Des tests ont eu lieu entre le 15 juin et le 15 juillet pour déconnecter le réseau russe du reste de l’Internet.

Depuis plusieurs années, la Russie cherche à développer un moyen de déconnecter totalement Runet, son réseau internet, du reste du monde. De premiers tests ont été réalisés en 2019. Une autre expérimentation était également prévue l’année dernière, mais a été annulée à cause de la crise sanitaire.

Selon le média russe RBC, des exercices auraient été organisés pour déconnecter le réseau russe entre le 15 juin et le 15 juillet. Les exercices visaient à assurer la fiabilité et la sécurité du réseau lors de ces déconnexions. Les documents sur lesquels RBC a mis la main ne précisent cependant pas comment se sont déroulés ces exercices. Une source de RBC a déclaré que les quatre grands opérateurs russes avaient participé à cette action, ainsi que Rostelecom, Transtelecom et ER-Telecom Holding.

L’objectif de l’exercice était de déterminer la capacité de Runet à se déconnecter et à fonctionner en cas de cyberattaque, de blocages et d’autres menaces. Les résultats officiels n’ont pas encore été communiqués, l’exercice a été provisoirement considéré comme un succès”, a déclaré une source à RBC.

Interrogé au sujet de cette déconnexion, le représentant de Roskomnadzor, le Service fédéral de supervision des communications russe, n’a pas confirmé ni infirmé les informations de RBC. Il a simplement déclaré que «des exercices sont organisés chaque année conformément à la législation et visent à accroître l’intégrité, la stabilité et la sécurité de l’infrastructure du segment russe d’internet ».

Une loi pour se couper du monde

Ces tentatives de la Russie de se couper du reste du monde font suite à la loi « Souveraineté d’internet » votée par le parlement russe en 2019. Cette loi donne au gouvernement le pouvoir de déconnecter le réseau russe du réseau mondial pour des raisons de sécurité nationale. Elle oblige notamment les propriétaires de réseaux de communication, les sociétés internet et les autres acteurs du marché à participer au moins une fois par an à ces exercices.

Si cette déconnexion impacte peu l’Occident, elle revêt toutefois des conséquences plus lourdes pour les citoyens russes. La Chine a déjà montré les conséquences que pouvait avoir ce type d’isolement sur la liberté d’expression et même si la Russie justifie la mise en place de ce système pour des raisons de sécurité nationale, elle coupera une partie du monde du reste de l’Internet.