Test – Astro’s Playroom : une démo technique pleine de charme

Préinstallé sur toutes les PS5, Astro’s Playroom se présente comme le jeu qui présente les différentes façons d’utiliser la nouvelle manette DualSense de la PS5. Retours haptiques, vibrations et gâchettes adaptatives sont au programme de cette jolie découverte.

Astro, c’est ce petit robot tout mignon aperçu dans le jeu VR Astro Bot Rescue Mission, sorti en 2018 sur PS4. Un titre qui faisait lui-même suite à The Playroom développé à l’occasion de la sortie de la PS4 en 2013 dans le but de faire découvrir toutes les subtilités de la PlayStation Camera et de la manette sans fil DualShock 4. À l’image des précédents volets, Astro’s Playroom prend donc la forme d’une démo technique de la nouvelle manette PlayStation, la DualSense.

Annoncé comme une démo technique, Astro’s Playroom livre malgré tout bien plus que ça.

Au lieu de nous proposer un tutoriel pesant, Sony a fait le choix d’offrir une expérience ludique fun et amusante pour découvrir les nouveautés techniques de la manette PS5. Dans Astro’s Playroom, on contrôle donc le petit robot Astro dans un univers aux couleurs de PlayStation. Le joueur va pouvoir parcourir les 4 mondes représentant chacun l’un des éléments hardwares de la nouvelle console de Sony (GPU, RAM, etc.), afin de collecter des pièces de puzzle, mais aussi des reliques de l’histoire de la marque PlayStation.

Chacun de ces niveaux divisés en 4 sous-niveaux développe sa propre identité visuelle et sonore, ainsi que son gameplay. Chacun exploite l’une ou l’autre fonctionnalité de la DualSense. Sur le papier, Astro’s Playroom est un platformer tout ce qui a de plus banal ; on peut sauter, frapper, escalader et interagir avec presque tous les éléments du décor, mais le jeu se démarque largement par son exploitation maîtrisée des spécificités de la DualSense au niveau du gameplay et du level design.

Les différents niveaux proposent un gameplay différent et évolutif.

La sensibilité de la manette est folle et on le ressent à chaque instant en bougeant le robot Astro. Chacun de ses pas est traduit par une légère vibration qui varie en fonction de la vitesse d’Astro. On ressent également des vibrations lorsque l’on saute, que l’on frappe, que l’on tire sur des objets enterrés ou à l’arc à flèche. Les stimulus sont permanents et répondent parfaitement à ce qu’il se passe à l’écran que ça soit au niveau de notre personnage que des variations de la météo ou des interactions avec l’environnement. Difficile de ne pas être impressionné par la manière dont le jeu exploite toutes les spécificités de la manette.

On apprend ainsi à apprécier les fameuses gâchettes adaptatives R2 et L2 qui montrent un peu de résistance lorsqu’on doit bander un arc à flèche ou réaliser un saut puissant. C’est plaisant et on ne cesse d’être surpris par la réactivité de la manette tout au long des 4 heures que demande le jeu pour être terminé. Difficile tout de même de ne pas mettre un bémol pour au niveau du motion gaming qu’on retrouve dans certaines phases du jeu et qui exige du joueur qu’il bouge sa manette de gauche à droite pour déplacer le robot Astro. Dans ce cas, la réactivité de la DualSense se montre moins efficace et c’est dommage. Ce sont certainement les moments les moins funs du jeu puisqu’on se retrouve à se tordre dans tous les sens pour que la manette se plie – difficilement – à notre volonté.

Astro’s Playroom retrace avec nostalgie l’histoire de PlayStation.

Le titre parvient également à se renouveler dans son gameplay tout au long de sa durée. On ne s’ennuie pas, on se prend au jeu et on ne résigne pas à refaire les niveaux pour trouver les passages secrets et compléter notre collection. On mettra tout de même un bémol aux courses chronométrées qui manquent totalement d’intérêt.

S’il ne faut que quelques heures pour venir à bout des 4 mondes d’Astro’s Playroom, remplir le musée interactif de l’histoire de PlayStation fera durer le plaisir. Le jeu propose en effet de collectionner des pièces de puzzles et des reliques retraçant l’histoire des consoles de Sony. Une véritable ode à la marque PlayStation qui n’aura pas de mal à toucher l’âme des joueurs. On s’est surpris à plusieurs reprises à s’extasier devant tel ou tel objet de notre enfance avec nostalgie. Sur ce plan, Astro’s Playroom est une véritable réussite et ce n’est pas le seul. Chaque niveau possède également des clins d’œil à PlayStation, notamment dans les décors avec des triangles, carrés, ronds et croix absolument partout, mais le jeu compte également de très nombreux easter eggs qui pousseront les joueurs à l’exploration. Outre les hardwares de Sony, le jeu parodie également des personnages clés des PlayStation dont Nathan Drake d’Uncharted ou encore Ellie de The Last of Us. Au-delà de l’aspect ludique, le jeu prend véritablement la forme d’un musée interactif.

Les quatre mondes développent leur propre univers et identité visuelle.

Astro’s Playroom propose une aventure amusante avec un gameplay qui évolue tout au long des différents niveaux grâce à des costumes qui changeront totalement la façon de jouer et d’appréhender les obstacles. C’est intelligent et fun, même le jeu reste un titre gratuit qui permet avant de découvrir les spécificités de la manette PS5. Au-delà de son aspect hommage – qui fonctionne vraiment bien – le jeu ne développe pas vraiment d’histoire ni de contexte. On ne peut pas vraiment dire que ça soit un jeu à part entière, mais un compagnon sympathique de la PS5 qui mériterait peut-être d’être développé en tant que jeu autonome.

Enfin, même s’il est “vendu” comme une démo technique, on voit qu’Astro’s Playroom a eu droit à un travail léché. Techniquement, le jeu est bon. On n’a constaté aucun problème, la caméra est flexible, les choses s’emboitent et se déroulent sans encombre. Visuellement aussi, c’est détaillé, recherché est agréable à regarder. Ce n’est pas forcément la claque graphique, mais pour un jeu gratuit, la réalisation est impeccable. La musique et les bruitages sont tout aussi bien réalisés. Difficile de ne pas tomber sous le charme.

Conclusion 

Plus proche d’une démo technique visant à faire découvrir aux joueurs toutes les subtilités de la nouvelle manette PlayStation, la DualSense, que d’un vrai jeu, Astro’s Playroom est un jeu plein de charme, résolument fun et coloré. À travers ses quatre mondes exploitant chacun une spécificité de la manette, le jeu propose un gameplay varié qui se renouvèle sans cesse. Si l’aventure est courte – comptez 4h pour en voir le bout, en ligne droite -, Astro’s Playroom parvient à séduire avec son univers coloré, son personnage attachant, ses nombreux easter eggs et sa prise en main très fun. C’est sans doute le titre de lancement le plus séduisant de la PS5. Difficile de trouver quelque chose à lui reprocher au vu de sa gratuité. Toutefois, on n’aurait clairement pas été contre prolonger l’aventure de quelques heures, quitte à devoir débourser quelques euros de plus… Mine de rien, le personnage d’Astro a un réel potentiel et pourrait très bien devenir la nouvelle coqueluche de la marque. 

Astro's Playroom

Gameplay 8.5/10
Contenu 7.0/10
Graphismes 7.5/10
Bande son 8.0/10
Finition 9.0/10
8.0

On aime :

Un platformer fun et amusant

Un hommage à l'histoire de PlayStation

Une découverte à 360° des fonctionnalités DualSens

Une jolie rejouabilité

L'abondance d'easter eggs et de passages secrets

On aime moins :

Certaines mécanismes de jeu en-deçà du reste (motion gaming)

Une expérience trop courte qui mériterait un titre à part entière