C’est en tout cas ce que révèle un sondage lancé sur la version française de Wikipédia.

Du 1er décembre au 5 janvier, les bénévoles francophones qui participent à l’enrichissement de Wikipédia avaient la possibilité de se positionner concernant la question de l’écriture inclusive au sein de l’encyclopédie en ligne, rapporte Numerama. Cette écriture qui tend à ne discriminer aucun sexe, handicap, âge ni origine ethnique fait l’objet d’une forte attention depuis quelques années, poussant ainsi certains et certaines à se questionner sur l’intérêt d’utiliser cette écriture. Pour la communauté française de Wikipédia, il semblerait qu’elle ne soit pas une priorité.

Les résultats du sondage ont montré que les participants – seuls les bénévoles comptabilisant au moins 50 contributions avant le 29 octobre 2019 pouvaient participer au sondage – sont plutôt conservateurs pour ce qui est des règles d’écriture.

La réflexion de Wikipédia français listait 6 propositions concernant les termes ou formulations qui pouvaient être changés afin que la plateforme soit plus inclusive ;

  • Les termes englobants ; « le personnel de l’entreprise » plutôt que « les employés d’une entreprise », « les novices » plutôt que « les nouveaux »
  • La double flexion ; « les nouveaux et les nouvelles » plutôt que seulement « les nouveaux »
  • L’accord en genre des noms et des titres de fonction ; « la cheffe de service »
  • L’accord de proximité ou de la majorité ou de la majorité ; « l’étudiante et l’étudiant inscrits »
  • La typographie ou mots-valises masculin-féminin ; « salarié.e.s », « salarié·es », « salarié(e)s »
  • Les termes non binaires conçus pour englober le masculin et le féminin en même temps ; « iel », « celleux » ou encore « contributeurice ».

Les résultats ont montré que dans la grande majorité, la communauté francophone de Wikipédia était contre ces propositions. Il faut tout de même préciser que certaines d’entre elles ont été mieux reçues que d’autres. Il en résulte que les solutions prônant l’usage de mots-valises masculin-féminin (salarié-es) ou l’utilisation de mots non binaires (contributeurice) ont reçu plus de 75% de votes négatifs. Les propositions de la double flexion (les nouvelles et les nouveaux) et de l’accord de la proximité (l’étudiante et l’étudiant) comptabilisent plus de 50% de votes contre.

Les dernières propositions présentent des résultats plus nuancés. Ainsi, les termes englobants (le personnel de l’entreprise) n’ont « que » 43 % de votes négatifs, contre 34% avis positifs, 17% prônent la tolérance et 5% ne se prononcent pas. Pour ce qui est de l’accord en genre des noms et des titres de fonction ; 40% pour, 43% contre, 11 % tolérance et 4% neutre.

On remarque ainsi que les deux propositions les plus acceptées sont les plus simples à être appliquées, même si elles remportent un nombre important de contre.

Une prise de température

À noter que les résultats du sondage, qu’ils fussent positifs ou non, n’auraient pas forcément modifié la manière dont les contributeurs éditent Wikipédia. En effet, il s’agissait avant tout de prendre la température de la communauté plutôt que d’imposer l’un ou l’autre choix.

Sur la page des sondages organisés sur Wikipédia, on peut lire que les sondages « ne sont pas des prises de décision et sont juste là à titre indicatif ». Évidemment, en cas de forte tendance, la communauté peut revoir ses règles de participation à l’encyclopédie en ligne.

Si le sondage a montré que la communauté française de Wikipédia n’était pas forcément pour l’écriture inclusive, celle-ci n’est pas pour autant interdite sur le site. Les solutions les plus courantes seront très certainement utilisées, à savoir les termes englobants, la double flexion et l’accord en genre des noms et des titres de fonction. Le recours à des formulations moins courantes pourrait pousser les bénévoles à des guerres d’édition.

Enfin, on notera tout de même que le sondage souffre d’un important biais, à savoir que la très grande majorité des contributeurs sont des hommes. Les femmes, en minorité, ont donc forcément moins de poids pour faire valoir des projets qui les touchent, et ce, même si certaines d’entre elles ne sont pas forcément pour l’écriture inclusive.