Le Galaxy S3 de Samsung cible les fans de multimédia

Le numéro un mondial des smartphones lance son modèle le plus abouti. La taille de l’écran du S3, tournant sous Android, est autant sa force que sa faiblesse.


Attention, concurrent sérieux. Il y a pile un an, Samsung lançait son modèle Galaxy S2, rapidement devenu le concurrent numéro un de l’iPhone. Depuis, le fabricant sud-coréen a changé de statut. Il est devenu numéro un mondial du marché des téléphones et numéro un mondial de celui des smartphones, ces portables multifonctions. Au premier trimestre, Samsung en a vendu 46,9 millions, contre 35,1 millions pour Apple, selon le cabinet Juniper Research. Autant dire que le lancement, ces jours, du modèle S3 par le fabricant sud-coréen était très attendu.

L’ouverture du carton confirme ce que l’on avait pressenti en février à Barcelone, lors du Mobile World Congress: la tendance vers des écrans de plus en plus grand. La diagonale du S3 mesure ainsi 12 centimètres, soit 1,25 cm de plus que son prédécesseur et surtout 3,25 cm de plus que l’iPhone 4S. On se rapproche ainsi des 13,25 cm du Galaxy Note, mi-smartphone, mi-tablette. Du coup, il devient quasi impossible de glisser le S3 dans ses poches de devant – un argument qui pourrait décourager certains. Mais le S3 a d’entrée un atout majeur, son poids: il ne pèse que 133 g, contre 137 pour l’iPhone. La raison est simple: avec une coque en plastique – on aurait préféré des matériaux plus «nobles» –, Samsung mise tout sur la légèreté.

Le S3 a beau avoir légèrement moins de points par pouce que l’iPhone 4S (306 contre 326), sa clarté, le rendu des couleurs et la précision de l’affichage sont remarquables. Du coup, photos et vidéos s’affichent à merveille. On apprécie la présence d’un bouton physique sous l’écran, même s’il aurait pu avoir davantage de relief. A sa gauche, un bouton virtuel pour les menus, à sa droite un autre pour revenir en arrière.

Même si les puristes d’Android (version 4.04), le système de Google, n’apprécieront pas tous, Samsung a ajouté sa surcouche graphique maison pour en simplifier l’usage. C’est toujours aussi efficace, avec un processeur d’une rapidité parfaite. Cela se vérifie lors de la navigation sur le Web, avec une réelle impression de vitesse lors du chargement des pages. Une impression qui se confirme à la lecture des résultats des tests SunSpider Javascript. Le S3 affiche un score ­de 1498,9 ms, contre 2181,6 ms pour l’iPhone 4S, soit une différence très importante.

Côté matériel, on apprécie la vitesse du capteur photo (8 millions de pixels), permettant de prendre des clichés en rafale. Globalement, sa performance équivaut celle du 4S. La présence d’une puce FM est aussi un plus. Côté logiciel, Samsung introduit un concurrent de Siri, l’assistant numérique d’Apple. Baptisé ­«S Voix», ce système offre grosso modo les mêmes fonctions, que ce soit pour dicter un SMS ou appeler un contact. La précision est moindre que celle affichée par Siri, mais «S Voix» semble prometteur. Samsung met aussi en avant un système de suivi des yeux (via la caméra) lorsque l’on lit une page web, par exemple, pour maintenir une luminosité importante de l’écran. A l’usage, cela semble hélas peu efficace.

Au final, ce Galaxy S3 de Samsung sera parfait pour les amateurs de surf, de photo et de vidéo vu la taille de l’écran et la rapidité du processeur. D’autant que l’appareil, qui offre davantage de possibilités que le système iOS d’Apple, est presque aussi simple à utiliser – avec beaucoup de fonctions en plus. Par contre, la taille du S3 et sa coque en plastique (blanche ou bleue) pourraient refroidir certains davantage à la recherche de compacité.

Anouch Seydtaghia
Article publié dans Le Temps