L’agence France Presse a annoncé jeudi s’être dotée du logiciel Tungstène pour lutter contre la prolifération des photos retouchées, face au déferlement d’images en provenance de sources tiers et d’amateurs témoins de l’actualité.

L’AFP est la seule agence de presse mondiale à disposer de ce logiciel de photo interprétation hautement technologique qui permet de pénétrer dans l’intimité informatique des images numériques pour y détecter les manipulations potentielles. L’AFP a notamment eu recours au progiciel Tungstène pour décrypter les manipulations intervenues sur une image de Ben Laden. Cette photo truquée prétendant montrer le visage ensanglanté et tuméfié d’Oussama Ben Laden, diffusée par des télévisions pakistanaises, a été largement reprise lundi par des télévisions du monde entier et des sites internet avant d’être retirée des antennes.

Tungstène fonctionne grâce à un ensemble de filtres dont certains cherchent des incohérences au niveau des pixels de l’image et d’autres analysent la lumière et la couleur des photos.

L’Agence a formé au sein du département Photo un groupe de spécialistes capables d’utiliser et d’analyser les données transmises par ce logiciel. Lorsqu’un éditeur doute d’une image, il la transmet à l’un d’entre eux pour expertise. L’Agence a équipé ses centres régionaux de Washington, de Paris et de Hong-Kong.