Un laser pour connecter les zones isolées au web

X Development, société sœur de Google, est en train de mettre sur pied un projet de connexion internet haut débit par laser pour les zones enclavées.

Si la fibre optique reste l’option la plus fiable pour avoir une bonne connexion internet, elle n’est malheureusement pas accessible à tous. En effet, certaines contraintes inhérentes à des endroits du monde empêchent de faire passer les câbles nécessaires à l’installation de ce système ou le font en pratiquant des tarifs exorbitants.

Il y a quelques mois, Alphabet, la compagnie mère de Google, avait déjà réfléchi à une solution à ce problème et avait envisagé le Projet Loon, qui consistait en l’exploitation de lasers rebondissant sur des ballons stratosphériques. Mais l’idée a été abandonnée en janvier 2021 car elle représentait un investissement financier trop important.

Aujourd’hui, c’est X Development qui amène une autre proposition pour permettre aux habitants de zones enclavées de bénéficier d’une connexion efficace et qui ne soit pas hors de prix. Les lasers constituent toujours la clé de voûte de ce projet.

Le cas du fleuve Congo

Cette innovation est en ce moment en phase de test autour du fleuve Congo. Ce cours d’eau représente un réel défi par rapport à l’accès à internet. En effet, il sépare la République Démocratique du Congo (RDC) et la République du Congo (RC).

Il en résulte d’énormes disparités au niveau de la connectivité entre Brazzaville (RC) et Kinshasa (RDC) qui ne sont pourtant situées qu’à 4,8 km de distance. Pour atteindre Kinshasa, les câbles de la fibre doivent contourner le fleuve, ce qui équivaut à un parcours de 400 km.

Brazzaville dispose donc des outils pour bénéficier d’une bonne connexion mais Kinshasa est pénalisée car elle se trouve de l’autre côté du fleuve. Il est possible d’y avoir un accès internet mais à des prix très élevés à cause de l’importance de l’infrastructure mise en place.

Les essais de connexion par laser sont en cours depuis le 1er septembre. Le principe est de faire communiquer deux stations, installées de part et d’autre du fleuve Congo, à l’aide d’un laser. Grâce à cela, jusqu’à 20 Gbps de données peuvent être partagés. Ce projet a été baptisé Taara.

X Company
X Company

Un essai concluant

Pour l’instant, les résultats obtenus sont très satisfaisants. Le taux de connexion disponible atteint 99,9% et 700 TB de data ont été transmis en 20 jours entre les deux stations.

Le risque principal était que des éléments extérieurs viennent endommager la transmission, notamment des intempéries. Mais les ingénieurs de X ont mis au point des ajustements pour que le laser puisse continuer à fonctionner par tous les temps.

La fibre optique reste la norme mais cette installation par laser offre une solution sérieuse pour toutes les zones géographiques qui n’ont pas la possibilité de recevoir une connexion par câble.