Test – Tormented Souls : un hommage aux survivals des années 90

Hommage vibrant à Resident Evil et Silent Hill, Tormented Souls n’hésite pas à proposer une expérience de jeu très rétro pour contenter les fans d’un genre délaissé par les géants du secteur… 

Dans les années 1990, les jeux d’horreur étaient légion sur consoles de salon. Resident Evil ou encore Silent Hill en sont les meilleurs exemples, deux franchises très vite entrées dans la culture populaire. Des titres qui ont marqué les joueurs, grâce notamment à un gameplay fort qui a fait figure de référence pour tout jeu de survival horror sorti à cette époque.

De nombreux studios et développeurs continuent de vouer un certain culte à ces jeux adorés par beaucoup il y a une vingtaine d’années. C’est notamment le cas des studios chiliens Abstract Digital et Dual Effect. A une époque où les survival horror statiques n’ont plus tellement la cote, les deux studios ont souhaité remettre en avant ce genre. 

Comme Resident Evil premier du nom en son temps, Tormented Souls vous place dans un lieu lugubre aux commandes d’une jeune femme livrée à son compte. La caméra est fixe et se place à certains endroits de la pièce, avec des angles plutôt originaux, et ce, afin d’accentuer le côté stressant de la scène. Très vite, vous vous apercevrez que vous n’êtes pas seule dans cet hôpital…

En parcourant les niveaux, vous aurez affaire à de nombreuses énigmes, comme dans Resident Evil. Celles-ci sont souvent bien fichues, mais si elles nous font vite tourner en rond.

Caroline Walker, la jeune fille que l’on incarne, se réveille dans un mystérieux hôpital abandonné. Elle va alors enquêter sur la disparition de deux jumelles à partir d’une étrange photo qu’elle a reçue, et sur laquelle figurent les deux gamines. Seulement voilà, Caroline se rend compte que cet hôpital est un ancien manoir, et que l’on y menait de nombreuses expériences. Un pitch relativement peu original, mais qui colle tellement bien avec les clichés. Rien qu’avec ça, nous avons l’impression de faire un bond de 20 ans dans le passé.

La jeune femme va devoir survivre dans cet environnement hostile. Pour cela, elle dispose d’armes et de ressources qu’elle peut ranger dans son inventaire. Celui-ci est d’ailleurs identique à celui des survivals originaux, avec tous les défauts qu’il comporte. Son utilisation est infernale, et l’on regrette tellement qu’il n’y ait pas de touches d’accès rapide aux armes une fois qu’elles sont stockées dans notre sac. Il faut ainsi sans cesse ouvrir notre inventaire pour changer d’arme ou consulter la carte. 

Pour ce qui est de l’exploration et des phases d’action, ici aussi, c’est du vu et revu. Lorsque notre héroïne vise pour tirer, elle peut tourner autour d’elle et viser ses ennemis, à l’instar d’un RE en son temps. Les ennemis ne sont heureusement pas très rapides ni malins et permettent sans mal de s’échapper des situations les plus dangereuses. Toutefois, on regrette que le placement des munitions dans les niveaux ne soit pas correctement équilibré. En effet, à de nombreuses reprises, nous nous sommes retrouvés sans la moindre munition là où on en avait besoin, et il était alors impossible d’en retrouver dans les pièces…

L’ambiance malsaine du titre est extrêmement réussie.

Toujours dans l’optique de rendre hommage à Resident Evil, les développeurs chiliens de Tormented Souls ont choisi de proposer aux joueurs une sauvegarde par machine à écrire. Si, sur le concept, on ne rechigne pas à se replonger dans la nostalgie, force est de constater que le principe à très mal vieilli. Les bobines de sauvegarde à trouver dans les niveaux se font très rares, et il arrive bien souvent que l’on évolue loin dans l’aventure pour ensuite ne pas savoir sauvegarder faute de “jeton” de sauvegarde. La difficulté du jeu est donc artificiellement gonflée. 

Tout au long de l’aventure, vous aurez à résoudre de multiples énigmes pour espérer progresser dans les couloirs du manoir. Celles-ci s’avèrent relativement plaisantes et bien ficelées, et ce, même si elles nous auront fait nous arracher les cheveux à de nombreuses reprises. Evidemment, la résolution d’un puzzle dépend du sens de la logique de chacun et, une fois que l’on pige le système sur lequel se reposent la grande majorité des énigmes du titre, il nous est très facile de les résoudre après quelques heures de jeu. 

Techniquement, le titre ne s’en sort vraiment pas mal. Les différentes pièces du manoir sont, paradoxalement, très vivantes et riches en détails. Les graphismes sont plutôt jolis, même si l’on regrette une modélisation des personnages et des animations faciales pas toujours au point. Toutefois, l’ensemble des univers proposés dans le titre affichent de jolies textures et visuels, et les effets de lumière sont tous du plus bel effet, notamment lorsqu’un rayon de lune traverse les fenêtres d’un couloir et vient éclairer les lattes du plancher.

Tormented Souls est plutôt joli, avec de magnifiques effets de lumière.

L’ambiance est pour sa part extrêmement réussie, et le titre parvient sans peine à nous transmettre les émotions qu’il tente de véhiculer. Sans faire peur, Tormented Souls met malgré tout le joueur mal à l’aise durant toute sa session de jeu, avec une bande sonore réussie, mais loin d’être incroyable. Dommage toutefois que les innombrables chutes de framerate viennent casser le rythme et perturber l’immersion.

Enfin, il est dommage que les animations soient autant archaïques. Les personnages ne font preuve d’aucune fluidité dans leurs mouvements. C’est, ici aussi, un bref rappel qu’il n’est pas toujours bon de trop s’inspirer des jeux d’il y a vingt ans…

Conclusion

Vibrant hommage aux survival horror Resident Evil, Tormented Souls est profondément ancré dans la culture des années 90. Le titre du studio chilien Dual Effect reprend pratiquement à l’identique la formule des premiers Resident Evil. Si certains éléments font mouche, à l’image des plans de caméra fixes, brillamment positionnés pour susciter la peur chez le joueur, d’autres ont mal vieillis, à l’image du système d’inventaire et des sauvegardes, qui forceront le joueur à recommencer plusieurs fois certaines parties de l’aventure pour progresser… Si la formule est très classique, l’atmosphère du jeu est travaillée. Le mélange d’énigmes et d’affrontements fait également mouche. Pour progresser, il faudra souvent explorer dans le moindre recoin chaque environnement du jeu. Si les graphismes sont plutôt jolis et que les effets de lumière sont stylés, on regrette en revanche que la finition ne soit pas optimale, avec de grosses baisses de framerate à signaler et des animations d’un autre temps. S’il charmera certainement les amoureux du genre, Tormented Souls aura sans doute plus de mal à séduire le grand public et les joueurs plus jeunes, qui auront beaucoup de mal à composer avec les éléments de gameplay de l’époque. Reste qu’à 19,99€, vous ne prenez pas non plus de très gros risques…

Tormented Souls

Gameplay 6.5/10
Contenu 8.0/10
Graphismes 8.0/10
Bande son 7.0/10
Finition 5.5/10
7.0

On aime :

Un bel hommage à Resident Evil et Silent Hill

Des graphismes soignés

Une ambiance constamment malsaine

Des énigmes réfléchies

Le petit prix : 19,99€

On aime moins :

Des animations bien trop rigides

Beaucoup de chutes de framerate qui impactent l'expérience

Une répartition des munitions à revoir

Des systèmes d'inventaire et de sauvegarde archaïques