Ping Ping : le paiement électronique s’introduit à l’école

Voici une initiative novatrice introduite depuis la rentrée dans les classes à la « Deutsche School » de Wezembeek-Oppem. En effet, dès la première maternelle, les bambins gèrent leurs petites dépenses (repas à la cantine, déplacement en bus, et autres frais de scolarité) directement par le biais d’une carte magnétique intégrant une technologie communicante nommée « NFC ».

Le principe est relativement simple, le petit écolier doit simplement « glisser » sa carte personnelle créditée par les parents sur une borne communicante – mise en place à cet effet – afin de régler ses achats.

L’utilisation de la carte ne requiérant pas de mot de passe, il n’est pas laborieux pour un jeune enfant de pouvoir s’en servir aussitôt son utilisation inculquée , cependant le corps enseignant et les parents restent vigilants.

« En tant qu’établissement novateur, nous avons décidé d’introduire ce service dans le but d’alléger considérablement notre charge de travail administratif», se réjouit le directeur de l’établissement, Walter Karbach, « Par ce moyen, nos élèves ont la possibilité de régler leurs petites dépenses quotidiennes – allant du restaurant, aux achats de livres scolaires et des tickets de bus, et ce de manière très facile. Sans compter sur le temps précieux que ce système nous procure désormais», précise-t-il.

L’enfant en bas âge est donc confronté pour la première fois à la gestion de ses dépenses. Néanmoins, il est nécessaire de s’interroger sur l’encadrement et le contrôle que requiert ce système.

« Au début de cette année, nous avons envoyé une lettre d’information aux parents des élèves de cet établissement scolaire. Nous souhaitions les informer du principe de fonctionnement de notre nouveau service répondant au nom de « Ping Ping», indique Haroun Fenaux, porte-parole de Belgacom, « Les parents ont ensuite été invité à approvisionner un compte bancaire réservé à cet effet et peuvent le réapprovisionner du montant de leur choix dès qu’ils le désirent, à l’instar d’un compte bancaire classique ».

Pour une surveillance efficace, l’établissement scolaire et les parents ont la possibilité de suivre les dépenses quotidiennes réalisées par les enfants directement par le biais du portail Internet réservé à ce service.

« Il peut donc difficilement y avoir de l’abus même si nous permettons aux enfants de descendre jusqu’à moins 10 euros sur leur compte. Cela étant, notre établissement informe aussitôt les parents de leur petit oubli » précise M. Karbach.

Et les jeunes étudiants ont plutôt bien accueilli ce nouveau système selon le directeur, « nos élèves estiment que l’utilisation de ce nouveau système est très convivial, ils se sentent responsabilisés et sont d’ailleurs chaque fois très fiers de sortir leur carte. Du coup, tout est devenu un peu plus moderne dans notre établissement et nos élèves de l’enseignement du secondaire ont également plutôt bien réagi face à cette nouveauté, ils peuvent d’ailleurs gérer leur propre compte si leurs parents le permettent, il s’agit donc également d’un système éducatif ! ».

La technologie « NFC » utilisée par le service Ping Ping de Belgacom n’est pas limitée à un seul type de support. Au-delà d’une simple carte « magnétique », elle existe notamment sous la forme d’un « tag » intégré dans un sticker que l’on peut coller, par exemple, au dos de son « GSM ». À l’avenir, ce seront donc ces mobiles qui intégreront cette technologie. En outre, les services qui y seront associés, tel que le School Money », s’ouvriront à d’autres écosystèmes.