Crédit : ZEISS Microscopy from Germany, CC BY 2.0 , via Wikimedia Commons

Des chercheurs ont réussi à contrôler le comportement d’un ver grâce à des signaux lumineux

Des rayons ultraviolets arrêtent les mouvements du ver et une lumière verte réactive ses mouvements.

Des chercheurs de l’Osaka Metropolitan University au Japon ont récemment réussi à contrôler le comportement d’un minuscule ver en l’exposant à des stimuli lumineux. Pour cela, ils ont pris un ver d’un millimètre appelé Caenorhabditis elegans et lui ont injecté deux protéines sensibles à la lumière. Ces deux protéines appelées opsines ont des origines différentes. La première a été prélevée sur un moustique et a ensuite été introduite dans les cellules sensorielles du ver qui contrôlent le comportement de fuite. La seconde protéine est sensible aux ultraviolets et provient de lamproies (des vertébrés aquatiques primaires). Cette autre opsine a été injectée dans les neurones moteurs du ver.

Nous avons donc deux protéines étrangères au corps du ver qui lui ont été directement injectées dans des zones ciblées. Que se passe-t-il après cette manipulation ? Les chercheurs de l’Osaka Metropolitan University ont remarqué que le ver bougeait lorsqu’il était exposé à une lumière verte. Cependant, le ver s’arrêtait totalement de bouger lorsqu’il était exposé à des rayons ultraviolets. Par conséquent, les chercheurs ont pu avoir un contrôle total sur les mouvements du ver : des rayons ultraviolets le faisaient s’immobiliser et une lumière verte réactivait ses mouvements. Comme un feu de circulation routière. L’expérience est visible dans une vidéo présente dans le communiqué de l’université japonaise.

Dans l’immédiat, cette expérience n’aboutira pas à des innovations concrètes. Cependant, selon le professeur Terakita, responsable de l’expérience, cela constitue une avancée dans la recherche en biologie et cela pourrait aboutir, dans le futur, à la découverte de nouveaux médicaments.

Des expériences similaires ont déjà été menées

L’expérience dont on vient de parler fait partie du domaine de l’optogénétique. Dans les grandes lignes, l’optogénétique consiste à associer les caractéristiques de l’optique et celles de la génétique.

Dans le cadre de ce domaine d’étude, des chercheurs ont réussi à contrôler les mouvements d’un cafard grâce à un dispositif électronique placé directement sur l’insecte.

De la même façon, des chercheurs ont réussi à contrôler les mouvements d’une libellule grâce à des stimuli lumineux. Un dispositif électronique positionné sur la libellule envoie directement dans le système nerveux de l’insecte des impulsions lumineuses ce qui permet de contrôler les mouvements de l’insecte.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.