Après avoir proposé aux joueurs un remaster des deux premiers volets de sa célèbre franchise, Microsoft s’attaque désormais à l’épisode le plus apprécié par les fans. Un grand classique retravaillé et enrichi pour le plus grand plaisir des amateurs du genre.

S’attaquer à un des RTS les plus populaires de l’entreprise vidéoludique n’est pas une mince affaire. Sorti en 2005, Age of Empires 3 a su convaincre par un gameplay amélioré, des graphismes très impressionnants et un contenu plutôt conséquent. Une recette qui a évidemment fait mouche, et qui fait aujourd’hui d’Age of Empires 3 une référence en la matière.

Un monstre tel qu’AoE 3 méritait donc un remaster digne de ce nom. Force est de constater qu’à l’instar des deux premiers volets, le travail effectué sur ce troisième épisode est impressionnant. Avec des graphismes actualisés et de nouveaux modes de jeu et civilisations, cette Definitive Edition rend un magnifique hommage au titre original.

Si le titre affiche d’aussi bonnes améliorations et un contenu très conséquent, il n’empêche qu’il reste très accessible, et notamment aux plus petites bourses. Affiché à seulement 20€ sur Steam et le Microsoft Store, il est également intégré à l’offre Xbox GamePass, sans avoir à débourser le moindre centime supplémentaire. Au regard de la quantité de travail accompli par les développeurs et de la centaine d’heures de jeu qu’a à offrir le titre, il semble que la tarif est plus que raisonnable.

Le titre bénéficie d’un lifting complet avec des graphismes en 4K très convaincants.

Parmi les grandes nouveautés qu’offre ce AoE 3 Definitive Edition, on notera évidemment le travail effectué sur les graphismes. Déjà très joli à l’époque, le jeu embarque désormais un visuel en 4K, du plus bel effet. Cela se ressent principalement sur les différentes scènes intérieures lors de “cinématiques”, où l’on remarque de très beaux effets de lumières.

Malgré tout, l’amélioration visuelle qu’apporte cette Definitive Edition est bien moins importante que celle apportée sur les remasters des deux premiers volets. Ce troisième opus était déjà très impressionnant il y a 15 ans, avec un moteur de jeu nettement amélioré en comparaison d’AoE 2 et d’Age of Mythology. Ce remaster du troisième opus ne nous impressionne donc pas autant que les deux précédents, même s’il fait plutôt bien le boulot.

Outre de très jolis graphismes rehaussés, c’est l’aspect global du jeu qui est revu. L’interface est remise au goût du jour, avec notamment la possibilité de repasser à l’original à tout moment depuis les options du jeu. La modélisation des personnages, bâtiments et autres éléments du décor à quant elle été entièrement retravaillée. Les textures ont ainsi été lissées tandis que de nombreux détails, notamment lors des explosions, ont été enrichis. Un joli bond en avant pour cet épisode, même si là encore, on ressent moins le bond technologique que sur les deux autres Definitive Edition.

Outre les quatorze civilisations du jeu de base et de ses add-ons, cette Definitive Edition apporte deux factions inédites : les Suédois et les Incas.

Autre second point important que comprend cette Definitive Edition : son contenu. Le jeu vous retiendra des dizaines d’heures durant, tant le contenu qu’il propose est énorme. A l’image de AoE 2 Definitive Edition, cet épisode regroupe la totalité des contenus additionnels originaux. On retrouve donc le scénario de base, auquel s’ajoute les campagnes centrées sur la guerre d’indépendance américaine et divers événements passés sur le continent asiatique. Trois scénarios très fournis, qui devraient notamment occuper le joueur des dizaines d’heures durant.

Deux nouvelles civilisations font également leur apparition, afin de porter le nombre de factions à 16. Les Incas et le Suédois apportent un vent nouveau au mode escarmouche, avec notamment de toutes nouvelles unités, bâtiments et donc métropoles. Les métropoles, grande nouveauté d’Age of Empires 3, font leur retour avec une jolie mise à jour graphique. Leur gestion est toujours aussi plaisante, avec une importance évidemment cruciale. Il faudra compter sur elles durant vos escarmouches, afin de notamment bénéficier de nombreux atouts, unités bonus et ressources grassement offertes.

Le joueur est également gâté en ce qui concerne les modes de jeu. On retrouve donc l’entièreté des modes proposés dans le jeu original, ainsi que deux nouveaux modes inédits : les batailles historiques et l’Art de la Guerre. Le premier vous fera revivre certaines batailles historiques, légèrement scénarisées, et plutôt bien ficelées. L’Art de la Guerre propose quant à lui de s’essayer à plusieurs didacticiels, tout en répondant à plusieurs objectifs précis afin d’engranger de l’expérience. Au total, cela fait plus d’une dizaine de modes de jeu, solo ou multijoueur, qui sont proposés. Autant dire que pour seulement 20€, le joueur en aura très clairement pour son argent.

Concernant le gameplay, Ensemble Studios mise tout sur la nostalgie. Le titre reste inchangé, avec quelques retouches par ci et là. Notons par exemple le travail effectué sur le pathfinding des unités. Si celui-ci a été légèrement revu afin de proposer une intelligence artificielle plus maligne, il n’en reste pas moins daté et trop peu convaincant. Les unités s’embourbent trop souvent dans des impasses, notamment après la construction d’un bâtiment ou d’une muraille. Il arrive bien trop souvent que vos ouvriers ne sachent plus quel chemin emprunter après avoir construit des remparts autour de votre cité.

Les batailles sont toujours aussi exaltantes.

Le pathfinding n’est malheureusement pas le seul élément du titre à avoir mal vieilli. On notera par exemple que certains éléments du HUD restent beaucoup trop illisibles sur la carte. Les barres de vie et de progression sont bien trop petites ou peu contrastées vis-à-vis de l’environnement. De plus, notons un manque de modernité dans le contrôle des unités. Il est par ailleurs impossible de sélectionner un très grand nombre de soldats, comme à l’époque. Au lieu de cela, il sera nécessaire d’en sélectionner une partie, la faire agir, puis sélectionner ensuite une autre partie. La création de régiments ou de “groupes” de soldats aurait pu amélioré cet axe.

Age of Empires 3 n’en reste pas moins un des RTS les plus brillants de sa génération, notamment grâce à des mécaniques fortes. Il faut toujours fonder sa cité, la défendre en recrutant diverses unités et construire toutes sortes de bâtiments nécessaires au bon fonctionnement de la colonie. Un juste équilibre à trouver, notamment lorsque vous vous retrouvez face à une IA terriblement agressive, qui ne cherche qu’à détruire votre forteresse. Ainsi, il faudra impérativement découvrir de nouvelles technologies et apporter de la splendeur et de la gloire à votre village.

Un style de jeu qui s’adapte parfaitement au multijoueur, auquel cette Definitive Edition se consacre énormément. Le titre supporte désormais les mods et possède des serveurs entièrement dédiés, afin de fournir une meilleure stabilité et une expérience multijoueur améliorée.

Age of Empires 3 Definitive Edition remet au goût du jour un titre grandement apprécié, avec notamment une jolie mise à jour visuelle. Le titre est étonnamment beau – au même titre que l’œuvre originale, et affiche de très beaux paysages fidèlement retravaillés. Les modèles 3D restent néanmoins trop simplistes, mais globalement convaincants. Une mise à jour visuelle, qui n’empiète pourtant pas sur les performances. Si ce AoE 3 Definitive Editions requiert de meilleures spécificités techniques que le remaster du second opus, il n’en reste pas moins très bien optimisé pour la plupart des machines. Ainsi, la configuration recommandée afin de jouer dans les meilleures conditions est un PC possédant 16 Go de mémoire, une carte graphique Nvidia GeForce GTX 980 ainsi qu’un processeur Intel i5 de troisième génération. Evidemment, si vous bénéficiez d’une meilleure configuration, le jeu n’en sera que plus beau et plus fluide. Il sera également possible de jouer sur une configuration plus faible, à condition de faire l’impasse sur les graphismes 4K et sur une très bonne fluidité. Côté stockage, le jeu est plus gourmand que son prédécesseur, puisqu’il nécessitera au minimum 42 Go d’espace libre. Des spécificités techniques supérieures par rapport au remaster d’Age of Empires 2, mais qui reste dans la moyenne des ordinateurs du marché. Difficile donc de se priver d’un épisode aussi accessible, tant au niveau du système requis que du prix : 20€.

Conclusion

Age of Empires 3 Definitive Edition est sans l’ombre d’un doute l’un des meilleurs remasters de ces dernières annes. Ce remaster comprend l’entièreté des contenus additionnels du jeu original, auxquels s’ajoutent deux civilisations inédites ainsi que deux nouveaux modes de jeu. Un titre évidemment fort complet qui reprend les excellentes bases de son aîné tout en gommant quelques défauts. Malgré un pathfinding vieillissant et quelques mécaniques qui ont mal vieilli, Age of Empires 3 ne subit absolument pas le poids des années et n’a pas à rougir face aux mastodontes actuels du genre. Il s’agit d’un formidable jeu de stratégie en temps réel, d’une richesse surprenante en multijoueur, et d’une grande diversité grâce à l’incroyable line-up de civilisations qui nous est présenté. Malgré l’énorme travail réalisé, le jeu n’est vendu que 20€ seulement. Il a en outre le mérite de bénéficier d’un joli affichage en 4K, de modèles 3D refaçonnés et d’une interface modernisée.

Age of Empires 3 Definitive Edition

8.5

Gameplay

8.0/10

Contenu

9.5/10

Graphismes

8.0/10

Bande son

8.5/10

Finition

8.5/10

Les + :

  • Un prix très léger (19,99€)
  • Des graphismes remis au goût du jour
  • 2 nouvelles civilisations et 2 nouveaux modes de jeu
  • Une interface modernisée, plus agréable à l'oeil
  • Un gameplay toujours aussi efficace

Les - :

  • Un manque de visibilité dans certains éléments du HUD
  • Le pathfinding d'époque se ressent terriblement
  • Certaines mécaniques ont mal vieilli