La firme de Redmond a déboursé 19,7 milliards de dollars pour mettre la main sur le géant de la reconnaissance vocale.

Microsoft vient de réaliser la deuxième plus grosse acquisition de son histoire après LinkedIn en 2016 (26,2 milliards de dollars) en s’offrant Nuance Communications, société spécialisée dans l’intelligence artificielle et les technologies vocales. Une acquisition qui se chiffre à 19,7 milliards de dollars et qui permet à Microsoft de renforcer sa présence sur le secteur de la santé, mais pas seulement.

Les deux sociétés sont loin d’être étrangères l’une pour l’autre puisque Microsoft et Nuance Communications travaillent ensemble depuis deux ans déjà. Leur partenariat a pour but de mêler les technologies de reconnaissance vocale de Nuance à l’application de visioconférence de Microsoft, Teams, dans le but transformer cette dernière en un outil de télémédecine.

Renforcer sa présence sur le secteur de la santé

Avec cette acquisition, Microsoft va en effet pouvoir développer son offre cloud destinée à l’industrie de la santé. Nuance Communications est déjà particulièrement actif dans ce secteur d’activité puisque la société est « l’un des principaux fournisseurs d’IA conversationnelle et d’intelligence clinique ambiante basée sur le cloud pour les prestataires de soins de santé ».

« En augmentant le cloud Microsoft pour les soins de santé avec les solutions Nuance, ainsi qu’en bénéficiant de l’expertise de Nuance et des relations avec les fournisseurs de systèmes de DSE, Microsoft sera mieux en mesure d’autonomiser les prestataires de soins de santé grâce à la puissance de l’intelligence clinique ambiante et d’autres services cloud Microsoft », précise le géant de l’informatique américain dans un communiqué.

Ce partenariat pourrait effectivement aider à la numérisation de l’industrie de la santé qui a pris du retard par rapport à d’autres secteurs, notamment celui du commerce en ligne ou celui des banques. Un problème qui s’est fait particulièrement ressentir durant la crise sanitaire causée par la pandémie de coronavirus.

Et au-delà d’améliorer l’offre de solutions Cloud de Microsoft pour le secteur de la santé, le rachat de Nuance Communications va permettre au géant de l’informatique américain de profiter de son expertise en termes d’intelligence artificielle afin de développer ses propres outils et sa présence sur le secteur. De quoi tenir tête à des mastodontes tels que Google et Amazon qui investissent massivement dans ce secteur depuis plusieurs années.

Une nouvelle version de Cortana à prévoir ?

Le rachat de Nuance Communications pourrait également permettre à Microsoft de reconsidérer la mise au placard Cortana, son assistant virtuel. Le géant de l’informatique américain pourrait en effet tenter à nouveau de percer sur le marché des assistants virtuels.

Avec les technologies de reconnaissance vocale et l’intelligence artificielle développées par Nuance Communications, Microsoft pourrait proposer une version revue et corrigée de Cortana. Le géant de l’informatique américain pourrait même repartir de zéro et proposer un tout nouvel assistant virtuel dopé à l’intelligence artificielle. Avec Nuance dans ses rangs, Microsoft pourrait en effet bénéficier de toute l’expérience de cette société spécialisée qui, rappelons-le, a aidé au développement de Siri, l’assistant virtuel d’Apple.

Siri sans Nuance ? 

D’ailleurs, l’acquisition de Nuance Communications par Microsoft pourrait empêcher Apple d’utiliser la technologie développée par la société désormais estampillée Microsoft. Bien que la firme de Cupertino ait toujours refusé de commenter l’affaire, le CEO de Nuance avait déclaré que leur technologie était derrière l’assistant virtuel Siri. Nuance serait même le principal fournisseur de reconnaissance vocale pour Apple.

Or, depuis son lancement, Siri a énormément évolué et aujourd’hui il est difficile de savoir si l’assistant virtuel d’Apple repose encore sur la technologie de Nuance, mais son rachat par Microsoft pourrait faire mal à Siri si c’est le cas. Difficile de savoir à l’heure qu’il est quelle stratégie Microsoft compte adopter à ce sujet.