La startup belge Novable est en phase de test. Ses fondateurs espèrent aider les grandes entreprises à appréhender les évolutions technologiques… Grâce aux startups.

“Les grandes entreprises se tournent de plus en plus vers les startups pour driver leurs agendas d’innovation” selon Laurent Kinet, cofondateur de Novable. Certains grands groupes investissent dans le développement de ces startups. D’autres en font des points de repère pour se tenir informés de ce qui se passe dans leur industrie. En vue d’un investissement, d’une acquisition ou d’une collaboration, ces grands groupes ont du mal pour l’instant à repérer ces créateurs d’innovation. “Alors que c’est une tendance de fond” pour le cofondateur de la startup Novable.

Une IA par une startup, pour chercher des startups

Laurent Kinet et Olivier Beaujan se sont associés pour créer Novable. Avant cette aventure, ils avaient collaboré pour Swan Insight, une startup spécialisée dans l’intelligence artificielle pour faire de la prédiction de ventes. Une startup rachetée par Bisnode, spécialiste en marketing de données. Alors embauché chez Bisnode “avec une casquette orienté innovation, relation avec les startups dans le cadre de l’innovation”, Laurent Kinet constate un manque de processus. “La majorité des grandes entreprises n’ont pas de processus structuré pour spotter les bonnes startups et encore moins de technologie”. L’entrepreneur voit une opportunité : exploiter l’expertise de Swan Insight pour offrir une technologie aux grands groupes.

Concrètement un algorithme va récupérer les données autour d’une startup. Avec notamment le site web de la startup ou les actualités. Mais également les profils sociaux des entrepreneurs ou encore les brevets déposés. Les algorithmes sont associés au traitement automatique du langage pour lire les données auxquelles ils ont accès. “Ils vont comprendre de quoi ça parle et ils vont faire correspondre le contenu réel de ces startups avec le briefing stratégique que nous fournissent nos clients” explique le cofondateur.

Les grands groupes reçoivent alors une sélection de startup “sur-mesure” pour déceler les innovations technologiques de leur secteur. Et éventuellement collaborer, financer ou racheter.

Une phase de market feed-back

C’est la cinquième aventure entrepreneuriale pour les deux cofondateurs. “Nous avions une agence de médias sociaux revendue en 2014” souligne Laurent Kinet. Olivier Beaujan était également actionnaire de Swan Insight, dont Laurent Kinet était le CEO. Ils ont pour l’instant financé le projet sur fonds propres. “Nous allons continuer à le faire jusqu’au milieu de 2020, jusqu’à la commercialisation d’une première version”. Les deux cofondateurs compteront ensuite sur une levée de fonds pour supporter la commercialisation.

Concernant les objectifs de Novable, les cofondateurs visent “l’Europe occidentale pour faire simple dans un premier temps”. La première ambition est de couvrir la Belgique ainsi que les pays limitrophes. Une phase de test est déjà en cours. Le premier client pilote se trouve en France. “Les suivants au Luxembourg” précise Laurent Kinet. À la fin du mois de mars, Laurent Kinet et Olivier Beaujan auront terminé la phase de feed-back.