Le Google Pixel 4 peut être déverrouillé par reconnaissance faciale même lorsque son propriétaire est endormi devant son smartphone. 

L’arrivée sur le marché du Google Pixel 4 (et Pixel 4 XL) est désormais imminente (sortie prévue le 24 octobre prochain). Déjà annoncé quelques mois avant sa présentation, le nouveau smartphone de Google contient un capteur Soli, ainsi qu’un système de reconnaissance faciale complet, sur lequel repose toute la sécurité biométrique du téléphone. Il n’y a donc pas de lecteur d’empreintes : une option que Google a peut-être eu tort de délaisser…

La BBC a ainsi découvert un défaut dans le système d’identification faciale du smartphone qui fonctionnerait même lorsque son propriétaire est endormi.

Les utilisateurs du dernier smartphone Google seront donc à la merci de plusieurs situations problématiques : lors d’une soirée, toute personne présente pourra profiter de leur sommeil pour déverrouiller le téléphone à leur insu et en prendre le contrôle. Un adolescent pourrait, dans le même ordre d’idée, valider de multiples opérations bancaires en tenant le smartphone de son père devant son visage pendant qu’il est assoupi.

La concurrence semble épargnée par ce défaut de conception.

Une alternative peu convaincante

Car oui, Google en propose une : le « Lockdown mode ». Cette fonctionnalité s’active dans les paramètres > Affichage > Préférences avancées > Affichage sur l’écran de verrouillage, où il faut ensuite cocher « Afficher l’option de blocage ».

Dès lors, à l’appui prolongé sur le bouton de verrouillage, une option « Verrouillé » s’enclenche pour mettre un terme à la reconnaissance faciale et exiger le code PIN ou le schéma pour débloquer le téléphone. Dans un souci de sécurité, il faudra donc penser à désactiver temporairement la reconnaissance faciale dans certains cas.

Etant donné que la promesse de Google consistait à éviter toute réflexion à ses utilisateurs lors du déverrouillage de leur smartphone en proposant un code unique et inviolable, l’alternative semble assez faible et en parfait désaccord avec ladite promesse. Les premiers possesseurs de l’appareil devront attendre une éventuelle mise à jour pour pouvoir profiter en toute quiétude du système d’identification par reconnaissance faciale du smartphone.