Vingt-quatre ans après sa sortie, Square Enix fait renaitre de ses cendres Romancing SaGa 3. Une série de RPG méconnue en Occident qui fut pourtant considérée comme l’une des meilleures sagas RPG de son temps. Aujourd’hui, c’est dans une version remastérisée que les joueurs vont pouvoir (re)découvrir ce titre.

La sortie de ce remaster va très certainement ravir les amateurs de rétrogaming. Titre culte de l’âge d’or du RPG sur console 16-Bit, notamment sur la Super Nintendo, Romancing SaGga 3 est pourtant passé inaperçue en Occident, en tout cas jusqu’à récemment. Ce remaster fait son apparition un après après celui de Romancing SaGga 2 (notre test ici) qui avait également traversé les frontières japonaises par le biais d’un remaster.

C’est donc de nouveau dans une version modernisée de Romancing Saga 3 que Square Enix tente de séduire les joueurs européens, sans pour autant dénaturer l’œuvre originale puisqu’il ne s’agit pas d’un remake.

Ainsi, Romancing Saga 3 prend la forme d’un RPG et plus particulièrement d’un J-RPG. On y retrouve donc forcément tous les aspects qui ont marqué les fondements du genre à l’époque de son âge d’or.

L’univers de Romancing Saga 3 est jonché de donjons et palais.

Romancing Saga 3 nous plonge dans un monde enclin à une terrible malédiction. Tous les 3 siècles, une éclipse mortelle apparaît, l’avènement de Morastrum, entraînant la mort de tous les nouveaux-nés sur la surface du globe, sauf un. L’avant-dernier bébé que l’éclipse a épargné s’est révélé être un roi-démon, alors que le dernier fut un héros. La population se demande donc vers quoi le prochain nouveau-né survivant va-t-il se tourner ? Les ténèbres ou la lumière ?

C’est sur cette base scénaristique que démarre l’aventure pour le joueur. Après avoir choisi son personnage parmi 8 propositions, le joueur est entraîné dans une quête pour venir en aide la sœur d’un illustre marquis. En plus de la malédiction de Morastrum, le royaume est menacé par un baron qui souhaite renverser le pouvoir et s’asseoir sur le trône. Le joueur va devoir parcourir le monde pour empêcher cette prise de pouvoir, protéger la soeur du marquis et repousser les forces du mal apparues en même temps que Morastrum.

Loin d’être parfaits, les décors sont tout de même sympathiques.

Bien que le jeu propose une trame narrative relativement prenante, Romancing Saga 3 laisse une grande part de liberté au joueur. Celui-ci peut décider du chemin qu’il va parcourir et du temps qu’il va prendre pour venir à bout de la trame principale. Le jeu propose de nombreuses quêtes annexes, mais aussi de nombreux personnages secondaires, qui feront durer l’aventure si le joueur décide de les suivre. Certains personnages secondaires peuvent d’ailleurs être recrutés pour poursuivre la quête principale. Le joueur devra alors choisir parmi tous ses héros pour constituer son équipe de valeureux combattants.

Notre équipe de braves compagnons est représentée par notre héros principal et se déplace en temps réel sur la carte jusqu’à croiser le chemin d’un ennemi. Losqu’un combat s’initie, le jeu procède à un changement de plan et on se retrouve alors dans une arène avec nos acolytes, faisant face aux ennemis. Un enchaînement qui fera sens pour les fans des premiers Final Fantasy.

Le joueur définit les attaques pour chacun des membres de son équipe.

Une fois le combat débuté, le joueur peut décider les actions de chacun de ses personnages, s’en suit le tour des ennemis et ainsi de suite. Une confrontation au tour par tour qui transpire les jeux vidéo d’antan, mais qui peut paraître particulièrement lent à l’heure actuelle. En effet, avec les différents tableaux pour chacun des personnages, les différentes attaques ou soins de chacun, les contre-attaques des ennemis et surtout les actions manquées allongent la durée de combat. Ajoutez à cela la petite fête en cas de victoire, ainsi que le récapitulatif des points d’expérience et niveaux gagnés et affronter des monstres pour progresser deviendra plutôt une plaie.

Romancing Saga 3 se démarque tout de même de la simple succession de commandes lors des combats puisque le jeu intègre une part de hasard. Les personnages peuvent décider de réaliser telle ou telle attaque en fonction du contexte ou de leur simple inspiration. Ces attaques sont souvent plus puissantes que celles de bases. De plus, les nouvelles inspirations des personnages sont acquises par ceux-ci pour la suite du combat. On ne sait jamais quand nos personnages vont apprendre une nouvelle compétence, c’est assez déstabilisant, mais dans le bon sens du terme. Le type d’inspiration varie en fonction de plusieurs éléments, notamment de l’équipement et du niveau du personnage.

En effet, le joueur peut modifier les pièces d’armures et les armes de ses personnages. Il peut également modifier la disposition de ses héros durant les combats afin d’adopter la bonne stratégie face aux ennemis.

On notera également le fait que les personnages se régénèrent automatiquement après chaque affrontement. Un bon point pour poursuivre l’aventure sans trop d’accrocs.

Le jeu s’offre enfin une traduction anglaise.

Pour ce remaster, Square Enix a enfin opté pour une traduction anglaise, contrairement à l’original. Il faudra donc faire appel à ses connaissances en langue anglaise pour (re)découvrir l’univers de Romancing Saga et comprendre les tenants et aboutissants de l’histoire. On regrette tout de même l’absence de traduction française, qui aurait été pratique pour certains.

Les efforts de l’éditeur ne se sont par arrêtés là puisque le travail de remaster s’est également et profondément centré sur les graphismes du jeu. L’illustratrice Tomomi Kobayashi qui avait travaillé sur le jeu original a parfaitement modernisé le titre. On se retrouve ainsi devant un jeu vidéo daté, mais qui ne présente pas les affres du temps comme on pourrait le croire pour un titre qui date de plus de 20 ans. Romancing Saga 3 a eu droit à un lifting, il présente davantage de couleurs ce qui permet de différencier plus facilement les textures et les décors, ce qui n’est pas du luxe en comparaison à l’original. Les personnages ont également été revus et corrigés, ainsi que les menus du jeu. La page d’accueil est d’ailleurs particulièrement belle. Sans être d’une beauté incroyable, les décors et l’univers de Romancing SaGa 3 sont agréables, notamment pour un jeu aussi daté.

Square Enix a également opté pour un remaster des musiques. Un véritable plaisir pour les oreilles puisque les musiques font parfaitement l’affaire. Elles cadrent l’action et l’aventure, mais aussi le scénario et les rebondissements, à la manière des jeux vidéo d’antan.

Enfin, en vue du remaster du jeu, Square Enix a également apporté des modifications notables sur le jeu, en dehors des décors et de la musique. En effet, Romancing Saga 3 Remaster s’offre un nouveau pan d’histoire qui raconte le piège du Dragon, ainsi que de nouveaux donjons à explorer.

De façon générale, on pourra toutefois reprocher l’éditeur de ne pas avoir pris de gros risques et de livrer une fois de plus un remaster au prix plein. A 15€, beaucoup de joueurs n’auraient sans doute pas hésité une seconde à mettre la main à la poche, mais à plus de 25€, le remaster reste très coûteux pour un titre aussi vieux!

Conclusion

Vingt-quatre ans après sa sortie au Japon, Romancing Saga 3 a droit à une sortie officielle en Occident dans une version remasterisée. L’occasion pour Square Enix de peaufiner quelque peu ce titre emblématique de l’âge d’or des RPG sur consoles 16 bits. Avec des décors modernisés et une musique remasterisée, l’œuvre originale est tout de même respectée. Reprenant forcément toutes les caractéristiques du genre J-RPG, Romancing Saga 3 est un excellent jeu de rôle qui souffre toutefois d’un très gros défaut : une tarification beaucoup plus élevée pour un travail qui est malheureusement loin d’être parfait (pas de traduction française au programme), et qui reste globalement très léger.

 

Romancing SaGa 3

7

Gameplay

7.0/10

Contenu

9.0/10

Graphismes

5.0/10

Bande son

7.0/10

Finition

7.0/10

Les + :

  • Les décors modernisés
  • La bande-son épique remasterisée toujours aussi efficace
  • Le sentiment de nostalgie que le jeu dégage
  • Une durée de vie solide (+ de 40 heures)
  • Un RPG légendaire enfin en Occident

Les - :

  • Graphiquement, ça a très mal vieilli!
  • Aucune traduction française
  • 30€ pour un remaster très léger, c'est cher!