Après un excellent Planter Coaster et un très séduisant Jurassic World Evolution, Frontier Developments propose un nouveau jeu de gestion à la croisée des deux autres. Un nouveau titre axé sur la gestion de parcs zoologiques. Savant mélange d’attention portée au bien-être animal et à la satisfaction des visiteurs, Planet Zoo se révèle être un jeu de gestion particulièrement complet.  

Les plus sages des joueurs adeptes des jeux de gestion se souviendront forcément de la série des jeux Tycoon et plus particulièrement des fameux Zoo Tycoon. Un genre de jeu qui se démarque largement des triples AAA actuels orientés action, mais qui résiste malgré tout et continue de divertir les adeptes.

Le thème du zoo est vu est revu, mais Planet Zoo est particulièrement beau et réaliste.

Sur fond de reprise d’un zoo quelque peu délaissé, le joueur se voit confier la lourde tâche de remettre plusieurs parcs zoologiques sur les bons rails dans le mode campagne. Une tâche qui ne sera pas seulement axée sur le divertissement et la satisfaction des visiteurs puisque Planet Zoo place le bien-être des animaux au cœur de l’aventure. D’ailleurs, l’étape du parc n’est pas une finalité pour les bêtes puisque l’objectif du zoo est de pouvoir les relâcher dans la nature.

En effet, le bonheur au sens large des pandas, phacochères et autres autruches occupera une place importante dans l’aventure de Planet Zoo. Et pour cela, le studio Frontier Developments n’a laissé de côté aucun aspect lié aux soins animaliers. S’occuper des animaux ne consiste pas seulement à construire un enclos, à mettre un point d’eau et de la nourriture, ajouter quelques végétations et à attendre les dons des visiteurs. L’expérience de gestion d’un zoo est beaucoup plus poussée que cela, mais commençons d’abord par le début.

Comme tout bon jeu de gestion, Planet Zoo propose un mode campagne qui servira en grande partie de tutoriel. À travers 12 missions, le joueur sera amené à développer de nouveaux enclos, à prendre soin des animaux et à faire en sorte que tout se passe pour le mieux pour les visiteurs. Une excellente entrée en matière pour intégrer les mécanismes et les points d’attention du jeu. Le mode campagne présente également une bonne partie des problèmes auxquels le joueur devra faire face, mais aussi la manière dont les résoudre.

La campagne sera également l’occasion d’avoir un aperçu global des propriétaires de zoos ; d’un côté, nous avons l’amoureux transis et de l’autre, l’entrepreneur avare qui ne se préoccupe des bêtes que lorsqu’elles peuvent lui rapporter gros. Une dichotomie marquée qui nuance malgré tout le monde « merveilleux » des zoos.

Le bien-être des animaux est placé au centre du jeu.

De manière générale, l’aventure Planet Zoo est poussée à l’extrême. Il est bien loin le temps où gérer des animaux consistait à mettre un enclos, les nourrir, les abreuver et nettoyer de temps en temps leur territoire. Ici, il faudra prendre un compte 4 aspects pour assurer le bien-être de l’animal ; son alimentation, sa sociabilisation, son habitat et son optimisation.

Ainsi, en fonction de la race des animaux, vous devrez aménager des habitats plus ou moins grands, mais aussi des murs de grande taille si les animaux ont tendance à vouloir explorer le parc comme bon leur semble. Il faudra également prendre en compte leur habitat naturel pour adapter leur enclos en fonction de celui-ci. S’il n’y a pas assez d’herbe ou au contraire pas assez de sable ou de roche, l’animal ne se sentira pas bien.

Adopter de nombreux animaux de la même espèce pour accroitre la joie des visiteurs ne sera pas une bonne solution. S’ils sont en surnombre ou plutôt de caractère solitaire, les animaux pourront être stressés, voire violents. Certains pourront même se battre soit parce qu’ils se sentent oppressés soit simplement pour être le mal alpha. Dans l’un ou l’autre cas, il faudra être vigilant puisque les bêtes peuvent se blesser. Il faudra également garder un œil sur l’accouplement des bêtes qui pourrait engendrer une surpopulation.

Quant à l’optimisation, cela passe par l’alimentation qui devra être en conséquence, sans être dans l’excès, mais aussi par l’ajout d’objets ludiques histoire que les bêtes s’amusent dans leur enclos. Pour savoir comment rendre les animaux plus heureux, il faudra sélectionner l’animal et passer en revue ses différents menus afin de trouver ce qu’il manque dans son enclos, notamment des objets pour se pendre, des points d’eau, etc.

Ce genre de soucis sera porté à l’attention du joueur via un système de notification, mais si certains aspects peuvent être corrigés et améliorés, d’autres ne pourront pas l’être puisqu’ils résultent de mauvaises décisions prises en amont. Or, le jeu ne dévoile pas toutes ses cartes de prime abord, il faudra passer par le centre de recherche pour apprendre de nouveaux éléments sur le bien-être animal et sur les combinaisons possibles. Il faudra également passer en revue les différents tableaux, menus et autres données des soigneurs et animaux afin d’offrir un environnement optimal aux animaux. Vous vous en doutez, devoir cherchez des éléments de réponses à gauche et à droite a quelque chose de particulièrement frustrant. Il aurait mieux valu rassembler toutes les informations dans un seul cadre, cela nous aurait éviter de faire des erreurs.

L’aspect attractif du parc est également très important.

Pour ce qui est de l’autre grand aspect des objectifs de Planet Zoo ; les visiteurs, il faudra s’assurer qu’ils ont de quoi se désaltérer et manger, mais aussi qu’ils disposent des bonnes infrastructures pour observer les bêtes, ainsi que des bonnes informations. La satisfaction des visiteurs n’est pas qu’un à côté puisque plus ils sont contents plus ils déposeront de gros billets verts dans les boîtes à dons.

La gestion reposera également dans l’aménagement du parc, notamment la disposition des différents bâtiments. Ainsi, ceux dédiés au service de nettoyage, d’entretien ou de soin aux animaux devront être relativement éloignés de ceux de restauration, sans pour autant être trop loin des enclos des animaux. D’ailleurs, pour ce qui est de vos employés, il faudra les diriger d’une main ferme au risque de voir votre zoo se laisser aller. En effet, si on ne leur dit pas quoi faire, il ne fera pas grand-chose. C’est pourquoi il est important de leur attribuer une zone de travail à chacun et même là, ils ont parfois du mal à trouver leur chemin. On regrette tout de même de ne pas pouvoir les téléporter sur tâche bien précise avec une pince, à la manière des premiers Zoo Tycoon.

Le joueur dispose d’un très large panel d’éléments à intégrer à son parc et modifier de nombreux aspects.

Fort heureusement, Planet Zoo laisse malgré tout une grande liberté au joueur pour mettre au point son zoo. Il pourra d’ailleurs compte sur un large éventail de bâtiments, décoration et autres pour personnaliser son parc. Une bonne chose pour répondre au bien-être des animaux car il faudra modifier en profondeur le terrain, créant des bosses, ajoutant des rochers, des éléments sur lesquels les animaux pourront grimper ou se pendre, mais aussi changer la nature du terrain, rajoutant plus de sable, d’eau ou de végétation.

Les possibilités en mode bac à sable sont presqu’infinies en termes de décoration, d’aménagement, de services et leurs styles esthétiques et bien sûr, les animaux. Cette abondance de choix peut d’ailleurs porter préjudice à l’expérience. Trop de choix, tue le choix.

Une aventure visuelle 

Les animaux sont particulièrement bien modélisés.

Le jeu se révèle particulièrement réaliste, tant au niveau de ses mécanismes que de sa modélisation et de ses animations. En effet, les animaux sont particulièrement convaincants, notamment dans leur comportement. Les objectifs à respecter pour leur bien-être – divertissement et sociabilisation – ont un réel impact sur les animaux.

De manière générale, le jeu est joli et détaillé, même si le jeu ne joue pas la carte du réalisme à l’extrême dans son esthétique.

L’ambiance sonore est particulièrement réussie. On entend autant les animaux que les visiteurs et les bruits de vie. De plus, les personnages sont entièrement doublés en français.

On pourra cependant faire plusieurs reproches au jeu au niveau de ses menus et de la gestion de la caméra. En effet, on a l’impression que le studio a voulu en faire trop, séparant chaque catégorie d’objets ou chaque menu en sous-catégories et sous-menus ce qui peut rendre la navigation compliquée ou en tout cas inutilement complexe.

Pour ce qui est de la caméra, on retrouve le même ordre de problème. Frontier Developments joue la carte de l’entièrement dirigeable sauf qu’en réalité, gérer la caméra est difficile et complexe. Entre la gestion souris et le clavier, on ne sait pas très bien comment naviguer dans notre zoo. Une critique que l’on peut également faire au niveau de la construction. Le jeu nous laisse carte blanche, ce qui veut dire qu’à aucun moment il nous aide à déplacer telle ou telle pièce de construction ou alors il le fait mal.

Conclusion

Marchant sur les traces de ZOO Tycoon, Planet Zoo propose une expérience de jeu très riche, qui réjouira tous les amateurs de jeu de gestion. Le jeu impose de nombreux éléments à gérer et se révèle d’ailleurs particulièrement réaliste au niveau des points à gérer pour garantir le bien-être des animaux. Il ne s’agit pas ici uniquement de créer un environnement mais de les bichonner pour qu’ils se sentent bien et puissent peut être un jour retourner dans la nature… Ne lésinant pas non plus sur l’aspect attractif du parc et la satisfaction des joueurs, Frontier Developments multiplie les éléments de microgestion en laissant une grande liberté aux joueurs. Bien qu’agréables à l’œil, la complexité des menus, la récolte d’informations et le manque – parfois – d’ergonomie rendront toutefois l’expérience ardue pour les nouveaux venus qui n’ont pas beaucoup d’expérience sur ce type de jeu. Offrant un large choix de modes de jeu, Planet Zoo propose un contenu très généreux, qui saura satisfaire les passionnés de jeux de gestion.

Planet Zoo

8.1

Gameplay

8.0/10

Contenu

8.5/10

Graphismes

8.5/10

Bande son

7.0/10

Finition

8.5/10

Les + :

  • La gestion poussée à tous les niveaux
  • Le comportement des animaux
  • C'est globalement très joli
  • Un contenu très riche
  • Une ambiance saine et éthique pour un zoo      

Les - :

  • Une prise en main abrupte pour des nouveaux joueurs
  • Le pathfinding des employés
  • Le manque d’ergonomie des interfaces
  • Une gestion de la caméra complexe