Pourquoi Microsoft a tenté de racheter TikTok

Menacé de bannissement puis poussé au rachat avant de finalement continuer à être autorisé, TikTok a connu de véritables montagnes russes il y a quelques mois.

L’année dernière et durant près d’un an, l’application TikTok a eu une épée de Damoclès au-dessus de la tête. L’application était notamment accusée d’espionnage au profit du gouvernement chinois de la part de l’administration Trump. L’ancien président Donald Trump avait émis un décret en août 2020 pour bannir l’application de son territoire. La seule alternative présentée à l’époque était le rachat forcé de la branche américaine de la société par une entreprise américaine. Pendant longtemps, Microsoft a été envisagé comme potentiel repreneur.

Finalement, après le rejet de l’offre de Microsoft par ByteDance, l’entreprise avait annoncé qu’elle ne rachèterait plus TikTok. Oracle s’était à ce moment-là présenté avec une nouvelle offre, mais finalement, après plusieurs mois de flottement où l’administration américaine semblait avoir oublié le bannissement de l’application, le président Joe Biden a décidé de révoquer cette interdiction en juin 2021.

« Le dossier le plus étrange »

Ce pan très étrange de l’histoire de TikTok étant désormais terminé, Satya Nadella, le PDG de Microsoft, est revenu à l’occasion de la Code Conference sur « le dossier le plus étrange » sur lequel il ait pu travailler.

À l’époque, le réseau social intéressait Microsoft, car il s’agissait d’un produit basé sur le cloud et sur l’IA, deux domaines d’intérêt pour l’entreprise. Pour une fois, ce n’est cependant pas Microsoft qui a fait la démarche de rachat : « TikTok est venu vers nous, nous ne sommes pas venus vers TikTok », raconte Satya Nadella. « L’entreprise recherchait un partenaire américain pour l’aider avec “les problèmes de sécurité dont tout le monde semblait avoir entendu parler” ».

Satya Nadella a ajouté que Microsoft aurait été un partenaire intéressant pour TikTok grâce à « des investissements dans les médias sociaux, en particulier ceux que [Microsoft] fait en matière de modération de contenu et de sécurité des enfants ».

Finalement, le rachat n’a pas été beaucoup plus loin que quelques négociations : « Il y a eu une période où je pensais que le [gouvernement américain] avait un ensemble particulier d’exigences, [mais] cela a tout simplement disparu », indique Nadella. « Je pense que le président Trump avait un point de vue particulier sur ce qu’il essayait de faire… puis il a simplement abandonné. »

Quant à savoir si Microsoft souhaiterait racheter TikTok si l’offre se représentait aujourd’hui, Satya Nadella répond que Microsoft n’est plus intéressé.