Sorti il y a tout juste deux ans, Mech City Brawl était parvenu à trouver son public malgré un concept extrêmement limité. Sa suite tente d’améliorer le concept sans toutefois transformer la recette. 

Sorti il y a seulement deux ans, Override: Mech City Brawl proposait un concept plutôt séduisant : contrôler un robot dans un duel avec une autre unité mécanisée et ce dans des arènes assez particulières. Si le titre développé par le studio brésilien de l’éditeur Modus avait tout pour plaire, il pâtit malheureusement de nombreux défauts qui vinrent entacher l’expérience : contenu maigrichon, combats brouillons et prise en main rigide… Des points noirs majeurs qui ont contribué à faire d’Override premier du nom un titre relativement moyen.

De nombreuses attentes et espoirs planaient donc autour de ce deuxième épisode. Le concept reste sensiblement le même, avec les combats entre robots au cœur de l’action. Nous étions tout de même en droit d’espérer un titre plus abouti, que ce soit dans les affrontements ou le contenu. Ce n’est malheureusement pas le cas, avec un épisode raté dont on aura vite fait le tour et tôt fait de le désinstaller.

En effet, une fois le premier combat lancé, les défauts d’Override 2 nous sautent vite aux yeux. Alors qu’ils sont la pierre angulaire du titre, ces affrontements sont terriblement rigides, voire paradoxalement trop “mécanisés”. Les combos s’enchaînent sans aucun naturel et manquent de fluidité. Le feeling manette en mains est affreux et l’on ne prend presque aucun plaisir à enchaîner les combats. En deux ans, Modus ne semble avoir pratiquement rien corrigé des défauts du premier volet.

Les combats sont tout simplement illisibles. Dès lors qu’il y a trop d’enchaînement, il est impossible de s’y retrouver.

Si les combats laissent à désirer, ils manquent également de panache. Ceux-ci se suivent sans la moindre étincelle. Les combinaisons de coups sont relativement peu nombreuses et le jeu se montre dans l’ensemble très brouillon. Il n’y a pas la moindre mise en scène des attaques. Tout reste très rudimentaire. De plus, pour les charger, il faudra patienter de longues minutes au sein d’un halo lumineux pour remplir la barre de stamina. Autant dire qu’il est pratiquement impossible de charger sa jauge sans se faire attaquer par l’ennemi, notamment en multijoueur où l’ennemi est bien plus virulent.

En plus de manquer de peps, les combos ne sont absolument pas intuitifs. On n’utilisera que les quatre pads arrières pour donner des coups (L1, L2, R1 et R2), et réaliser des enchaînements est un vrai calvaire. Il s’avère incroyablement difficile de concrétiser le moindre combo convaincant. Les possibilités d’attaques sont également très limitées. Outre les bras et jambes que l’on contrôle avec les gâchettes arrières, il est possible d’empoigner et d’éjecter l’adversaire avec une touche. Il en va de même pour certains éléments du décor, même si l’on regrettera que l’interaction avec celui-ci ne soit que trop limité. On ne peut presque pas le détruire, et seuls certains objets peuvent être lancés par le robot.

Illisibles au plus haut point, notamment en raison des innombrables effets de particules et d’explosion, les matchs entre robots ne peuvent être convenablement menés. Dès que plusieurs coups sont portés par l’un des opposants, il devient tout simplement impossible de s’y retrouver sur le champ de bataille.

Si Override 2 ne peut se vanter de bénéficier d’un gameplay aux petits oignons, son contenu ne rattrape malheureusement pas les errances de son gameplay. 1 petite heure de jeu suffit à faire le tour du propriétaire. Pas de mode solo ni même de défis au programme. Il faudra se contenter de simples affrontements. On retrouve en tout 4 modes de jeu dans le titre : Versus, Jeu rapide, Ligues et Entraînement. Le premier permet de jouer à deux contre l’ordinateur ou un contre un contre un ami en écran splité, tandis que les modes Jeu rapide et Ligues nous font affronter des ennemis en ligne dans des matchs sans grand intérêt. Encore faut-il que vous trouviez un joueur à affronter. Quelques jours après sa sortie, le multijoueur d’Override 2 est tout simplement désertique, et l’on peut rester de très longues minutes sans trouver un adversaire à affronter.

Ne vous laissez pas duper par les 20 combattants qui s’offrent à vous. Il n’y a que trois modes au sein du titre, dont un multijoueur très désertique.

Afin d’enchaîner les combats, vous aurez à choisir un avatar mécanisé. Au nombre de 20, ces unités mécaniques sont plutôt bien imaginées, avec un character design très recherché. Une fois en jeu, on se rend compte que la différence est uniquement esthétique. Il n’y a absolument aucun changement de gameplay entre les personnages, si ce n’est les attaques ultimes qui varient légèrement. Les combos et attaques ordinaires ne changent quant à eux absolument pas.

Les affrontements prennent place dans des arènes qui sont pour leur part plutôt plaisantes et joliment réalisées. Leur conception amène une jouabilité qui varie, alliant tantôt verticalité, tantôt danger environnant comme avec la lave. Cependant, celles-ci sont tellement petites qu’elles provoquent de sérieux problèmes de caméra. Lorsque les opposants se font face et s’assènent de multiples coups, la caméra ne sait où se placer et finit par se retrouver bloquée par le décor. La folle attitude de la caméra finit par donner la nausée au joueur qui cherchera au plus vite à interrompre ce massacre.

Un contenu extrêmement faiblard, qui est tout de même facturé au prix fort de 30€. L’addition reste la même sur tous les supports, et est terriblement salée. On aurait en revanche compris que les développeurs proposent leur titre en free-to-play, avec la possibilité de déverrouiller des nouvelles unités moyennant de l’argent réel ou virtuel engendré avec les combats.

Sans être resplendissant, Override 2 est un jeu plutôt réussi graphiquement et affiche de jolis effets visuels.

Si l’on ne peut reprocher au titre de posséder sa propre direction artistique, notamment en raison du manque de scénario ou de doublage, force est de constater qu’il bénéficie d’une réalisation très réussie. Les graphismes sont plutôt jolis, sans toutefois rivaliser avec les plus grandes productions de plus gros studios. Certains effets, notamment d’attaques, sont eux aussi assez réussis, même s’ils restent parfois brouillons et contribuent à ce sentiment de “trop plein” en combat.

Nous vous parlions d’une réalisation plutôt soignée, cela se ressent également dans la bande son du titre. Les différentes mélodies choisies pour rythmer les menus et affrontements sont plutôt justifiées et permettent d’amener ce punch qui manque tant aux combats. En revanche, le doublage est quasiment inexistant. En effet, ce n’est que dans le mode Ligues qu’un narrateur vous expliquera les règles du jeu, mais sa voix est terriblement camouflée par la musique et passe très vite au second plan.

Enfin, Override 2 pâtit d’une finition en dents de scie. Si les bugs se font très rares en partie ou dans les menus, il est toutefois très fréquent de subir des chutes de framerate, notamment en plein affrontement. Le titre doit très certainement descendre bien en dessous des 30 FPS lors des différentes attaques et enchaînements, et cela gâche terriblement l’expérience de jeu.

Conclusion

Reprenant la formule de son ancêtre presqu’à l’identique, Override 2: Super Mech League était un jeu taillé pour le format free-to-play. Facturé au prix fort de 30€, le titre ne propose pourtant que peu de contenu avec ses modes duels, entrainement et affrontements en ligne. Pas de mode solo ni de défis à l’horizon, on est bien là face à un jeu taillé pour le multijoueur. Les serveurs du jeu étant vides, trouver un adversaire ne sera pas une tâche aisée… Côté gameplay, le titre ne parvient pas vraiment à marquer non plus, avec des combats de mechas brouillons et qui manquent de panache. La caméra instable et les nombreuses baisses de framerate finiront par convaincre les joueurs les plus assidus à lâcher leur pad. Dommage, car l’univers du jeu avait du charme, le titre est visuellement plutôt réussi et le level-design était plutôt ingénieux. Tout n’est clairement pas à jeter dans Override 2. L’ennui, c’est qu’en deux années, les développeurs ne semblent pas avoir franchement amélioré la recette ni corrigé les nombreux défauts de l’original… 

Override 2: Super Mech League

4.8

Gameplay

3.5/10

Contenu

3.0/10

Graphismes

6.5/10

Bande son

7.0/10

Finition

4.0/10

Les + :

  • Plutôt joli techniquement
  • Des environnements de jeu assez bien conçus
  • Une bande son assez réussie

Les - :

  • Seulement trois modes de jeux, et aucun mode campagne
  • Impossible de trouver des joueurs en ligne
  • Des affrontements trop rigides, sans panache et illisibles
  • De trop nombreuses chutes de framerate
  • Une caméra qui suit très mal l'action