Crédits : Neuralink

Implants Neuralink : les premiers tests humains dans 6 mois

La start-up cofondée par Elon Musk prévoit de tester ses implants cérébraux sur des humains, dans les mois à venir.

« Nous pensons que dans six mois environ, nous devrions être en mesure d’installer un Neuralink dans un être humain ». Cette déclaration, c’est celle d’Elon Musk. Le milliardaire féru de technologie a lâché cette petite bombe lors de la troisième édition du «Show and tell » de Neuralink. Pour rappel, la start-up développe des implants cérébraux d’interfaces directes neuronales. Autrement dit, son objectif est de créer un dispositif permettant au cerveau de contrôler un terminal externe.

Dans un tweet post-conférence, Elon Musk assure même que l’appareil Neuralink est d’ores et déjà prêt pour les humains. « Le timing dépend surtout de la procédure d’approbation de la FDA ». En effet, la FDA, soit l’Agence fédérale américaine des produits alimentaires et médicamenteux, se montre encore frileuse face aux risques potentiels.

Une technologie sur le fil du rasoir

Les possibilités que laissent entrevoir Neuralink sont presque illimitées, et Elon Musk n’hésite d’ailleurs pas à jouer dessus. Ainsi, Neuralink ambitionne, entre autres, de redonner leur mobilité aux personnes paralysées et de rendre la vue aux aveugles. Concrètement, le dispositif Neuralink rassemble plusieurs milliers d’électrodes qui sont implantées dans la surface externe du cerveau. Plus fines que des cheveux, celles-ci sont également reliées entre elles par une puce centrale.

En 2021, la start-up dévoilait ses progrès avec une vidéo devenue célèbre, dans laquelle un singe joue au jeu vidéo Pong par la pensée. Vidéo qui a d’ailleurs valu à Neuralink d’être poursuivi en justice. En effet, une association américaine de défense des animaux a déposé une plainte pour maltraitance envers les cobayes primates. Selon Business Insider, seul 7 singes sur 23 ont survécu à l’implantation de la puce. Dans un rapport publié en février, le Comité des praticiens pour une médecine responsable indique que les cerveaux des singes ont été « mutilés lors d’expériences bâclées » et que Neuralink a abandonné ses cobayes « à la souffrance et à la mort ».

Outre l’aspect éthique douteux des expérimentations et l’aspect invasif du dispositif, Elon Musk doit faire face à une autre problématique. Depuis le début, la communauté médicale se montre particulièrement méfiante à l’égard de Neuralink. La raison ? Le caractère irrémédiable de l’opération. En d’autres termes, la puce ne peut pas être retirée. Malgré les déclarations du milliardaire, selon lesquelles il est lui-même prêt à se faire poser le dispositif, Neuralink pourrait donc bien être stoppé net par la FDA.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.