Test – World of Warcraft Classic : un retour à l’essence d’une saga culte

À l’occasion de l’anniversaire de ses 15 ans, le mythique MMORPG World of Warcraft premier du nom a droit à une réédition. L’occasion pour les plus jeunes de découvrir ce pan de l’histoire des jeux vidéo et pour les plus anciens de replonger dans cet univers si emblématique de World of Warcraft. Une réédition qui vaut vraiment le détour ?

Avant de nous (re)plonger dans le monde d’Azeroth, revenons un peu sur ce qu’est World of Warcraft au niveau de l’histoire vidéoludique. Sorti en 2004 aux États-Unis et en 2005 en Europe, World of Warcraft a marqué de très nombreux joueurs depuis son lancement et continue encore aujourd’hui.

Après une trilogie de jeux de stratégie en temps réel qui a également connu un grand succès, le développeur et éditeur Blizzard sort World of Warcraft, un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur, un MMORPG. Le succès est fulgurant, à tel point que les serveurs de WoW “Vanilla” sont rapidement saturés et que des fils d’attente se créent pour accomplir des quêtes. Si le jeu a réussi à se démarquer des autres MMORPG de l’époque, c’est avant tout pour son accessibilité de jeu.

Cette réédition intervient pour fêter l’anniversaire des 15 ans de World of Warcraft, l’occasion de se rendre compte du chemin parcouru durant toutes ses années. Pour les joueurs, c’est aussi l’occasion de découvrir le jeu tel qu’il était à sa sortie, avant l’arrivée des nombreuses extensions et améliorations, parfois salvatrices.

Pour ce test, nous allons revenir brièvement sur le concept de World of Warcraft premier du nom avant de nous intéresser à sa réédition et à son intérêt pour les joueurs.

Un combat pour un royaume

World of Warcraft nous plonge dans le monde d’Azeroth, plusieurs années après les événements qui se sont déroulés dans Warcraft III, sorti en 2003. Un univers médiéval fantastique dans lequel deux grands camps s’opposent. D’un côté, nous avons l’Alliance et de l’autre la Horde. Les deux tentent d’anéantir l’autre afin de régner sur Azeroth. Pour repousser les forces ennemies, les joueurs devront réaliser diverses quêtes principales et annexes et explorer le monde.

Le matériau de base reste identique

World of Warcraft Classic a la particularité de laisser aux joueurs le choix du camp qu’ils rejoindront. Ainsi, ils peuvent se ranger du côté de l’Alliance – les gentils – ou de la Horde – les méchants. L’expérience WoW Classic sera différente en fonction du camp choisi.

Une fois que cela est fait, place à la race du personnage que l’on va incarner. Pour chaque camp, il existe 4 races, chacune disponible dans les deux sexes. On retrouve ainsi du côté de l’Alliance : les Humains, les Nains, les Elfes de la nuit et les Gnomes. Alors que du côté de la Horde, on retrouve les Orcs, les Morts-Vivants, les Trolls et les Tauren. Ce choix de personnage est crucial pour la suite de l’aventure puisqu’il sera déterminant pour son apparence, mais surtout pour ses compétences de combats.

Après avoir sélectionné la race de son personnage, le joueur devra choisir la spécialisation de celui-ci. Là aussi, il s’agit d’un choix crucial puisque la spécialisation du personnage impliquera un certain mode d’attaque. En fonction de ses préférences de jeu, le joueur pourra ainsi plutôt se tourner vers une spécialisation de Mage ou de Démoniste s’il préfère attaquer à distance ou plutôt vers le Guerrier s’il est plutôt combatif, voire le Voleur ou le Druide s’il joue plutôt en retrait.

Enfin, WoW Classic propose aux joueurs de personnaliser l’apparence de leur personnage (coupe et couleur de cheveux, type de visage, etc.).

Arrive enfin le moment de joueur. Avec son monde ouvert aux contrées presqu’infinies, il est aisé de se perdre dans WoW Classic. En tant que guerriers, nous sommes rapidement enrôlés dans la Grande Guerre opposant l’Alliance à la Horde. Pierre angulaire du MMORPG, les quêtes représentent tout l’intérêt de WOW. Celles-ci peuvent faire partie de la trame principale, alors que d’autres sont des quêtes nous permettant de gagner de l’expérience et des objets divers. C’est l’un des grands pièges de ce genre de jeu ; arriver à garder le cap sans se faire submerger par les dizaines de quêtes proposées par les villageois et autres artisans.

Grâce à ces quêtes ou tout simplement à la curiosité du joueur, celui-ci parcourt les terres d’Azeroth à la recherche d’ennemis et monstres à combattre. Des opportunités qui feront gagner de l’expérience à notre personnage et monter de niveau, nous permettant ainsi de débloquer des nouvelles compétences et de porter de nouveaux équipements aux bonus plus intéressants.

En fonction de la race et de la spécialisation de son personnage, l’arbre de compétence sera différent. De manière générale, progresser dans cet arbre, permettra au joueur d’enrichir ses attaques et donc, d’être plus fort au combat.

Au-delà de la campagne et des quêtes annexes, les joueurs peuvent également s’affronter dans des modes Joueurs contre Joueurs ou Joueurs contre l’Environnement.

Métiers, mascottes et compagnies

Pour améliorer son personnage, le joueur pourra explorer le monde d’Azeroth afin de « farmer » des pièces d’équipements intéressantes. Une tâche laborieuse où la tentation d’aller se fournir chez le marchand du coin gagnera certains. Or, pour s’offrir une armure de qualité, il faudra également trouver des pièces et donc farmer… Apprendre un métier permettra au joueur de passer l’étape du marchand et de crafter ses propres équipements et objets de soins.

WoW Classic propose plusieurs métiers, chacun présentant des avantages et des inconvénients. Ainsi, le joueur pourra choisir entre la profession d’alchimiste, de couturier ou d’enchanteur comme métier principal, puis se tourner vers la profession de forgeron ou encore d’ingénierie comme second métier. La liste des carrières est longue et permet de parer de nombreux inconvénients.

En fonction de la race de son personnage, certains métiers seront plus intéressants que d’autres. Il faudra donc prendre en compte la spécialisation de son personnage pour choisir sa profession. Cependant, chaque métier exigera des joueurs de récupérer des matériaux et donc de farmer afin de pouvoir créer des objets.

Voilà en grande partie le matériau de base de World of Warcraft Classic, mais tout l’intérêt de cette réédition tient dans ses grandes différences avec la dernière version de l’univers de WoW Battle for Azeorth. Il est en effet intéressant de remarquer toutes ces différences qui sont en réalité la marque de l’évolution et de l’amélioration de l’expérience de jeu de WoW.

Laid et beau à la fois

Quinze années ont passé depuis la sortie de World of Warcraft « Vanilla », la première édition du jeu vidéo. En années vidéoludiques, c’est énorme. WoW Classic arbore des graphismes évidemment datés qui font mal aux yeux. Les nouveaux joueurs de WoW auront certainement du mal à se faire à cette réalisation d’un autre âge.

Les plus courageux – ou les anciens en proie à de la nostalgie – se laisseront tout de même porter par cet univers vieillot pour découvrir les « charmes » d’Azeroth. Les textures sont incroyablement cartonneuses, les animations sont rudimentaires et les interactions avec les objets ou décors ne relèvent pas le niveau. En un sens, c’est un peu joli tant c’est rétro. Même les joueurs qui n’ont pas joué à WoW Vanilla à l’époque seront touchés par ses décors qui leur rappelleront forcément un autre vieux jeu vidéo qui les a marqués.

Pour ce qui est des voix et des effets sonores, le verdict est similaire. C’est vieillot et ce n’est tout de même pas très convaincant.

15 ans d’améliorer réduites à néant

L’évolution du jeu est flagrante avec WoW Classic. Tout ce qui parait aujourd’hui allant de soi, car appris et intégré au jeu au fil des années est complètement absent de cette nouvelle édition du jeu original. Ainsi, l’aventure s’en voit complexifiée.

Cela peut paraitre anecdotique, mais les points d’intérêts de quête ne sont tout simplement pas indiqués sur la carte. Pareil pour ce qui est des donneurs de quêtes. Une fois celle-ci terminée – après avoir tourné en rond sur la carte -, le joueur doit encore retrouver celui qui lui a donné sa mission pour la compléter et ce n’est pas une tâche facile sans indication sur la carte.

Il n’est donc pas question d’envoyer valser les textes de missions puisqu’ils contiennent des informations cruciales concernant les points d’intérêt. Au final, on se retrouve à les lire plusieurs fois afin de compléter une quête.

L’exploration d’Azeroth sera également ralentie par le manque de téléporteurs. Rares et éloignés, les lieux de déplacement rapides laisseront leur place à de longues marches à travers les plaines pour accomplir une mission.

En s’immergeant – difficilement ou non – dans WoW Classic, les joueurs du WoW actuel ne pourront qu’admirer le chemin parcouru par ce jeu vidéo. Aujourd’hui, les déplacements et la réalisation de quête sont plus faciles et rapides, au détriment parfois de l’histoire et de la contemplation.

Le retour de la Communauté

L’aspect communauté est largement replacé au centre du jeu dans WoW Classic. Il n’est pas question d’aller combattre un ennemi seul malgré un super équipement. En effet, ici l’aspect de complémentarité des joueurs est primordial et pousse les joueurs à jouer ensemble. Un aspect qui semble beaucoup moins important dans le jeu actuel. D’ailleurs, trouver une équipe ne fait pas tout. Il faudra également établir un semblant de stratégie pour arriver à combattre les boss et autres monstres d’élite.

World of Warcraft replace véritablement l’aventure en communauté, mais aussi la découverte, au centre du jeu. Il n’est pas question de vitesse ici puisque tout prend du temps, que ça soit se déplacer, réaliser des quêtes ou former un groupe. Pour avancer dans WoW Classic, il faut prendre son temps et communiquer avec les autres joueurs, partager des conseils et s’entraider. Des aspects qui semblent s’être perdus dans le jeu actuel, davantage tourné vers une aventure solitaire.

On remarque combien le WoW d’aujourd’hui est automatisé et calibré pour offrir une expérience de jeu « facile » aux joueurs, contrairement aux anciens jeux vidéo qui exigeaient une implication importante des joueurs pour progresser.

Un abonnement tout aussi classique

À l’image du lancement du jeu en 2005 (en Europe), la sortie de WoW Classic le 26 août 2019 a provoqué d’importantes surpopulations des serveurs, obligeant Blizzard à en ouvrir de nouveaux en urgence. En effet, la majorité des serveurs sont complets ce qui peut pousser certains joueurs à se tourner vers d’autres modes de jeu.

En plus du sentiment de nostalgie que fait naître WoW Classic chez les joueurs, le fait que celui-ci soit accessible via un simple abonnement World of Warcraft, sans frais supplémentaires, à très certainement poussé davantage de joueurs à se (re)lancer dans cette aventure.

Conclusion

WoW Classic marque les 15 ans de l’un des jeux vidéo MMORPG les plus marquants de l’histoire vidéoludique. L’occasion de se (re)plonger dans cet univers tel qu’il était à l’époque de sa sortie. Une expérience en proie à la nostalgie et à la découverte pour certains, l’occasion de redécouvrir le jeu tel qu’il était à ses débuts et de se rendre compte du chemin que l’univers de World of Warcraft a parcouru en 15 ans. Cette réédition du grand classique du MMORPG aura le mérite de rendre nostalgiques les joueurs de la première heure. Il faut néanmoins bien l’avouer, ses graphismes ont mal vieilli et les mécanismes de gameplay aussi. A titre d’exemple, il n’y a plus de marqueur sur la carte du monde pour les quêtes. Autrement dit, difficile de parcourir l’aventure sans pense-bête ou bloc-notes. On retrouve cependant toute l’essence de la communauté et de l’entraide avec ce WoW Classic ce qui ne devrait pas déplaire à certains joueurs. Bonne nouvelle en revanche : y jouer ne requiert pas un abonnement supplémentaire si vous parcouriez déjà la dernière extension du jeu.

World of Warcraft Classic

Gameplay 5.5/10
Contenu 6.5/10
Graphismes 4.0/10
Bande son 6.5/10
Finition 6.0/10
5.7

On aime :

Le jeu transpire la nostalgie

La gratuité du jeu pour les abonnés à WoW

La (re)découverte d'un jeu emblématique

On aime moins :

Un intérêt limité en dehors de la nostalgie

Les graphismes ont mal vieilli

Les mécanismes de jeu d'un autre temps

Un remaster assez pauvre

Les serveurs surchargés