfaitement utilisable.

L’appareil photo s’active par le bouton de prise de vue. Il dispose de nombreuses fonctionnalités et modes embarqués, de la réduction des yeux rouges à divers modes scènes, en passant par le réglage des ISO, de la balance des blancs, la reconnaissance des visages, un mode rafale, un retardateur et même un outil pour faire du Timelapse. Le menu, entièrement tactile, permet d’accéder aux options en quelques clics, et surtout de visualiser le résultat instantanément. Ainsi, il est possible de corriger l’exposition pour qu’une photo initialement ratée en raison de la trop forte luminosité soit parfaitement réussie avec une exposition plus faible. Le résultat se voyant directement à l’écran, il est relativement simple d’avoir de jolis clichés. La galerie est un peu moins agréable à utiliser dans la mesure où son ouverture est marquée par un petit temps de latence…

Côté qualité d’image, le 808 propose deux modes de prise de vue. L’image Pureview, déjà zoomée, de 8 mégapixels, ou l’image de qualité optimale de 37 mégapixels, qui ne permet elle aucun zoom. En réalité, la fonctionnalité Pureview se limite ici à segmenter l’écran pour focaliser la capture d’image sur une seule partie. Dans l’ensemble, la prise de vue en mode Pureview ne change finalement pas grand chose puisqu’il est possible de zoomer à postériori sur l’image de 37 mégapixels. Dans un cas comme dans l’autre, le résultat est plutôt bluffant.

Le PureView offre une qualité d’image jamais vue sur smartphone, égalant sans trop de difficulté celle qu’on peut obtenir avec un compact entrée ou milieu de gamme. Pas de quoi inquiéter les Reflex donc, malgré le capteur de 41 mégapixels, puisque même si le 808 est bien équipé,  il lui manque toujours certains éléments côté optique qui l’empêchent d’obtenir un résultat aussi bon qu’avec un hybride ou un reflex.

De plus, rappelons que l’absence de nombreuses applications de retouche de photos sur Symbian ne joue pas vraiment en sa faveur… Pour les smartphone, il s’agit néanmoins d’un réel pas de géant dans le domaine de la photographie et d’un appareil performant, offrant de nombreuses options de réglages qui peut s’avérer très pratique lorsqu’on n’a pas forcément envie d’emmener son Reflex partout avec soi.

 

Un appareil deux en un

Limiter le 808 à un “compact” serait une grosse erreur. Le terminal en lui-même a beau ne pas pouvoir rivaliser avec les smartphones de la concurrence, il demeure un appareil agréable à manipuler et est surtout le dernier smartphone sous Symbian. Pour les amoureux de l’OS, il s’agit donc d’un très joli cadeau de la part de Nokia. Pour le reste, le 808 se destine principalement à tous ceux qui en ont assez d’embarquer à la fois un smartphone et un compact dans leur sac et préfèrent voir les deux types d’appareils réunis en un seul. Incapable de rivaliser avec un Reflex, le 808 reste une très belle alternative à un compact traditionnel et permet finalement de faire un peu de place dans votre poche ou votre sac à main…

On en parle sur le forum.

 

3 Commentaires

  1. “Le fonctionnement du 808 n’en demeure pas moins assez complexe et nécessite un gros temps d’adaptation.”

    Pouvez-vous être plus précis? Est-ce la partie smartphone ou la partie photo – ou les deux – qui sont concernées par votre appréciation?

  2. C’est vraiment prendre les gens pour des cons!!!
    “l’appareil dispose d’un capteur de 41 mégapixels, presque deux fois plus que les Reflex milieu de gamme de Nikon et Canon. ”
    Tu veux un appareil de 40mega et bcp plus achetez un Hasselblad et soyez pret de payer aussi cher qu’une voiture!!!

Comments are closed.