Un retour à la normale qui se fera de manière progressive. Pour l’instant, cela ne concerne que quelques pays européens.

En mars dernier, l’Europe débutait son confinement, entrainant une sollicitation toute particulière d’Internet. Pour éviter de surcharger le réseau, l’Union européenne avait demandé à Netflix de baisser la qualité d’image de ses contenus. Une demande à laquelle le service de streaming avait répondu, annonçant un bridage de sa qualité d’image pour une durée de 30 jours. Une durée qui a finalement été prolongée, à l’image du confinement.

Près de deux mois plus tard, le déconfinement est en cours dans plusieurs pays européens. De quoi espérer un retour à la normale pour les services de streaming. Or, Netflix ne semblait pas de cet avis et avait initialement refusé de débrider ses contenus ce qui lui avait attiré les foudres de ses clients. Quelques jours plus tard, Netlix semble avoir changé d’opinion et débuté le débridage de sa qualité d’image en Europe, rapporte FlatpanelsHD. Les abonnés Premium du service de streaming vont pouvoir de nouveau visionner des programmes en 4K HDR+.

Un retour à la normale qui semble se faire de manière progressive. Pour l’instant, seuls l’Allemagne, le Danemark et la Norvège et quelques autres pays non identifiés peuvent profiter à nouveau des contenus Netflix en 4K HDR avec une bande passante de 15 Mb/s, selon le site FlatpanelsHD.

Dans certains autres pays européens, la qualité des vidéos remonte en 4K et HDR en fonction des contenus et abonnements, mais le débit reste limité à 7,62 Mb/s. Netflix a indiqué à FlatpanelsHD qu’il travaillait activement avec les opérateurs de télécommunications pour restaurer au plus vite la qualité maximale des vidéos. Le service américain a également affirmé que les débits avaient déjà augmenté de manière globale au cours du mois d’avril. Enfin, Netflix a promis que « quand les conditions s’amélioreront, nous lèverons les limitations ».

Netflix n’a pas été le seul à brider ses contenus pour éviter de surcharger les réseaux de télécoms durant le confinement. YouTube, Apple TV + et Amazon Prime Video avaient également répondu à l’appel de l’Union européenne et réduit la qualité de leurs images.