La longue bataille qui oppose les éditeurs de presse francophone, réunis dans l’association Copiepresse, à Google a pris un tour inattendu vendredi lorsque le géant de Mountain View a décidé de déréférencer Le Soir et les autres quotidiens francophones de son moteur de recherches. La raison de ce « black-listing » : un arrêt de la cour d’appel de Bruxelles enjoignant à Google de cesser de reprendre sur le site Google News de larges extraits d’articles, ainsi que la conservation en « cache » de ces mêmes articles alors même qu’ils ne sont plus disponibles gratuitement sur les sites des quotidiens, au mépris de la législation sur les droits d’auteur.

Alain Strowel, avocat et professeur aux Facultés Saint-Louis (Bruxelles) et à l’Université de Liège, auteur de l’ouvrage Quand Google défie le droit (éditions De Boeck), répond à nos questions.

Y a-t-il un abus de position dominante de Google ?
C’est évident que Google constitue un goulet d’étranglement, ce qui lui confère un pouvoir formidable. Mais Google peut se retrancher derrière deux arguments. D’abord, ils ont une interprétation très littérale de l’arrêt de la cour d’appel. Il y a une petite virgule mal placée qui semble permettre à Google de retirer les journaux de tous ses sites, y compris Google Web, alors même que Copiepresse ne demandait le retrait que de Google News. Et puis il y a l’argument de l’intégration technologique : ce serait impossible de retirer les articles de l’un de ses sites sans les retirer des autres. C’est la que se pose la question d’un éventuel abus de la position très clairement dominante de Google sur le marché des moteurs de recherches pour l’étendre aux sites d’actualité. Il faut voir si le conditionnement d’un marché à l’autre est constitutif d’un abus. Mais il y a potentiellement un problème de droit de la concurrence.

Qui peut se prononcer sur cet abus ?
Une enquête consolidée est ouverte auprès de la Commission européenne, notamment suite à une plainte des éditeurs allemands. Mais cette instruction peut prendre des années. Pour Microsoft, il a fallu six ans.

Google a-t-il décidé de faire un exemple en « punissant » les éditeurs francophones qui ont osé le défier pour éviter la « contagion » ?
Ce n’est pas exclu. Sans doute Google veut-il faire réfléchir les autres éditeurs. Les journaux américains notamment, dont les revenus publicitaires ont davantage été affectés par l’arrivée des agrégateurs d’informations sur internet, et qui redécouvrent aujourd’hui les droits d’auteur.

BERNARD PADOAN

1 COMMENTAIRE

  1. Oui enfin il ne faut pas se moquer du monde non plus. Si on se base sur l’argumentation de Copiepress, TOUT référencement des articles devrait être retiré.

    Google Actualité ou Google Web c’est exactement la même chose, on ne fait que rassembler la recherche sous un même onglet mais le principe est identique.

    Google a donc appliqué le principe du “t’es pas content, alors dégage !”

    • Pour compléter l’information utile à tous :
      1. le conflit entre copiepresse et google date de près de 5 ans !! A l’époque, au lancement de google actualité, google download (cache)les contenus des sites et des journaux sans aucune autorisation et repackage l’info de façon incontrôlée (par exemple article du soir avec photo de la DH, ou titre du soir avec contenu Sud Presse etc ….). La procédure de download de Google news n’a rien à voir avec celle du référencement.Si les éditeurs acceptaient cela, c’était la porte ouverte pout tous les sites à dowloader les contenus et les marketer indépendemment
      2. C’est pour cela que Google a été condannée (1er instance et appel), mais la justice prend du temps !! et google a tout fait pour retarder la décision.
      3. Le conflit entre Google news et les éditeurs est donc ancien mais cela n’empêche pas les éditeurs de collaborer normallement avec Google depuis sur base d’une convention signée en 2007. Celle-ci précise que les éditeurs ne désirent pas être repris sur Google news mais que les 2 parties formalisent un accord sur Google search.
      4. C’est cela que google, unilatéralement et sans raison objectivement valable remet en cause. On comprend évidemment bien pourquoi,c’est leur façon de mettre la pression, pas parce que la petite belgique francophone est importante, mais surtout pour éviter que tout cela fasse jurisprudence.
      5. sur le fond,n’est il pas normal que chacun défende son gagne-pain. Si on laisse faire Google, il captera 100% des recettes pub, et qu’elle sera encore la qualité des contenus sur le web ??

      • 1. “la procédure de download de google” n’est autre que la mise à disposition de versions archivées du web, librement consultables au moment de la mise en cache. Il s’agit d’un service rendu à l’internaute, fort utile dans un média qui évolue dans le temps (ne serait-ce que pour pouvoir retrouver une information publiée, puis effacée). D’autres alternatives existent (voir archive.org par exemple, ou d’autres caches de moteurs de recherches). Il existe des solutions simples pour ne pas apparaître dans ce cache, comme d’ailleurs dans le référencement total de google
        2. c’est pour cela que google a été condamné, ce que la société, et nombre d’internautes adeptes du soir en ligne, vu les commentaires publiés ci-dessous, trouvent inique. Google obtempère, et Le Soir tout à coup privé de référencement (comme décidé en justice! google.be et google.com sont nommément tenus à désindexer!)de google, crie au scandale. Vraiment ridicule, et prévisible (Google avait déjà désindexé à la suite de jugements antérieurs)
        3 et 4. qui a mis la pression sur qui en entamant cette action judiciaire, qui ressemble fort à un rançonnement de google?
        5. peut-être… mais à l’heure d’internet, beaucoup de ‘modèles économiques’ se révèlent désuets, et s’arc-bouter dessus risque de faire beaucoup de mal à la presse belge francophone… les producteurs de disques, et autres lobbys de l’industrie cherchent de même à faire perdurer des modèles dépassés à l’heure numérique.
        N’êtes-vous pas ne fût-ce qu’un minimum touchés par les réactions de votre lectorat en ligne???

      • D’abord, ce que vous appelez un download est en fait une lecture, indispensable pour un moteur de recherche. Quant au “sans aucune autorisation”, si Google avait du demander à chacun des millions sites référencés une autorisation, Google n’existerait déjà plus. Et pour rappel, tout les sites sont égaux, il n’y a pas de privilège spécial pour Le Soir.

        Ensuite, le seul moyen d’accéder à vos articles “dowloadés” serait d’aller dans Google cache, mais ce n’est pas facile. Google n’a jamais promu son cache, au contraire il fait tout pour rediriger vers la sites des journaux. Les lecteurs du Soir l’ont bien vus et sont choqués par l’attitude du Soir. Si Google affichait en complet les articles du Soir dans Google News, les internautes seraient les premiers choqués! Mais ce n’est pas le cas.

        Et pour cet “article du soir avec photo de la DH”, les références “LeSoir” et “DH” sont clairement indiquées.

        Google n’a pas envie de risquer de devoir vous payer 25.000 euro par article pour offrir un service au Soir. De plus, c’est une société privée, parmis d’autres, et qui doit défendre ses atouts par rapport à de gros concurrents, libre à eux de travailler avec Le Soir ou pas.

  2. Arrêtez de jouer les victimes.

    Sur le coup Google n’a fait qu’appliquer le jugement à son encontre.

    Vous avez voulu jouer aux cons, vous avez gagné.

    C’est pas compliqué de gérer ce qui doit être indexé, caché, etc par Google (et les autres) quand on a des devs compétants.

  3. ou google a tout simplement acté de la décision judiciaire l’enjoignant sous peine d’astreinte par jour de retard de déréférencer les journaux derrière Copiepress de google news,de google.com, de google.be et du cache du moteur de recherches. Ils n’ont fait qu’obéir au jugement!

  4. Merci pour ce grand moment de fou rire.

    En ces temps morose où les mauvaises nouvelles s’accumulent, les mésaventures “internetiennes” de Copiepresse et de ses affiliés sont un moment de bonheur très apprécié 🙂

    Comme on dit chez nous : “el bac s’artourne su’l pourchiau”.

  5. Google a été condamné à retirer tout référencement des articles de son cache… Or on sait pertinemment que toutes les recherches de Google sont justement basées sur ce cache. Ce qui ne s’y trouve plus, n’est plus repris dans les résultats des recherches.

    Au final CopiePresse à ce qu’elle voulait, après il fallait un peu se documenter avant de faire des bêtises…

  6. Moi je dis : bien fait !
    Qui sème le vent récolte la tempête. C’était téléphoné. Trop tard pour jouer les vierges effarouchées désormais.

  7. Heuuu,
    Bon, petit rappel : google news et google web, ce n’est PAS DU TOUT la même chose.
    Le problème soulevé par les éditeurs est que Google publiait en intégralité leurs articles sur Google News. Et que donc les internautes s’arrêtaient sur Google news et n’allaient même plus visiter les sites AUTEURS des articles.

    Il s’agit donc bel et bien de non respect du droit d’auteur.

    Les gens de Google, s’ils avaient été de bonne foi, auraient bien dû ne retirer ces articles que de Google news. Et non pas cesser complètement de référencer les sites, ce qui n’a rien à voir.

    A ceux qui défendent, pour une raison qui m’échappe, ce géant américain contre nos petits journaux francophones à nous, je réponds que Google fait l’objet d’enquêtes pour abus de position dominante un peu partout dans le monde. Ce n’est pas pour rien… Cette société devrait réfléchir un peu à ses pratiques, et cesser de croire que tout lui est permis.

    • Visiblement, vous n’allez pour souvent sur Google Actu et ne comprenez ni le fonctionnement d’un moteur de recherche (et les nécessités technique), ni la façon d’utiliser les TIC actuelles.

      1/ Dans Google Actu, si vous cliquez sur le titre d’un (début) d’articles, vous êtes directement dirigé sur l’article original. L’article n’est pas visible en intégralité sur Google Actu.

      2/ Sans que l’article, en intégralité, ne soit analysé par l’algorithme de recherche (et donc placé dans un cache), il est impossible d’analyser sa pertinence pour le faire ressortir dans les résultats de recherches ou Google Actu (qui sont indissociable).

      3/ Au Soir :Démerdez-vous, arrêtez de perdre du temps. Modernisez-vous. Engagez des jeunes.

      Vous n’avez que ce que vous avez cherché.

    • Svp, arrêter de désinformer. GG news n’a jamais publié aucun article en intégralité. Son fonctionnement est très semblable à GG search, un court extrait puis le lien vers l’article de l’éditeur.

      Vous devez travailler au Soir pour méconnaitre à ce point le fonctionnement du web. Vous ne maitrisez visiblement pas le sujet, abstenez-vous d’écrire n’importe quoi et de polluer le web. Merci.

    • Petit rappel pour le petit rappel:
      Google news ne propose que des titres et extraits. Le problème de l’intégralité des articles venait de Google cache.

    • @Nico Il va falloir que tu nous montres comment tu fais pour lire en “intégralité leurs articles sur Google News”. Si c’est possible, c’est bien caché.

    • “que Google publiait en intégralité leurs articles sur Google News.”

      on peut avoir une preuve (comme un lien vers archive.org) de ce genre d’affirmations qui m’apparait, jusqu’à preuve du contraire, gratuite?
      Personnellement, je n’ai jamais trouvé que des redirections vers les sites originaux sur google actualités (redirections accompagnées de quelques lignes du début d’article, voire d’une photo)

      merci

    • Autant pour moi, effectivement, pour le coup, j’ai vraiment raconté n’importe quoi. Mes excuses, sais pas pq j’avais ça en tête, j’aurais mieux fait de vérifier avant…

    • Chaque site est une création de l’esprit et pourrait théoriquement porter plainte contre google pour violation des droits d’auteurs.

      Si cela se faisait, il n’y aurait plus le moindre moteur de recherche.

      Cependant, ce ne sont pas les usages sur le net, le consentement est obtenu par défaut et des outils existent pour contrôler le référencement.

      Ensuite, il n’y a pas de pub sur GNews.

  8. Cette discussion est hypocrite. Ce n’est pas une grande perte pour l’humanité que le Soir ou la Libre ne soient plus référencées. Le bas blesse ailleurs : les éditeurs font leur beurre avec la publicité qui est sur leur site. Celle-ci n’est pas gratuite, mais bien payante et plus de fréquentation veut dire: plus de bénéfices. C’est alors très commode que Google fasse le travail de promotion au profit des éditeurs belges – gratuitement bien entendu, … et qu’il paie les éditeurs en plus – cela s’appelle une situation win-win à la belge. Une piste de réflexion pour ces fins stratèges : Avez-vous proposé de partager vos bénéfices publicitaires avec Google ?

  9. Dans cette gueguerre de droits d’auteur, on peut tout de même se demander si la polémique autour de la dominance de google est réellement pertinente.

    Imaginons une minute que Google News soit, en réalité, l’œuvre d’une microscopique start-up belge. La croisade de copiepresse n’en resterait pas moins risible.

  10. Il me semble que, par un phénomène étrange, les autres portails (yahoo, MSN, etc.) se parent d'”infos” et commentaires sur l’actualité; et cela semble en augmentation rapide (et avec toute l’élégance des tabloïdes). Surement, je dois rêver, non?

  11. Allez…C’est vraiment trop subjectif comme article. Quand vous serez capable d’un minimum d’auto-critique sur la stratégie de copiepresse (de toute évidence ça n’a pas abouti au résultat espéré…), ça redeviendra intéressant.

  12. @ Nico, google reproduisait qu’une partie minimale des articles (moins de 250 caractères au maximum!) voir juste le titre. Mais copiepresse considérait que ces 250 caractères étaient suffisants pour avoir l’information et par conséquent google faisait de la contrefaçon! Si, 250 caractères sont suffisants pour informer le lecteur, alors il faut sérieusement revoir le métier de journaliste…

    Autre chose, la décision de justice à demandé à Google sous peine d’astreinte (25 000€ par jour ou une infraction est constaté) de retirer les contenus des membres de copiepresse certes de google news mais aussi de google.be et google.com… Oui, oui les sites google.be et google.com sont concernés donc google search aussi… C’est explicite dans la décision de justice et par conséquent copiepresse n’a que ce qu’ils méritent!

  13. C’est amusant, on dirait que Copiepresse et les journaux concernés, ici Le Soir, font grand renfort d’universitaire pour essayer de se donner une contenance et de justifier leur position… manifestement erronée et contre-productive.

    Il faudra qu’on m’explique, quelle que soit la position dominante de Google et quoi qu’on puisse penser du géant américain (manifestement plus visionnaire que copiepresse), pourquoi le fait d’être référencé dans google news avec un renvoi vers votre site (et donc vers vos annonceurs) constituent une atteinte au droit d’auteur ainsi qu’un dommage à votre encontre ? Quel manque de vision et de lucidité, quelle inertie…

    Sur la question du simple principe défendu par vos soins, Google applique stricto sensu (et sans exagération !) le jugement que vous vous êtes acharnés à obtenir. Tout cela est d’un ridicule sans nom.

    Pauvre petite presse belge francophone qui vit encore et toujours au 19e siècle… Si la vision vous manque, faites au moins preuve de dignité et soyez bon joueur.

  14. Un article du soir n’est pas une œuvre d’art que je sache? Il est exagéré de parler de violation des droits d’auteur.
    Et puis même: est-il vraiment nécessaire d’utiliser un moteur de recherche lorsqu’on a l’intention d’accéder au site du soir?
    La décision de Google est-elle punitive ou est-ce que Google accède a la requête du Soir?
    Oui, c’est une gue-guerre…

  15. Un adage dit ” il vaut mieux l’avoir comme ami que comme ennemi”. Certes, Google n’est pas toujours le meilleur des amis, mais l’avoir comme ennemi est encore pis. Google a mis la presse belge dans un ghetto où elle risque de rester cloitrée pour très, très longtemps.

  16. Franchement vous ne gagnez aucune sympathie pour cet article biaisé. Où est la position contraire? Une interview d’un auteur qui publie un livre dont le titre même indique une position biaisée, c’est vraiment faire preuve d’un manque d’intégrité… Journaliste, mon oeil…

    Le principe de base du référencement par un moteur de recherche oblige l’indexation complète.

    Quant à l’argument fallacieux qui consiste à dire que google reproduit intégralement l’article, c’est uniquement le cas pour les “articles” qui ne font pas plus d’un paragraphe. Si les journaux du groupe faisaient preuve d’un minimum de journalisme, ça n’arriverait pas.

    De plus, le même extrait des articles est publié lors d’une recherche sur le moteur de recherche que sur l’aggrégateur de news.

    Vous êtes vraiment ridicules sur ce coup là…

  17. Google offre un réseau (map, mail, calendar) tout le monde doit jouer le jeux, par exemple accepter la géo localisation. Pour la presse c’est le même, diffusion exceptionnelle mais avec encore une fois des contraintes, vous ne jouez pas le jeu ? plus de google… faites le vous même si vous jugez que c’est plus lucratif et plus proche de “vos idées”

  18. Google devient un bulldozer mondial et le futur est sans doute inquiétant . Google va ruiner tout le monde, on le voit déjà avec le mail, le GPS sur Android (gratuit), la pub, l’annuaire …. Google a le monopole de l’excellence, ils sont partout, mais le monopole c’est aussi un gros problème.

    • Faut pas confondre et mélanger les problèmes.
      Google n’est pas l ‘inventeur du mail, du GPS, de la pub,des annuaires …
      Google a une forme de monopole DESAGREABLE, qu’attendent les autorités pour agir comme ce fut le cas pour Microsoft … ?

      • Vous confondez tout. Personne ne vous oblige à utiliser les services de Google. PERSONNE! Microsoft, par contre, est installé dans CHAQUE PC VENDU AU MONDE. Et il favorise ses propres produits. Seul un adepte de l’informatique sait utiliser des alternatives (installer Linux par exemple) et reconfigurer son ordinateur pour utiliser d’autres navigateurs, moteurs de recherche, lecteurs multimédia…

        • un non adepte de l’info a le choix d’acheter un produit de la pomme qui n’est pas mieux que msft dans la matiere. google arrive aussi avec chromeOS sur les pc. personne n’a jamais obligé qui que ce soit et la règle de l’union européeenne et l’anti-trust us permet de demander remboursement partiel si on prouve qu’on ne charge pas Windows sur son PC.

    • Vous avez tout dit en disant “Le monopole de l’excellence” … Google est simplement excellent et c’est un problème pour les médiocres.

  19. @Nico: Heeuuuuu, la “raison qui vous échappe” n’est en aucun cas la taille ou la nationalité du géant incriminé, mais plutôt le refus de la part de “nos petits journaux francophones a nous” d’apporter des réponses innovantes aux défis passionnants que représente le développement du web, refus réactionnaire et arcbouté sur une nostalgie du 20e siècle dont votre commentaire est un bel exemple… Je suppose que vous êtes par ailleurs un fervent défenseur d’hadopi et autres lois progressistes du même genre qui reposent sur le même type de positionnement idéologique que les saillies pathétiques de Copiepresse…

  20. Google est une société privée. Elle indexe ce qu’elle veut. On peut lui interdire d’indexer certains trucs, mais je ne vois pas sous quel motif on l’obligerait à indexer quoi que ce soit.

  21. Google ne fait qu’appliquer de manière exacte le jugement. Fallait pas que copie presse déconne à ce point. Perso, je continue comme avant à aller sur le site des journaux. La presse a voulu jouer au con, elle a gagner, fallait réfléchir avant aux conséquences publicitaires !

  22. abus de position dominante ? ça veut dire laisser la place aux moins doués, tout le monde peut entreprendre et être créatif, à chacun d’être à la hauteur, … Arrêter google, c’est fausser le jeux

  23. Vous devriez indiquer :

    1) Comment se fait-il que cette décision se soit répercutée sur Yahoo.com et Bing.com : en effet, on ne trouve plus la page d’accueil lalibre.be ni lesoir.be lors d’une requête sur ces deux moteurs de recherche non plus.

    2) Qu’il est tout à fait possible pour Google de faire la distinction entre Google News et Google Search puisque c’était la situation dans laquelle on se trouvait depuis 2006: pas accès au articles de lalibre sur Google News; mais bien dans search.

  24. Bon on peut se poser la question surtout quand on voit la différence d’intituler que Google donne en fonction de la langue si l’on recherche “google news”

    #
    Google News
    – [ Vertaal deze pagina ]
    news.google.com/ – In cacheVergelijkbaar

    Aggregated headlines and a search engine of many of the world’s news sources.
    News – News Archive Search – About Google News – Languages and regions

    #
    Google Nieuws
    news.google.nl/ – In cacheVergelijkbaar

    Automatisch bijgewerkte resultaten van diverse nieuwsbronnen.
    Over Google Nieuws – Over feeds – Gebruiksvoorwaarden

    selon moi il y a une différence entre l’anglais et le néerlandais .. un outil de recherche ou completement automatique…

    La réaction de Google ferait plutot penser à effectivement un abus de services et une reconnaissance de faute.

  25. Manifestement il n’a pas suffit au Soir de recevoir une volée de bois vert des lecteurs, en fin de semaine, avec ses premiers articles ! On remet le couvert et le bois vert continue de tomber avec conviction.
    Vous êtes pathétiques les gens de la rédaction ! Allez continuez, comme par exemple samedi, à parler du tour de France en disant que la prochaine étape était LUNDI. C’était manifestement une confusion entre dimanche et lundi. Pour votre défense j’admet que vous avez fait du copier coller avec une dépêche de Belga retrouvée aussi mot à mot, et même erreur bien entendu, sur le site de Skynet). Ah oui, je comprend tout lorsque vous parlez de propriété intellectuelle – le copier-coller sans même relire et corriger ! La propriété intellectuelle de la non valeur ajoutée peut-être ?
    Pathétique et surtout pitoyable.
    Essayez plutôt de redevenir le journal de qualité que vous étiez et là vous gagnerez non seulementg en sympathie mais surtout en lecteurs payants !

    • Excellent.. j’admire aussi l’intellect deborbant et la neutralité de l’information..et le soir nous le prouve de jour en jour

  26. Je vais joindre ma voix a la chorale :
    Je trouve l’argumentation de Copiepresse bien faible dans cette affaire – Ou bien vous voulez que Google vous inclue dans les resultats de recherche News/Search – et donc vous indexe ( et donc que le bot de google “lise” vos articles et en stocke une partie pour pouvoir l’inclure dans les resultats de recherche) – ou bien vous ne voulez pas.
    Bravo pour votre victoire pyrrhique.

  27. Très d’accord avec Marc Lecocq

    Amusant : on rouspète d’abord parce qu’on est repris par google sans autorisation et on rouspète ensuite quand Google applique la décision.

    Le seul résultat est que c’est maitenant la seule presse flamande qui est referencée.
    Dans le genre, se tirer une balle dans le pied, on a rarement fait mieux.

  28. Petite explication à l’attention des lumières qui dirigent le service juridique de “copie presse”.

    Dans Google News je peux lire les titres et quelques lignes d’un article. C’est pratique car les articles sont classés par catégorie. Je peux même ajouter des catégories, des alertes,…

    En-dessous du petit résumé je peux voir un lien nommé “nn autres articles”. Je clique et hop j’ai la liste des autres articles traitant du même sujet dans à peu près tous les journaux belges (enfin jusqu’à aujourd’hui).

    Et là j’ai deux possibilités :

    – je peux ouvrir plusieurs articles, et en même temps en plus, directement affichés sur les sites des éditeurs. Et là je me tape votre pop-up à l’ouverture, vos pub en bannière, colonne, double-colonne, etc,… mais je me les tape vos pubs. Annonceurs contents ! Il m’arrive même de cliquer sur les publicités, homme faible que je suis.

    – je constate que tous les pseudos journalistes n’ont fait que recopier la même soupe fade servie par une quelconque agence de presse et là je passe mon chemin,… donc je ne vais pas sur votre site, je ne me tape pas vos pubs et je ne clique pas sur elles. Annonceurs pas contents.

    Conclusion. Soignez votre contenu. Laissez-vous indexer correctement et je continuerai à satisfaire vos annonceurs.

    Cordialement.

  29. Il est plus que temps de créer un moteur de recherche open source avec une fondation pour gérer les serveurs qui vont avec et ainsi arrêter la dictature des monopoles. Wikipedia ou Mozilla ont réussi à casser certains monopoles. Une fondation similaire peut le faire avec un moteur de recherche. Google est devenu simplement une machine à publicité bien lointaine de l’esprit pionnier d’un search engine qui référence de façon brute ou pertinente ce qui existe sur le réseau.

  30. Le jugement est clair pourtant, il faut enlever tout le contenu de Google News et de Google Web.
    Donc il n’y a plus rien et c’est tout, je ne vois pas où Google abuse de sa position.
    Ils n’ont pas envie de payer 25 000 € par page référencée sur le moteur c’est tout, le titre d’un article fait parti des droits d’auteurs par exemple… enfin bref je ne comprends pas le sens de cet article, le jugement est respecté.

  31. Le soir préfère tomber de plus en plus bas plutôt que d’accepter ses torts et la remise en question. Pathétique et typique d’un organisme vivant d’assistanat.

  32. Ah, mais le problème, c’est que la plus grosse pub sur le site du Soir, elle est en page d’accueil!

    Alors que Google Actualités redirige sur l’article directement, et pas sur la page de pub…

    Trouvez un moyen plus inventif de rentabiliser votre site Internet.

  33. Comme la plupart des personnes precedantes, j’avoues me marrer en lisant une histoire de Calimero….
    La presse belge ne voulait plus voir ses articles apparaitre sur Google News? Et ben maintenant, c’est certains qu’ils en seront plus visibles! Ceci dit, avec ou sans presse belge sur Google, le monde ne s’arretera pas de tourner! Les infos internationales sont sur ous les sites d’actu et les belbes qui veulent de l’info (tres) locale, connaissent les sites ou aller la chercher…
    A la base, le but d’un article est d’informer, non? Donc, plus il y a de gens qui le lisent, plus l’article joue son role… donc vouloir limiter l’acces a ses articles, c’est un peu comme ne pas vouloir vendre son produit… Google vous aide donc bien dans votre logique…
    Soyez logiques et arretez de pleurnicher, il fallait reflechir AVANT!

  34. Bravo, le Soir, vous avez voulu jouer, vous avez perdu… La réaction de Google me paraît toute légitime. Tel est pris qui croyait prendre!

  35. Ce que je ne comprends pas c’est que les sites des journaux francophones ne sont plus sur bing et yahoo.. si vous tapez libération ou het laatste nieuws, la page d’accueil apparaît en premier .

  36. Ce n’est pas Google qui a décidé d’enlever les journaux de son moteur de recherche mais le tribunal. Le tribunal a bien dit de tout supprimer sur google web et google news sur google.be et google.com.

    Le tribunal a été plus loin que CopiePresse. Google doit alors obéir à la décision du tribunal et non au plaignant!

    « Condamne Google à retirer des sites Google.be et Google.com, plus particulièrement des liens « en cache » visibles sur « Google Web » et du service « Google News », tous articles, photographies et représentation graphiques des éditeurs belges de presse quotidienne francophone et germanophone ».

    Et bing a aussi déférencé.

  37. Non Google n’abuse pas plus de sa position que les Editeurs de presses de tout poils, trouvez vous légitime de faire payer le contenu de vos journaux, et de revendiquer ensuite un référencement privilégié et gratuit au contenu Google, ou d’autres, et bien non les plouc’s, bé fé…

  38. copypresse cherche a racketer google depuis des années. je suis content que google ne se laisse pas faire !
    il ont montré qu’ils n’etaient que des pingres a la poursuite de l’argent de google , et quand google applique a la lettre le jugement , ils crient a la censure ! c’est comique ,
    vous ne trompez personne ! vous etes en tord , et toutes les décisions de justice du monde ne changerons rien a ce fait !

  39. Ben oui, fallait s’y attendre depuis la décision de justice… Comme on le dit ailleurs : “A noter que le même jour, sur le même site, ça causait surtout de scouts qui s’enculent au fond des bois et de femme décédée suite à une allergie au sperme de chien, mais bon…”. Si Google veut remplir ses disques avec ce genre d’informations, tant mieux pour eux.

  40. Je suis un habitué de Google News depuis des années et donc, je vais régulièrement sur les news et de là, en cliquant, je navigue sur le sus-cité journal.

    Qui apporte quoi à qui ? là est la question. Google News est un agrégateur. Ni plus, ni moins.
    Si je prends l’exemple du cas français, je navigue de Google News au Figaro, au Monde, et là … je bénéficie à ces deux journaux. Pourquoi ne pas aller directement sur eux ? Google News m’offre une vue synthétique et ensuite je navigue. Aucun journal ne peut prétendre faire de même.

    La situation de la presse belge ne me semble pas compromise par Google. Simplement des gens ont cru penser qu’il serait facile de “faire payer” Google pour un service que Google fournit … gratuitement. Mais au final, qui est en position de demandeur ? une entreprise mondiale qui adresse des milliards de client ou quelques journaux francophones (enfin ceux que je lis en étant francophone moi-même)qui ont une petite chance grâce à Google d’étendre leur lectorat et donc d’engranger plus de revenus publicitaires ?

    Alors quoi faire ? comment sortir par le haut d’une situation ubuesque ? j’ai du mal à croire qu’en Belgique on sache encore le faire. Ce qui est donné en spectacle au monde par les politiques belges se traduit un peu plus dans le quotidien par ces actions d’un autre temps.

    Ce qu’un journal doit proposer, c’est des idées, un contenu, et une ligne éditoriale claire. Il doit semer à tous les vents ses informations et devenir une référence incontournable … et Google peut l’aider. Il n’y a qu’à voir comment certaines petites publications ivoiriennes ou sénégalaise s’en sortent sur le web mais serait-il trop difficile d’admettre que les temps ont changé.

    Google offre un fenêtre … pourquoi la fermer, en la murant une fois pour toute. Google a eu raison, quand on s’adresse à un imbécile, lui tenir le discours de la raison est inutile. Il est temps que la presse belge comprenne que “le chien ne mord pas la main qui le nourrit” !

  41. Beaucoup de bruit pour rien. j’ai en ‘favoris’ les sites de la presse belge. Aucun souci pour y accéder via mes navigateurs Chrome et Safari. Même aprés avoir vidé historique,cookies et cache. Faudra que l’on m’explique. Encore des manipulateurs sur le web?

  42. Le Soir. CopiePresse. Calimeros.

    Franchement, à force de lire depuis plusieurs jours maintenant les commentaires et remarques intelligentes et sensées de vos lecteurs, ne serait-il pas sérieusement temps de vous remettre en question?

    La position que vous défendiez hier était au plus haut point ridicule, celle que vous défendez aujourd’hui en pestant contre le dé-référencement total de vos sites est quant à elle quelque peu pathétique…

    REVEILLEZ-VOUS!!!

  43. Copiepresse a joué et a perdu. Il faut arrêter ces articles qui parlent d’une “interprétation littérale” et d’une virgule qui manquerait, c’est ridicule. Le Soir voulait que son site soit dé-référencé de Google à coup de jugement et sous peine d’astreintes ? Voila, c’est fait. Ne venez pas pleurer parce que vous n’aviez pas bien compris ce que vous avez obtenu, cela ne trompe manifestement personne.

  44. Pas très malin de la part des journaux belges… Regardez le reste du monde !

    Un service qui profite aux utilisateurs sera toujours gagnant, qu’il soit en position dominante ou pas.

    • En effet le conservatisme par rapport a l’évolution de la société et des technologies est tellement flagrante que le décalage deviendra plus grand.
      la méthode utilisée correspond a l’obscurantisme

  45. Qu’en pensent les autres journaux européens ? Copiepresse a voulu jouer tout seul, sans même les flamands. Le Soir serine à coup de litres d’encre ses options européennes, ou pas ? On voit bien que même pour défendre sa miche de pain c’est pas l’union sacrée,mais le chacun pour soi! Tu l’as voulu cette Europe, tu l’as eu ! Encore aujourd’hui l’Europe joue un sale coup aux internautes :
    http://owni.fr/2011/07/13/lobby-operateurs-bruxelles-europe-internet/

  46. J ajouterai que vous êtes d’autant plus ridicules que la principale raison pour laquelle vous n’avez pas voulu être référencé par google news est qu’il y a de la publicité sur lesoir.be Hors, tout bon utilisateur d’internet utilise des plug-in anti-pubs qui leur permettent de naviguer en toute tranquillité…

    Qu’avez gagner? Qu’avez-vous perdu? Qu’est ce que lesoir a apporté à la société ces dix dernières années? Qu’est ce que google a apporté ces dix dernière années?

    Vos articles réactionnaires ne fonctionnent plus…

  47. Dommage que chez Le soir, vous n’ayez eu personne pour vous conseiller sur l’adaptation à un système moderne pouvant être rentabilisé.
    Mais n’en restez pas là, le flux Rss de Le Soir est toujours accessible via le google reader, c’est inadmissible, 5 ans de procédures légales devraient régler ceci!

  48. copiepresse…

    ils demandent d’interdire l’archivage des articles de leurs affiliés “à cause des droits d’auteurs” “on viens plus chez nous en premier *kalimero*”

    google actu n’est qu’une façade à google web, tout est centralisé sur google web…

    en demandant l’interdiction de l’archivage, on demande par conséquent l’interdiction du référencement…
    dans ce cas-ci, c’est copiepresse qui a mal joué,

    allez voir sur google au sujet des forum de blizzard, les contenus des forum ne sont pas archivés, mais le site est référencé.

    on a affaire premièrement à quelqu’un qui veut le beurre, le sourire de la crémière et les couilles du facteur en prime
    deuxièmement, des péons qui sortent juste de l’ère du facsimilé et qui patinent à essayer de bricoler un support électronique ..donc radins avec ça .
    ils auraient très bien pu remanier leurs site web pour ne faire référencer que des titres, mais non, on va au tribunal pour interdire “cette extorsion du fruit de notre labeur à l’insu de notre plein gré”

    pitoyable

  49. HOLA ! TOUT DOUX LESOIR EN LIGNE Lesoir en ligne ne fait que copier/coller les dépêches de l’AFP, Belga & Cie. Il n’y a aucune valeur ajoutée ici, il faut aller la rechercher dans la version papier. Et si l’AFP interdisait lesoir de se monnayer aussi sur leur dos ? Votre rôle de victime une fois de plus : NON MERCI !

    Maintenant vous allez devoir payer pour être affiché sur google.

  50. Dans le jugement, il est fait référence à google web, hors google web = google search.

    De toute manière google news n’est qu’un filtrage de google search sur l’actualité uniquement.

    Il ont appliqué le jugement rendu.

  51. lesoir.be c’est une url copyrighté, il faut la taper dans la bar d’adresse pas dans google … quand on sait ou on va on a pas besoin d’un moteur de recherche … par contre je pense que COPIEPRESS ne savaient pas ou ils allaient dans cette procédure …

    @Jol, google était sous une astreinte, ils n’allait pas prendre le risque de continuer a les référencer

    en plus avec une astreinte de 25.000 EURO tu fais pas le con, tu désindexe …

  52. Le droit d’auteur protège toute création et pas que les articles.
    Une grande partie du contenu sur le web est une forme de création et doit pouvoir théoriquement être protégée à la demande de l’auteur.

    Cependant, en voulant se faire référencer par des moteurs, on donne l’autorisation à ce dernier le droit d’utiliser le contenu à cette fin.

    Le Soir, en voulant se faire référencer par Google donne de facto son accord pour le référencement dans Google news.

    La règle sur le net est que concernant tout contenu publiquement accessible, l’auteur est consentant par défaut à son indexation et s’il n’est pas d’accord, des outils existent pour contrôler le contenu référencé.

    Cette règle est d’usage depuis les débuts du web ; Google n’est absolument pas en tort dans cette affaire, c’est juste que copiepresse cherche à imposer son inadaptation aux usages du web envers et contre tout.

  53. Le comble pour moi dans tout ça c’est que j’ai en quelque sorte “découvert” Le soir.be via google news, il y a de ça quelques années… Ce que des lecteurs potentiels ne sauraient plus faire! Le soir (et sa clique) n’ont rien compris à Internet (leur attaque contre “rtbf.be” en est un autre bel exemple…)On en viendrait presque à envier la presse anglo-saxonne tellement la notre semble poussiéreuse…

  54. Maintenant que Google va réindexer le Soir il serait temps d’arrêter votre incroyable volée d’articles sur le sujet.
    Il y a bien plus important à traiter (crise de l’euro par exemple) que vos conneries Googoliennes.
    Cela suffit “le Soir”, vous avez atteint le fond du fond de la bêtise. Avec cette polémique vous avez peut-être soigné votre “ego” mais perdu énormément en crédibilité auprès de vos lecteurs qui manifestement ne vous suivent plus.

  55. -L´arret dit clairement que l´interdiction ne se -limite pas au cache et á News.
    -En quoi choisir ne plus référencer certains sites nuirait il aux moteurs de recherche concurrents?
    -Il y a t il une obligation légale, pour les moteurs de recherches ,de référencer tous les sites du monde pour ne pas nuire aux marchés auquels ils pourraient participer?
    -Le soir en ligne n´a jamais parlé de mes blogs, puis je alors lui demander de me dédommager du préjudice qu´il me fait subir?
    -Si le Soir en ligne parlait régulièrement de mes blogs, puis ne le faisait plus, puis je lui demander des comptes pour la perte de traffic qu´il m´a occasioné?

  56. Les pages du Soir sont de nouveau dans le cache Google, alors que l´arret l´interdisait, comme Copiepresse l´avait demandé.

    Google gagne sur toute la ligne.
    Le soir invente une nouvelle version aujourd´hui,
    le litige n´aurait concerné que Google Actualité.
    Le site de Copiepresse prouve le contraire:
    http://mem.to/t/g/86GSjf297
    LE litige n´aurait concerné que Google actualité dans sa version de 2006, il n´y aurait dès lors plus aucun problème depuis longtemps…
    J´aimerais pouvoir lire une version au moins cohérente.