Test – Battlefield 2042 : l’épisode du renouveau

3 ans après l’excellent Battlefield V, DICE remet sa série phare sur le devant de la scène avec Battlefield 2042. Un épisode qui marque un tournant dans la série, avec son lot de nouveautés, bonnes et mauvaises. 

On ne présente plus la franchise Battlefield. Seul concurrent encore digne de ce nom face à Call of Duty, la saga développée par DICE est aujourd’hui parvenue à se tisser une fan base digne de ce nom. En 2002, le premier épisode de la franchise, Battlefield 1942 débarque sur PC. Comme son nom l’indique si bien, le titre nous plonge droit dans la Seconde Guerre mondiale, direction la Bataille des Ardennes et la bataille d’El-Alamein. 19 ans plus tard, comme un hommage à ce premier épisode, DICE fait un saut d’un siècle dans le temps, et plonge le joueur en 2042.

Un épisode inédit en bien des points, puisqu’il s’agit notamment du tout premier à être dépourvu d’une campagne solo. Quel ne fut pas, en effet, notre étonnement lorsque les développeurs de DICE et EA, l’éditeur, ont indiqué qu’il n’y aurait pas de campagne dans 2042. Certes, les différents modes solo proposés dans la franchise n’auront jamais réellement su se démarquer (et dans n’importe quel autre jeu de guerre d’ailleurs), mais c’est néanmoins quelques heures de jeu de solo que les joueurs ne pourront pas se mettre sous la dent. Au prix auquel le titre est vendu, près de 80€ sur next-gen, la pilule a franchement du mal à passer.

Pour offrir aux joueurs un semblant de gameplay à jouer seul, DICE propose de faire l’intégralité des modes multijoueurs en solo, avec l’ordinateur qui contrôle les alliés et ennemis. Une alternative à la campagne qui n’est pas folichonne, et dont on a très vite fait le tour. En effet, jouer aux habituels modes Conquête ou encore Percée avec l’ordinateur, alors qu’ils sont initialement conçus pour le multi, n’a rien de vraiment excitant…

Orbital (Kourou, Guyane) est une des 7 cartes de BF 2042. Toutes sont incroyablement bien réussies.

Étant donné qu’il n’y a pas réellement de contenu solo, nous ne jugerons donc ce Battlefield 2042 que sur son aspect multijoueur. DICE l’avait d’ailleurs annoncé lors de la présentation du titre, il s’agira principalement d’un game as a service, entendez par là qu’il continuera à bénéficier de nouveau contenu après sa sortie. À l’instar de nombreux autres jeux, Battlefield 2042 peut être acheté avec le Passe pour l’année 1, ce qui vous garantit du contenu supplémentaire pendant les 12 mois précédant sa sortie. Un modèle financier difficilement compréhensible compte tenu du prix important du titre à sa sortie. S’il s’applique logiquement sur des titres gratuits ou très peu chers, ça l’est moins sur Battlefield.

Qu’à cela ne tienne, il faudra composer avec ce nouveau système. Pour aider les joueurs à faire passer la pilule, Battlefield 2042 dispose de nombreux modes de jeu inédits, et d’un tout nouveau “mode” : Portal. Longuement présenté par les équipes de DICE, Portal permet de pousser l’expérience Battlefield beaucoup plus loin, en combinant la technologie de 2042 aux modes retrouvés dans Battlefield 1942, Bad Company 2 ou Battlefield 3. Considéré comme une “lettre d’amour à la saga Battlefield”, il s’agit en gros d’un outil de modding, accessible aussi bien sur PC que sur consoles (enfin !). Concrètement, vous pouvez vous rendre sur le site internet de Portal pour créer le mode de votre choix : des soldats de 1942 face à ceux du futur, dans un Conquête. C’est l’expérience que vous voulez vous créer sur mesure. On regrettera seulement que l’éditeur de mode ne soit accessible que sur un PC, mais c’est vraiment pour trouver un défaut.

La plateforme de création de modes Portal est une franche réussite.

En soi, Portal est une franche réussite. On se plait à découvrir les modes créés par les autres joueurs, et les possibilités sont quasiment infinies. Il faudra toutefois laisser le temps aux joueurs de maîtriser l’interface pas toujours très claire de Portal, mais d’ici quelques mois, il y a force à parier que les modes de jeu “inédits” pulluleront sur BF 2042. D’autant que les paramètres sont incroyablement nombreux : régénération de la santé, véhicules disponibles, vitesse des projectiles. Côté technique, Portal doit encore être un peu amélioré, avec par exemple des points de réapparition pas toujours bien gérés par DICE.

Outre Portal, qui est LA grande nouveauté de ce nouvel opus, DICE nous propose un nouveau mode plutôt original : Hazard Zone. En gros, 8 équipes de 4 joueurs sont placées sur une carte dans laquelle ils doivent récupérer des renseignements, affronter les autres joueurs et s’exfiltrer le plus vite possible. Un mode à la difficulté très poussée, plutôt original et qui a le mérite de faire le taffe. Cependant, nous ne trouvons que peu d’intérêt sur la longueur à ce mode. Si les premières parties sont plutôt plaisantes, il y a peu de chances que le mode conserve l’intérêt des joueurs sur la durée, surtout si DICE n’y ajoute pas de niveaux supplémentaires. De plus, l’absence du chat vocal est préjudiciable à ce mode dont la communication est quasiment primordiale.

Grâce à Portal, on peut retrouver des cartes d’anciens jeux en version remasterisée, comme ici avec El-Alamein en Egypte, en 1942.

Bien entendu, que serait un Battlefield sans ces traditionnels modes multi ? Regroupées dans la catégorie “All-Out Warfare”, Percée et Conquête restent le cœur de la franchise et des franches réussites. Pour la toute première fois, la franchise permet d’héberger des parties à 128 joueurs. Une nouveauté permise grâce à la puissance des next-gen et du PC, et qui cantonnera donc les joueurs PS4 et Xbox One à 64 joueurs. Avec le double de combattants, les parties paraissent plus vivantes que jamais et incroyablement palpitantes, et il n’est pas rare que l’on s’éloigne du champ de bataille pour admirer la démesure et le sensationnel du combat. Certes, on pourra regretter que les affrontements soient quelques fois brouillons tant il y a du monde, des explosions et des balles qui fusent de partout, mais c’est vraiment un chouette défouloir pour le joueur.

Du côté des deux modes de “All-Out Warfare”, on reste sur du très classique, mais ô combien efficace. Deux, cela peut paraître peu, mais avec Portal et Hazard Zone en plus , on reste sur un multi très complet. On ne présentera plus Conquête qui, comme son nom l’indique, consiste à contrôler la majorité des points stratégiques de la carte et à éliminer les ennemis adverses dans le temps imparti. Seul petit soucis que nous regrettons : la répartition des points à conquérir n’est pas toujours optimale, avec de nombreuses zones de la carte qui restent vides.

Rarement nous aurons vu des parties aussi animées et vivantes, et surtout avec 128 joueurs sur la carte.

Pour ce qui est de Percée, il s’agit plutôt d’un mix de l’ancien mode Ruée et du mode Conquête. Sur une immense carte, les assaillants vont devoir conquérir des points stratégiques tandis que les défenseurs doivent tout faire pour les défendre. Si ces deux points sont pris, alors la ligne de front se déplace, les défenseurs reculent et les attaquants doivent prendre les deux points supplémentaires. Un mode très plaisant, d’autant qu’il permet d’ajouter beaucoup de diversité sur une carte, avec des environnements qui défilent durant la partie. Quelques soucis d’équilibrage peuvent être notés, avec des assaillants souvent privilégiés, mais ça devrait très vite être corrigé par les développeurs de DICE.

Afin d’ajouter plus de diversité dans le gameplay, les développeurs ont fait le choix de retirer les traditionnelles classes de soldats au profit des Spécialistes. Concrètement, vous avez 10 spécialistes aux atouts et compétences bien différentes. Par exemple, vous avez un homme qui est spécialisé dans la défense, avec des tourelles et des barricades, ou un éclaireur, avec ses jumelles, son sniper… Des personnages qui ressemblent peu ou prou aux classes, mais qui sont personnalisables. Désormais, vous pouvez ajouter un fusil de précision à un soldat spécialisé dans la médecine. L’avantage est qu’il gardera sa compétence, comme par exemple réanimer un soldat avec la totalité de ses PV là où les autres en rendent la moitié. Cela permet enfin au joueur d’avoir un soldat entièrement personnalisé, et force est de constater que ça marche plutôt bien sur le champ de bataille, même s’il faut, ici aussi, laisser le temps aux joueurs d’en comprendre les ficelles. En effet, beaucoup oublient la complémentarité de cet ajout et il n’est pas rare qu’on se retrouve avec une escouade ou une équipe dépourvue de pack de soin ou de matériel de reconnaissance.

Du côté des nouveautés intrinsèques au gameplay, le côté futuriste du titre apporte plusieurs ajouts franchement sympas. À tout moment, il vous est possible de commander un véhicule qui vous sera livré directement devant vous, par largage. Un véhicule léger, un char, mais également un ranger, cette espèce de chien robotisé que nous avions pu apercevoir dans les trailers et qui avait directement intéressé les joueurs. Un exemple parmi tant d’autres, et nul doute que DICE continuera à agrémenter son titre au fil des DLC.

De très nombreux modes de jeu multi assurent une durée de vie très raisonnable. Dommage que la campagne soit absente.

En tout et pour tout, 7 champs de bataille composent Battlefield 2042 (auxquels on peut ajouter les champs de bataille de 1942, Bad Company et Battlefield 3). Si ça ne paraît pas énorme, les cartes ont toutes bénéficié d’un travail exemplaire. Incroyablement bien fichues, elles allient gameplay vertical aux évènements météorologiques inattendus. La carte Orbital, qui prend place au Centre spatial français en Guyane, ou encore celle de Doha, au Qatar, aucune n’a été mise à l’écart.

Nous l’évoquions, les effets météorologiques sont une vraie belle nouveauté et permettent à elles seules d’inverser le cours des choses. Si vous vous trouvez par exemple sur une carte au Qatar, une tempête de sable peut survenir et diminuer considérablement la visibilité et l’efficacité des appareils de reconnaissance électrique. Sur Manifeste, qui prend place à Singapour, c’est une tornade qui peut balayer tout sur son passage et décimer une escouade, voire une équipe, complète. De vrais ajouts, qui révolutionnent bien le gameplay et permettent d’ajouter ce petit plus aux parties qui pouvait manquer.

Visuellement, Battlefield 2042 est une vraie claque.

Ce Battlefield 2042 est le premier de la série à débarquer sur Xbox Series et Playstation 5, les consoles next-gen. Embarquant fièrement la nouvelle version du Frostbite Engine, le titre paraît plus beau que jamais. Les rendus visuels sont vraiment incroyables, et certaines cartes viennent vous taper dans l’œil de la plus belle des manières. Depuis des années, Battlefield n’a jamais déçu sur le plan de la technique, et la franchise réitère l’exploit de paraître encore plus beau que Battlefield V. La remasterisation de certaines cartes des précédents jeux, comme El-Alamein, est elle aussi très réussie. On regrettera juste quelques approximations avec certaines textures, mais rien de vraiment fâcheux.

Si l’on finissait le test là, on pourrait se dire que Battlefield a tout pour être le meilleur jeu de l’année et qu’il est, de très loin, meilleur que Vanguard, son principal concurrent. Toutefois, c’était sans compter sur les très (trop ?) nombreux bugs et problèmes d’optimisation dont pâtit la production de DICE. Il ne se passe pas une partie sans que l’on ait à faire face à des bugs, qu’ils soient visuels, liés au gameplay ou à la connexion. Des éléments du décor qui apparaissent et disparaissent subitement, ce qui n’est en soi pas très grave, mais aussi et surtout de nombreux problèmes in-game qui empiètent sérieusement sur la qualité du titre. A de nombreuses reprises, nous avons rejoint une partie dans laquelle il était impossible de spawn. Nous avons également été confrontés à des problèmes lorsqu’il fallait ranimer un partenaire, ou encore lorsqu’on tombe au sol, avec le chrono pour la réanimation qui se met directement à 0, ce qui nous empêche donc d’être sauvés par un partenaire. A chacune de nos parties, nous avons discuté avec des joueurs qui critiquaient le studio pour les nombreux bugs laissés dans le jeu. Bref, énormément de problèmes, qui donnent vraiment l’impression que le titre a été achevé à la va-vite afin de le sortir en temps et en heure après, quand même, un premier report. On se demande finalement si on n’aurait pas préféré voir le titre sortir l’année prochaine afin qu’il soit bel et bien fini. Les développeurs ont, heureusement, annoncé que deux gros patchs sortiraient très bientôt, mais ça n’a pas suffi pour empêcher le titre de se classer parmi les jeux les moins bien notés de l’année, aux côtés de GTA Trilogy et eFootball…

Conclusion

En voulant surfer sur la vague de la hype des joueurs qui attendaient impatiemment de mettre la main sur ce nouveau Battlefield, DICE s’est peut-être précipité et a probablement sorti 2042 bien trop tôt. Truffé de bugs (de connexion, d’affichage et de gameplay), le jeu a un arrière-goût d’inachevé qui est difficile à accepter, surtout compte tenu du prix auquel il est affiché sur next-gen (80€). D’autant que, pour la première fois, la franchise est dénuée du traditionnel mode campagne et qu’elle adopte un modèle financier game as a service, qui incite le joueur à investir dans le jeu sur la durée. Si ce modèle ne vous rebute pas, Battlefield 2042 pourrait toutefois bel et bien vous séduire. Le gameplay reste une pure merveille, avec des sensations de tir et des nouveautés tout simplement excellentes. S’il n’y a pas de campagne solo, les joueurs pourront se réconforter auprès de la pléthore de modes multi : 4 modes des plus mythiques Battlefield sortis à ce jour remasterisés, Hazard Zone, Portal, All-Out Warfare… Le multi est extrêmement complet, et les parties endiablées à 120 joueurs sur next-gen offrent de vrais moments de plaisir. Battlefield 2042 est également vraiment très joli. Les décors du jeu sont à tomber, les effets visuels nous en mettent plein les yeux et à l’exception de quelques bugs graphiques, le résultat est vraiment impressionnant. Nul doute que d’ici quelques mois, le titre de DICE sera nettement plus présentable qu’il ne l’est aujourd’hui. Nul besoin donc de foncer tête baissée. Vous pouvez attendre patiemment une baisse de prix sur celui-là pour en profiter dans des conditions idéales d’ici quelques mois… 

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

Battlefield 2042

Gameplay 8.5/10
Contenu 7.0/10
Graphismes 8.5/10
Bande son 7.0/10
Finition 6.0/10
7.4

On aime :

Un multi toujours aussi efficace

Une réalisation solide

Des sensations de tir excellentes

128 joueurs sur une même carte !

Battlefield Portal

On aime moins :

Pas de campagne solo

De bien trop nombreux bugs

Un mode Hazard Zone pas incroyable

Aspect game as a service difficilement compréhensible vu le prix de lancement

Toujours pas de chat vocal