Si les ventes de montres connectées progressent, le marché peine à décoller. Les constructeurs n’hésitent donc pas à prendre des risques en changeant de stratégie, avec parfois quelques ratés. 

Garmin Lily

Jusqu’ici tourné davantage vers les sportifs que le grand public, Garmin tente de partir à la conquête d’un nouveau public en ciblant spécifiquement les femmes avec sa nouvelle montre, la Garmin Lily.

Pas d’OS sophistiqué ici, la nouvelle montre de Garmin est un modèle aux fonctionnalités très simples, qui mise avant tout sur son design pour se démarquer. Et de ce point de vue là, Garmin réussit son pari avec une montre fine, légère et très féminine. La Garmin Lily a toutefois un look très particulier avec ses motifs préimprimés qui ne plairont pas à toutes. D’autant plus que si lorsque le cadran de la montre est allumé, le résultat est plutôt convaincant, lorsqu’il est éteint, le rendu paraît très étrange… Et autant vous prévenir tout de suite, l’écran de la montre de Garmin ne s’allume que lorsque vous retournez votre poignet. Pas d’écran always on donc à l’horizon.

Agréable à porter, la montre de Garmin a toutefois beaucoup de mal à convaincre à l’usage. La faute, en grande partie, à sa batterie. Garmin nous promettait 5 jours d’autonomie. Dans la pratique, nous avons eu du mal à tenir 3 jours… C’est d’autant plus étonnant que la montre n’embarque pas un système d’exploitation très puissant et se limite à des fonctionnalités très simples comme un compteur de pas ou une app météo. La montre de Garmin n’intègre pas non plus de GPS… Dans cette catégorie, la plupart des montres atteignent une autonomie de 10 à 20 jours. Le résultat est donc décevant.

Côté fonctionnalités, la montre de Garmin s’en sort très bien pour tout ce qui est tracking d’activités et options santé. Beaucoup moins pour ce qui est fonctionnalités connectées. Impossible d’utiliser des apps tierces avec, l’OS est tout ce qu’il y a de plus basique. L’interface n’est pas très user-friendly ni agréable à utiliser. Il suffit de voir apparaître une notification pour s’en convaincre… La montre n’affiche pas l’intégralité des données sur son écran, la partie inférieure de celui-ci affichant une zone noire. La navigation dans les menus est simple mais on le sent, la Lily n’embarque pas un processeur très puissant – les gestes ont tendance à être très découpés et la navigation pas très fluide. Par chance, l’application mobile qui fait office de compagnon est beaucoup plus agréable à utiliser et a également le mérite d’être gratuite, sans aucune option premium – contrairement à ce qu’on trouve chez le concurrent Fitbit.

Avec son autonomie réduite et l’absence de GPS, la Garmin Lily est un piètre compagnon pour les sportives, et pas forcément un accessoire très pratique au quotidien non plus vu les limitations de son OS, les imprécisions de son suivi du sommeil et l’absence d’écran always-on, qui aurait au moins eu le mérite de rendre l’accessoire un peu plus stylisé… Mais le plus gros regret que nous avons à son égard, c’est le manque de finition au niveau de la user-experience. L’appairage pourrait vous causer quelques soucis à la première utilisation. Sur la durée aussi, la montre déçoit. Nous avons régulièrement été confrontés à des soucis de déconnexion rendant très agaçants l’utilisation de ce modèle. Et à en croire ce qu’on sur le web, il ne s’agit pas d’un problème isolé…

Les + :

  • Le tracking d’activités, qui fonctionne bien
  • Un design féminin
  • Légère et petite

Les – : 

  • Un tracking du sommeil qui manque de précision
  • Pas d’option “écran toujours allumé”
  • Une autonomie désastreuse
  • L’interface Garmin, pas du tout user-friendly
  • Quelques problèmes d’appairage
  • Pas de GPS intégré

Huawei Watch 3

Huawei revient à la charge sur le segment des montres connectées avec un nouvel écosystème applicatif basé sur son système d’exploitation “HarmonyOS”, qui devrait bientôt faire ses débuts également sur smartphones. Au premier contact toutefois, difficile de constater des différences avec LiteOS, le système d’exploitation des anciens modèles, et pour cause puisque l’interface n’a presque pas changé. On ressent toutefois bien une différence à l’usage.

Huawei est parvenu à s’imposer sur le segment des montres connectées en misant sur l’autonomie de ses appareils et leur accessibilité. Là où Apple, Samsung et Google proposait des OS sophistiqués qui permettaient de lancer des apps tierces, Huawei faisait le choix d’un OS simplifié avec des fonctionnalités first-party uniquement. HarmonyOS change radicalement la mise puisque le système d’exploitation de Huawei se rapproche bien davantage de WearOS et WatchOS. L’atout, c’est que désormais, les utilisateurs pourront installer des apps tierces sur leur montre. Dans la pratique toutefois, on remarquera que pour l’instant, peu de noms connus sont présents sur la boutique d’applications…

Et pour être tout à fait franc avec vous, on a beaucoup de mal à saisir ce qui a bien pu passer par la tête de Huawei pour ranger au placard une formule qui fonctionnait aussi bien. HarmonyOS paraît – pour le moment – très mal optimisé. L’interface est identique à celle de LiteOS mais la navigation est moins fluide. Huawei copie sans vergogne ses concurrents avec un bouton-couronne qui permet de naviguer plus facilement – mais avec moins de précision – dans les menus, et un nouveau menu principal identique à celui de l’Apple Watch avec un système de zoom sur l’écran pour sélectionner la bonne app – pas forcément plus pratique que l’ancienne interface.

HarmonyOS aurait dû apporter des nouveautés. Dans la pratique toutefois, il n’apporte que des désagréments. L’autonomie de la montre est divisée par dix – pour s’effondrer à moins de 2 jours seulement. Certaines fonctionnalités sont “cassées”, à l’image du minuteur, impossible à mettre en sourdine et qui stoppe dès que l’écran se noircit – et la plupart des watchfaces sont désormais payantes – là où sur les anciens modèles, l’utilisateur a encore droit à une immense sélection de watchfaces gratuites. Plus inquiétant encore, l’app qui permet de télécharger un “pack” de bienvenue avec des cadrans gratuits ne se lance pas sur tous les smartphones d’autres marques que nous avons testés. Et il nous était également impossible d’acheter un nouveau cadran sur un smartphone d’une autre marque.

On le sent, Huawei a tenté de se rapprocher du modèle de l’Apple Watch, quitte à tirer un trait sur tout ce qui faisait le charme de ses montres connectées : leur autonomie formidable, leur fluidité exemplaire et leur prix accessible. Sa nouvelle montre se veut totalement autonome du smartphone. Elle embarque un port eSim qui permet théoriquement de partager sa connexion cellulaire et de pouvoir laisser son smartphone à la maison lorsqu’on part courir. Mais aucun opérateur ne la supporte chez nous… Même topo pour ce qui est des apps : il y en a certes sur la boutique de Huawei, mais la plupart des grands acteurs en sont absents. A 399,99€, l’addition est donc salée pour une montre qui se veut plus “smart” que ses ancêtres mais qui peine à séduire niveau fonctionnalités. Face à WearOS et WatchOS, HarmonyOS a du mal à tenir la comparaison. Si vous étiez tombé sous le charme des précédentes montres de Huawei, nous ne saurions que vous conseiller de prendre votre mal en patience avant de changer, ce modèle faisant fi de tout ce qui faisait le charme de ses ancêtres…

Les + :

  • Un design réussi
  • Quelques très jolies watchfaces
  • L’app Santé, sur smartphones

Les – :

  • 2 jours d’autonomie seulement, contre près de 20 pour son ancêtre
  • L’eSim indisponible en Belgique
  • Une expérience utilisateur désastreuse sur les appareils d’autres marques
  • Des fonctionnalités “cassées”, comme le minuteur
  • Le nouveau bouton-couronne qui n’apporte pas grand chose
  • Un tarif beaucoup trop élevé (399,99€) pour un modèle “non-premium”

OnePlus Watch

Il aura fallu plus de cinq ans à OnePlus pour enfin se lancer sur le marché des montres connectées avec sa OnePlus Watch. OnePlus a fait le pari très risqué de développer son propre système d’exploitation, plutôt que d’adopter un système déjà bien implanté comme WearOS. Une stratégie qui s’est avérée payante pour d’autres fabricants avant lui, mais qui présente un défaut de taille : contrairement à une Apple Watch ou une montre WearOS, la montre de OnePlus n’est pas intégrée dans un écosystème à part entière et ne permet pas l’installation d’applications tierces. Il faudra ici se contenter des services fournis par OnePlus.

L’un dans l’autre, ce n’est pas forcément une tare. D’autant plus que c’est synonyme d’une autonomie bien supérieure à la moyenne. La OnePlus Watch est capable de tenir 12 à 15 jours avec une seule charge. L’interface de la montre est également soignée et très agréable à utiliser au quotidien. Elle n’est d’ailleurs pas sans rappeler LiteOS niveau expérience-utilisateur. Si l’on met de côté le manque de précision de son GPS, la OnePlus Watch est également un joli compagnon pour les sportifs, avec ses plus de 110 modes d’entrainement et ses excellentes fonctionnalités de tracking. La montre est capable de calculer la fréquence cardiaque de son porteur, mais aussi son niveau d’oxygène dans le sang. L’utilisateur peut consulter toutes les données via l’app mobile du fabricant, qui fonctionne plutôt bien dans l’ensemble, même si on lui reprochera une relative sobriété. Pour le reste, on retrouve toutes les fonctions de base d’une montre connectée : un réveil, un lecteur audio, un compteur de pas, le suivi du sommeil, des modes d’entraînement, un chronomètre et bien entendu la possibilité de prendre des appels en kit main libre.

Très agréable à l’usage, la OnePlus Watch est également très réussie dans son design avec son joli écran AMOLED circulaire, sa finition irréprochable au niveau du boitier, ses deux boutons raccourcis latéraux et sa construction waterproof. Si le boitier est très réussi, le bracelet en silicone qui l’accompagne a plus de mal à convaincre, la faute à un système d’attache peu ergonomique. Rien ne vous empêche toutefois de le remplacer par un autre bracelet. A 159€, la formule est en tout cas très séduisante. La montre de OnePlus n’a certes rien d’original pour briller, mais elle le mérite d’être à la fois accessible et élégante. Elle ne devrait avoir aucun mal à trouver son public. Veillez toutefois à vérifier qu’elle est bien compatible votre smartphone avant de passer par la caisse.

Les + :

  • Un prix compétitif (159€)
  • Le design circulaire réussi
  • Une autonomie de 2 semaines
  • Plus de 110 types d’entraînement
  • Une interface soignée et fluide
  • Un très joli écran AMOLED

Les – :

  • Le système d’attache peu convaincant
  • Un GPS qui manque de précision
  • Incompatible avec iOS